FLASH
[23/10/2017] Sinaï : L’Etat islamique a capturé 3 membres du Hamas qui creusaient un tunnel terroriste  |  La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 7 juillet 2009

Daniel Hershkovitz, qui préside la commission interministérielle chargée de solutionner les problèmes des personnes évacuées du Goush Katif, s’est dit ce lundi résolu à agir rapidement pour trouver  « une solution nationale » pour les évacués juifs de Gaza.


Il a promis  notamment de procurer un logement définitif et un travail régulier à ceux qui n’en ont toujours pas. Il a encore indiqué qu’un des objectifs fixé par le nouveau gouvernement est de mettre fin à des procédures qui s’éternisent indéfiniment, affirmant que le fait « que quatre ans après le démantèlement de nombreux habitants du Goush Katif n’ont toujours pas de demeure fixe est une honte et un déshonneur pour l’Etat d’Israël ».


Le Goush Katif comprenait 17 localités israéliennes situées dans la bande de Gaza. En Août 2005, les 8000 résidents de ces implantations ont été évacuées et leurs maisons détruites. La majorité des anciens habitants du Gush Katif,  évacués en 2005 lors du retrait israélien de la bande de Gaza, n’ont toujours pas trouvé de logement définitif.



Depuis 2005, date de leur  expulsion,  ils sont  toujours à la rue.  Par ailleurs, près de la moitié des personnes évacuées qui occupaient alors un emploi, n’ont pas retrouvé un logement et un travail. Le gouvernement  Sharon avait chassé 10 000 personnes de leurs maisons et les avaient abandonnées à leur sort. Pour la première fois dans l’histoire des juifs se trouvaient réfugiés dans leur propre pays !



Cette question très grave a été débattue, au sein de la commission parlementaire du Contrôle de l’Etat qui a finalement décidé, il y’a juste un an (en  juillet 2008) de former une commission d’enquête nationale pour examiner la façon dont ont été traités les « évacués ».La création de cette commission d’enquête avait pour objectif de réparer les graves erreurs commises par le gouvernement qui a abandonné les expulsés du Goush Katif. Mais rien n’était fait jusque-là.


Parmi les réfugiés juifs de Gaza,  les plus touchés sont bien entendu les agriculteurs qui sont encore nombreux (31 %) à ne pas avoir réussi à reprendre leurs activités. Et la majorité  des familles évacuées (1.667 foyers)  habitent encore dans des logements provisoires. Des mobiles homes avaient été mis à la leur disposition en attendant la construction par les autorités de nouvelles maisons dans le sud d’Israël. Le gouvernement avait alors promis la construction de vingt-cinq lotissements pour les accueillir, mais les travaux n’ont commencé que sur quelques  sites, pour une capacité totale de 74 logements. Les infrastructures et synagogues laissées intactes  à Gaza servent aujourd’hui de lieux d’entraînement pour les terroristes du Hamas…


Avec les implantations détruites dans le Sinaï pour permettre la signature de la paix avec l’Egypte, et celles démolies dans la bande de Gaza en 2005, Israël n’a alors jamais  manqué une occasion pour faire la paix aux prix du  déracinement de sa population.

 


Ftouh Souhail

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz