FLASH
[18/10/2018] Le juge rejette la demande de Paul Manafort de porter un costume au tribunal plutôt qu’un uniforme de prison  |  Effet Trump : en raison du rééquilibrage des tarifs douaniers sur l’acier, les métallurgistes américains vont obtenir la plus forte augmentation de salaire depuis des années  |  Elections de mi-mandat américaines : Le Comité national républicain a levé 269 millions de $ : « c’est le meilleur chiffre de tous les temps »  |  Effet Trump : après avoir réduit les réglementations, le président demande au gouvernement de réduire ses dépenses de 5%  |  Corée du Sud : vague de protestations du peuple, le gouvernement recule et refuse l’asile à 400 migrants musulmans  |  Le Havre : Les policiers agressés par une dizaine de racailles cagoulés après la saisie de 200 kg de cocaïne  |  Un crédit d’impôts pour héberger des réfugiés : pourquoi les les SDF français n’ont jamais eu ce privilège ?  |  Clermont-Ferrand : Une étudiante violée en pleine rue a reconnu son agresseur – c’est un Algérien  |  [17/10/2018] Tiens tiens, le candidat brésilien soit-disant « extrême-droite » a refusé le soutien de David Duke, l’ex leader du KKK  |  Israël a détruit un autre tunnel terroriste partant de Gaza  |  Après des tirs de roquette depuis Gaza sur Beersheba, Israël a lancé une attaque aérienne d’envergure sur des sites terroristes du Hamas  |  [16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 20 juin 2009

Jaffa : c’est le nouveau Film en vogue de  Keren Yedaya (Durée : 1h45) qui comporte toutes les apparences d’un Roméo et Juliette à l’israélienne. Mais, sous-jacente à cette tragique histoire familiale, c’est la situation complexe des relations entre juifs et arabes, israéliens et palestiniens qui est ici évoquée de façon réaliste.

 

 

Situé au coeur de Jaffa, une ville que les israéliens surnomment “la fiancée de la mer”, le garage de Reuven est une affaire familiale. Il y emploie sa fille Mali et son fils Meir, ainsi que Toufik et Hassan, un jeune Palestinien et son père. Personne ne se doute que Mali et Toufil s’aiment depuis des années. Alors que les deux amants préparent en secret leur mariage, la tension monte entre Meir et Toufik…

 

 

Mali, la fille du patron israélien d’un garage, est amoureuse du mécanicien arabe, Toufik. Le racisme, les provocations du fils Meir tournent au tragique : il est accidentellement tué par Toufik, ce qui vaut à ce dernier dix ans de prison. A sa libération tout explose : la vérité, les liens familiaux, les liens affectifs, les rapports sociaux politiques.

 

La jeune actrice Dana Ivgy est particulièrement émouvante et plus vraie que nature. La magnifique Ronit Elkabetz a un rôle si ingrat que l’on est moins attirée par elle. Le calme, les couleurs, les gestes, les visages des images finales laissent entrevoir, qu’envers et contre tout, une étincelle est là. Elle est là, sous les cendres étouffantes et bien sombres des conflits, de la haine, de la difficile  cohabitation entre juifs et arabes, israéliens et palestiniens.

 

Sur fond d’histoire d’amour entre une Juive et un Arabe, Keren Yedaya réalise un très beau portrait de l’Israël contemporain dans l’une de ses villes symboles, Jaffa. Un film inspiré de la tradition populaire du cinéma égyptien en même temps qu’une œuvre politique subtilement servie par des personnages singuliers et une économie de dialogues bienvenue. Une belle réussite.

 

 

Keren Yadaya , avec une économie de moyens savamment orchestrée, elle fait surgir du sens en ouvrant des possibles. Son discours politique n’est jamais assené frontalement, ses personnages, peu diserts, peuvent s’interpréter à l’infini. Avec des thèmes pourtant courants, voire rebattus, dans le cinéma israélien, elle parvient à renouveler la forme et à insuffler une grande force à son message. Message qui n’apparaît pas en première lecture, comme caché par une couche superficielle, mais qui est bien présent. Voir Jaffa, comme Mon trésor, précédent film de l’auteur, c’est comme ouvrir un livre dans lequel apparaît un sous texte au fur et à mesure de la lecture. Depuis Mon trésor (Caméra d’or au festival de Cannes en 2004), la jeune réalisatrice développe en effet une écriture cinématographique singulière : fluide, portant un récit dont le fond est violent même quand la forme paraît apaisée. Dans Mon trésor, elle mettait en scène la lutte d’une jeune fille pour sortir sa mère de la prostitution. Déjà, dans ce premier long-métrage, l’écriture était tout entière tournée vers les gestes, les sensations, la répétition de l’âpre quotidien dans l’espace clos d’un modeste appartement.

 

 

 

Dans Jaffa, Keren Yedaya fait de nouveau appel à ses deux actrices de Mon trésor : Ronit Elkabetz et Dana Ivgy. Le film se situe donc sur  Jaffa, faubourg de Tel-Aviv, aujourd’hui véritable ville, caractérisée par la cohabitation entre Juifs et Arabes israéliens. Jaffa, « la fiancée de la mer », « la ville aux oranges », incarne à la fois ce qui sépare les Israéliens et les Palestiniens (une cohabitation impossible) et ce qui les rapproche (une culture et une civilisation en partage). L’histoire se concentre autour de la famille de Reuven (Moni Moshonov) et d’Osnat (Ronit Elkabetz), milieu modeste, qui vit grâce aux revenus du garage qu’elle possède et où le père fait travailler ses enfants, Mali (Dana Ivgy) et Meir (Roy Assaf). En cachette de sa famille, Mali entretient une relation amoureuse avec Toufik, employé du garage. Elle est juive, il est arabe. Ils s’aiment. Ils attendent un enfant. Mais alors qu’ils se préparent à se marier secrètement, une violente bagarre éclate entre Meir et Toufik…

 

 

Pour filmer ce lieu symbole, la cinéaste s’éloigne des clichés de carte postale (la mer, le port, le soleil, les couleurs…) en délaissant, pour ses prises de vue, des outils tels que la grue, au profit notamment du zoom, en délimitant l’espace par les murs du garage et ceux de l’appartement pour ne laisser que peu de place à la rue. Le Jaffa de Keren Yedaya se situe dans les cœurs et les esprits de ses personnages davantage que dans les extérieurs, au milieu d’une population bigarrée. Cette prise de position permet de centrer le regard vers les haines rentrées, les mesquineries, le racisme non dit de la famille de Mali. Une femme froide et peu à l’aise dans ses sentiments maternels, un fils rebelle qui développe un racisme en réaction à l’impossibilité de trouver sa place, un père qui ne prend pas position. Seul le personnage interprété par Dana Yvgy, tout en force et fragilité, s’émancipe des clichés avant d’être violenté par le destin et de redevenir sujet de ses propres choix.

 

 

 

Keren Yedaya réussit le tour de force de filmer une histoire d’amour poignante et romantique, dans la lignée du cinéma populaire égyptien, en même temps qu’un récit éminemment politique. Les rebondissements scénaristiques tiennent en haleine un spectateur captivé par l’histoire d’amour tandis que les réactions des autres personnages et le poids historique du lieu le rappelle à la dimension tragique de cette terre d’Orient si malmenée.

 

 

 

Ftouh Souhail

 

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz