FLASH
[23/10/2017] Sinaï : L’Etat islamique a capturé 3 membres du Hamas qui creusaient un tunnel terroriste  |  La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 25 avril 2009

  
  

  

Michel Garroté
   –   Lu sur Libération   –   Jusqu’alors, pour les pays occidentaux, l’urgence dans le dossier du nucléaire iranien consistait à parvenir à un accord avec Téhéran avant que ce pays n’accède à la bombe atomique. Mauvaise nouvelle, l’arrivée au pouvoir de Benyamin Nétanyahou en Israël a imposé un nouvel impératif : arriver à cet accord avant une attaque israélienne sur les sites iraniens. Réelle ou non, cette menace est en tout cas prise très au sérieux par les chancelleries occidentales. 
Les signes laissant présager une telle attaque ne manquent pas. Nétanyahou, en personne, a fait campagne sur ce thème. Depuis, on sait que les avions de Tsahal volent régulièrement jusqu’à Gibraltar pour s’entraîner au ravitaillement en vol sur de longues distances. Vendredi, le site israélien Debka, proche des services secrets, affirmait que le 17 avril, veille d’une parade aérienne pour la journée de l’armée iranienne, Moscou avait alerté le régime islamique sur l’imminence d’une attaque israélienne visant 140 appareils rassemblés sur une base près de Téhéran. Selon le même site, ces avions ont aussitôt été éparpillés aux quatre coins du pays. En 1967, l’aviation égyptienne avait été anéantie de la même façon.  D’ores et déjà, les pays occidentaux sont comme hantés par une possible attaque israélienne visant l’Iran, estimant qu’elle serait «une catastrophe». D’où l’urgence de reprendre les négociations. Interrompues en septembre, celles-ci n’ont en fait jamais commencé, Téhéran ayant surtout cherché à gagner du temps. La main tendue du président Obama peut-elle changer la donne ? L’Union européenne essaye d’y croire. Lundi, elle doit appeler Téhéran à «saisir l’opportunité» créée par la nouvelle politique américaine «pour engager sérieusement le dialogue», selon un texte validé par les Vingt-Sept. En coulisses, l’UE s’emploie à convaincre l’Iran que l’engagement américain est authentique mais que, sans réponse, il risque de ne pas durer.  Ce qui brouille les cartes, c’est que Washington est engagé à la fois dans le groupe des Six (Etats-Unis, Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne, Russie) à propos du nucléaire et dans une relation bilatérale avec Téhéran qui concerne d’autres dossiers difficiles : Irak, Afghanistan, Hezbollah… Du côté de Téhéran, après trente ans de tabou, la normalisation des rapports avec Washington demeure un problème pour le régime.  Reste que l’atmosphère a changé sans que l’on sache si une négociation «authentique» peut se mettre en place. Téhéran a dit oui au dialogue tout en voulant maintenir ses activités d’enrichissement, ce qui est jugé inacceptable par le groupe des Six. Mercredi, la secrétaire d’Etat Hillary Clinton a menacé l’Iran de sanctions «très dures» en cas d’échec des discussions. Réaction de l’ex-président Rafsandjani : «Que pouvons-nous attendre après de tels propos ? Ils [les Américains, ndlr] feraient mieux de ne pas les répéter afin de ne pas gâcher l’atmosphère qui existe aujourd’hui en Iran pour des pourparlers ».

  

  

  

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz