FLASH
[21/08/2018] Chômage, déficit, pouvoir d’achat : l’effet Macron ne marche pas, l’effet Trump fonctionne à fond, donc les médias crachent sur Trump  |  Une statue de la Vierge à l’Enfant décapitée dans l’Île de Noirmoutier  |  Européennes 2019 : contesté voire détesté, Emmanuel Macron en mauvaise posture  |  Orly : un « jeune » à scooter meurt en fuyant un contrôle de police, l’IGPN saisie  |  [20/08/2018] Tsahal à arrêté 11 islamistes palestiniens à Hebron et à Jérusalem lors de raids pour rechercher des terroristes  |  Le prix de la vie selon la justice française : Le migrant illégal de 19 ans qui a poignardé 4 personnes à Périgueux lundi 13 août n’a été condamné qu’à 3 ans de prison ferme  |  Paris : Une policière porte secours à des passagers après un accident mortel qu’ils ont provoqué, dans le 19e, et se fait violemment frapper par le passager rescapé!  |  Le chef de la police municipale de Villevaudé, en Seine-et-Marne, a été violemment agressé dimanche à son domicile par « plusieurs personnes » qui l’ont roué de coup  |  Barcelone attentat islamique : Un homme armé d’un couteau a tenté d’attaquer des policiers en hurlant Allahou Akbar (Allah est le plus grand)  |  Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) : un homme de 45 ans tué de 9 coups de couteau, un autre homme blessé, suspect appréhendé, motif inconnu  |  Marseille : encore un adolescent de 16 ans poignardé pour un mauvais regard  |  Tsahal a ouvert le feu sur un terroriste musulman qui a tiré dans leur direction dans le nord de Gaza. Aucun blessé parmi les troupes israéliennes n’a été signalé  |  Un terroriste musulman a tiré des coups de feu sur l’ambassade des États-Unis à Ankara. La police a déclenché une chasse à l’homme et recherche un véhicule blanc suspect  |  [17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 30 juillet 2009

Aujourd’hui était un jour de deuil, celui de la destruction des deux Temples de Jérusalem :

1– Le 9 Av de l’an -586,la destruction du  Temple de Salomon par Nabuchodonosor II, (souverain de Babylone entre 605 av. J.-C. et 562 av. J.-C. ).
2
-Le 9 Av, 656 ans plus tard, à l’issue d’une révolte qui a duré quatre années, le deuxième Temple est détruit en l’an 70 par Tito Flavio Vespasiano, Titus en français empereur romain, appartenant à la dynastie des Flaviens, fils de l’empereur Vespasien. Le Second Temple détruit, Jérusalem est brûlé et les Juifs du royaume de Judée sont exilés.

Aujourd’hui était un jour de deuil pour le peuple d’Israël et nombre d’entre nous ont jeûné et se sont abstenus de tout plaisir matériel.

Aujourd’hui, comme chaque année le 9 de Av ( mois hébraïque ), j’ ai lu les lamentations et notre  Être a pleuré pour Jérusalem.

Et je vous demande <<qu’ est-ce qui peut motiver un peuple à se souvenir et à vivre dans sa chair et dans son âme, un évenement qui a eu lieu il y a de cela plusieurs milliers d’années?>>.

Et je vous demande <<quelle force intérieure faut-il pour garder vivant en dépit du temps qui passe, une telle nostagie pour un lien d’amour avec le Divin?>>.

Je vais essayer de vous dire, juste avec mes mots, ce que représente le Temple de Jérusalem et pourquoi il continue de vivre en nous, en dépit de tout et de tous.

Je vais essayer de vous dire pourquoi la Tradition nous assure que ce jour de deuil se transformera en jour de joie intense.

Je vais essayer de vous dire pourquoi jamais le peuple juif ne renoncera à Jérusalem.

Le Temple est à l’image du macrocosme et le plan de sa construction répond à des secrets connus des initiés. Il n’était pas seulement un lieu de prière, mais la porte du ciel pour toutes les nations.

Il est dit que Jérusalem est la pierre fondamentale sur laquelle le monde a été fondé, un peu comme le coeur de l’univers , ou comme l’arbre  de vie qui serait l’Axe du monde selon les Traditions orientales.

Peut-être, est-ce là la raison pour laquelle les nations du monde ne cessent de porter leurs regards sur Jérusalem et sur Israël, alors que mon pays est si minuscule au regard des autres pays du monde.

Peut-être que les Nations le sentent sans même le savoir? Peut-être y-at-il dans l’inconscient collectif des Nations une science oubliée sur l’origine du monde?  Peut-être…Je ne saurai dire.

Le Temple était un Centre de spiritualité universelle où les soixante dix-nations du monde pouvaient apporter leurs sacrifices avec les enfants d’Israël, durant la fête de Soukkot.

J’ai conscience en écrivant cela que nombre de lecteurs se demandent déjà où je veux en venir et j’y viens pourtant, parce qu’il est très difficile de saisir ce que représente Jérusalem pour le peuple Juif en faisant abstraction de l’histoire qui vit au coeur de notre âme depuis plus de deux mille ans.

Je sais bien pourtant qu’il n’est pas d’usage de mêler l’émotion millénaire aux impératifs de la politique mais il le faut nécessairement parce qu’abstraire l’histoire des hommes pour jouer la carte des influences politiques conduit ni plus ni moins à rater son rendez-vous avec l’histoire que nous écrivons avec notre coeur.

Imaginez un lieu qui soit <<une Demeure pour les nations>>, où la conscience s’ouvre à l’altérité parce que le Divin illumine le coeur des hommes.

Imaginez que ce lieu soit celui de la Proximité par excellence, le Sanctuaire qui permet de recevoir le Divin à l’intérieur de chacun; Difficile à imaginer, n’est-ce pas?

Et pourtant, c’est là la préoccupation essentielle de celles et de ceux qui, comme moi , vivent ici et ailleurs dans un lieu de mon histoire où Abraham, Isaac et Jacob ne sont pas des figures bibliques pour enfants sages, mais des réalités spirituelles qui nous accompagnent.

Pourquoi le Temple a-il été détruit?

Les Sages disent que la première fois, c’est à cause de l’idolâtrie et la seconde fois parceque ses habitants se haissaient sans motif.

Belle leçon, en vérité  car l’idolâtrie est un peu comme vendre son âme sans se mettre en chemin de l’essentiel qui nous traverse, et la haine gratuite est le refus de recevoir en soi le  visage de l’Autre, si je peux me permettre de reprendre légèrement Lévinas.

Or l’Arche qui contenait les tables de la Loi était faite de deux chérubins qui se regardaient et au lieu précis de la rencontre de leurs visages, juste au centre et au dessus de l’Arche, se faisait entendre la voix de l’Eternel, un peu comme pour nous dire qu’il faut accepter de se regarder pour que le divin soit entendu.

Oui, nous étions en deuil aujourd’hui, parce que Jérusalem vit en nous comme un doux secret , une Source de Vie qui nourrit l’espoir qui est le nôtre de voir de nos jours la Paix dans ses murailles et la fraternité dans le coeur de tous les hommes de bien.

Jérusalem est au coeur de toutes nos prières, et nous prions trois fois par jour pour sa reconstruction.

 

A chaque mariage juif, sous le dais nuptial, le marié énonce le psaume << si je t’oublie ô Jérusalem…>>,  puis il brise  un verre sous son pied pour signifier que même au moment de sa joie la plus profonde, il ne saurait oublier la destruction du Temple, et c’ est juste après ce verre brisé que la famille et les amis se mettent à chanter et se réjouir, parce que la fin de nos souffrances viendra un autre jour de 9 be Av ainsi que nous le dit le prophète Jérémie << Je changerai le deuil en allégresse  et je les consolerai, je leur donnerai de la joie après leurs chagrins >>.

Jérusalem est pour le peuple juif le coeur qui le fait vivre et y renoncer, c’est renoncer à vivre.

Je vous offre ce soir, cette jolie chanson chantée par Ofra Haza sur Jérusalem:

link

Je vous mets également en ligne un article publié par Daniel Pipes concernant Jérusalem.

Bonne lecture,
Rachel

A qui appartient Jérusalem?  Daniel  Pipes

Avec les pourparlers sur le statut final entre Israël et les Palestiniens, le sujet de Jérusalem est finalement abordé. A l’origine, le débat est un débat entre Juifs et Musulmans. Il consiste à déterminer qui est le mieux documenté, qui a les liens les plus anciens ou profonds avec Jérusalem.

 

Un rapide rappel des faits montre l’inutilité du débat.


Pour les Musulmans, Jérusalem est d’intérêt second. Elle n’est pas mentionnée une seule fois, ni dans le Coran ni dans les liturgies.

Jérusalem revêt une importance unique aux yeux des Juifs. Sa place dans la loi juive est unique, et sa présence dominante dans la religion juive. Les Juifs prient en direction de Jérusalem, y pleurent la destruction de leur temple, et répètent, pleins d’espoir, la phrase « L’an prochain à Jérusalem ». C’est l’unique capitale de l’état juif, moderne ou ancien.

Au contraire, pour les Musulmans la ville est d’intérêt second. Elle n’est pas mentionnée une seule fois, ni dans le Coran ni dans les liturgies. Le prophète Mahomet n’est jamais venu à Jérusalem, n’a jamais été lié à la ville. Jérusalem n’a jamais servi de capitale sous régime, ni de centre culturel islamique.

Ce serait plutôt La Mecque qui serait la « Jérusalem » de l’Islam. C’est le lieu où les Musulmans croient qu’Abraham a quasiment sacrifié Ismael, le lieu où Mahomet a vécu presque tout se vie, où les évènements-clés de l’Islam ont eu lieu. Les Musulmans prient en se tournant vers La Mecque cinq fois par jour, et les non-Musulmans y sont interdits de résidence.

Si Jérusalem revêt une si faible importance aux yeux des Musulmans, pourquoi prétendent-ils que cette ville compte plus pour eux que pour les Juifs? La réponse est liée à la politique. Les musulmans s’intéressent religieusement à Jérusalem quand cela sert leurs intérêts politiques. Quand ces derniers tombent en désuétude, le statut de la ville également. Cela s’est produit au moins cinq fois durant les 14 derniers siècles.

 
LE PROPHETE

 

Quand Mahomet a cherché à convertir les Juifs en l’an 620, il adopta quelques pratiques de style juif – un jeûne semblable à Yom Kippour, un lieu de culte ressemblant à une synagogue, des restrictions alimentaires rappellant la casherout, ainsi que des prières orientées vers Jérusalem.

Mais, lorsque la plupart des juifs refusèrent de se convertir, il changea la direction de la prière pour la Mecque. C’est ainsi que Jérusalem perdit de son importance pour les Musulmans.

 

LA DYNASTIE OUMAYYADE

 

Jérusalem retrouva sa renommé quelques dizaines d’années plus tard, lorsque les dirigeants de la dynastie Oumayyade essayèrent de rehausser l’importance de leur territoires.

Une des manières d’y arriver était de construire deux monuments prodigieux à fonction religieuse, le Dôme du Rocher en 691, et la mosquée d’El Aksa en 715.

Quand ce passage fut révélé (vers 621), « le lieu de culte le plus éloigné qui soit » était une tournure de phrase, pas un endroit particulier.

C’est alors que les Oumayyades eurent l’idée d’une ruse. Le Coran dit que Dieu conduisit Mahomet « de nuit, de la mosquée sacrée de La Mecque à l’endroit de culte le plus éloigné (el aksa) qui soit » .

Quand ce passage fut révélé (vers 621), « le lieu de culte le plus éloigné qui soit » était une tournure de phrase, pas un endroit particulier. Des dizaines d’années plus tard, les Oumayyades construisirent une mosquée à Jérusalem et la nommèrent El Aksa. Depuis ce temps-là les Musulmans comprennent le passage  » le lieu le plus éloigné » comme faisant référence à Jérusalem.

Mais quand les Oumayyades tombèrent en 750, Jérusalem retourna dans l’obscurité.

 

LES CROISADES

 

La conquête croisée de Jérusalem en 1099 fit face au début à une faible résistance musulmane. Puis, avec le dévelopement de la contre-croisade musulmane, une littérature entière prônant les vertues de Jérusalem vit le jour. C’est pourquoi la ville commença à être considérée comme la troisième ville sainte pour l’Islam.

Puis, lorsque la sécurité fut revenue entre les mains des Musulmans en 1187, la ville retomba dans l’obscurité. Le nombre d’habitants diminua, et même les murailles tombèrent.

 

LA CONQUÊTE ARABE

 

Jérusalem disparut aussi de la carte diplomatique arabe: le pacte de l’OLP de 1964 ne le mentionne pas.

Les musulmans ne retrouvèrent un intérêt dans Jérusalem que lorsque les troupes anglaises atteignèrent la ville en 1917. Les dirigeants palestiniens firent de Jérusalem l’argument majeur de leur campagne contre le sionisme.

Quand les Jordaniens envahirent la vieille ville en 1948, les Musulmans perdirent tout intérêt dans la ville, ainsi que l’on pouvait s’y attendre. Elle devint une petite ville de province sans importance, volontairement dégradée par les Jordaniens au profit de leur capitale Amman.

Obtenir un prêt banquaire, faire installer des lignes ou enregistrer un paquet postal nécessitait un voyage à Amman. La radio jordanienne transmettait le sermon du vendredi non pas d’Al-Aqsa mais d’une mosquée mineure à Amman.

Jérusalem disparut aussi de la carte diplomatique arabe: le pacte de l’OLP de 1964 ne le mentionne pas. Aucun dirigeant arabe ne s’y rend (à l’exception du roi Hussein, et ce fut rare).

 

LA CONQUÊTE ISRAËLIENNE

 

Quand Israël a conquis la ville en 1967, les musulmans ont montré un regain d’intérêt pour Jérusalem. Le pacte de l’OLP de 1968 mentionne le nom de Jérusalem. L’Iran révolutionnaire a instauré une journée de Jérusalem et a imprimé des billets de banques montrant l’image de la ville. L’argent a alors afflué pour la reconstruction de Jérusalem.

C’est donc la politique, plus que les sentiments religieux, qui a éveillé l’intérêt musulman pour Jérusalem.


Article paru en français dans le Jerusalem Post le 19 juillet 2000, repris du site Lamed.fr

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz