FLASH
[23/10/2017] Sinaï : L’Etat islamique a capturé 3 membres du Hamas qui creusaient un tunnel terroriste  |  La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 8 septembre 2009

Human Rights Watch (HRW)  vient de publier un rapport  dangereux sur  l’attitude du  Maroc qui a empêché plusieurs citoyens de faire inscrire leurs enfants sous des noms berbères au registre d’état civil.

 

Bien que la législation marocaine stipule que les premiers noms doivent avoir un « caractère marocain », les autorités locales « interprètent souvent cette disposition comme signifiant que les noms doivent être d’origine arabo-islamique, même si les citoyens berbères sont originaires du Maroc », explique le communiqué de HRW.

 

Le Maroc est officiellement un pays arabe .La supériorité de l’arabe – et des arabes – est ostensiblement affichée. L’État marocain pratique un racisme déclaré et une ségrégation entre ses citoyens. Aux termes de la loi marocaine n° 37-99, des noms amazighs comme Bahac, Damya, Diyia, Mayssa, Guraya, Yuba, Ijja, Aderfy, Amzin, Idir, Massinissa, Tihia, Tinass, Taynust, Sifaw, Massin  sont apparemment interdits dans les registres d’état civil, de mariage ou de décès.



Présenté  il y a quelques mois à la Chambre des Conseillers, la loi sur l’arabisation a fait l’objet de nombreuses critiques de la part des Amazighs marocains, qui affirment qu’il vise surtout à poursuivre la politique d’arabisation dont ils sont victimes.



La Constitution du pays ne reconnaît pas aussi  la langue des Amazighs, le tamazight. Son préambule stipule que « le Royaume du Maroc, Etat musulman souverain, dont la langue officielle est l’arabe, constitue une partie du Grand Maghreb Arabe ».

 

Au Maroc l’arabe officiel est  devenue l’emblème d’un apartheid linguistique , et ce dans plusieurs secteurs : le système éducatif, l’audiovisuel, la culture et les services d’état civil qui refusent d’enregistrer les nouveaux nés qui portent des prénoms berbères.

 

Cet acte discriminatoire constitue une violation à la déclaration des Droits de l’Homme dont le Royaume du Maroc est signataire aux côtés de l’Union Européenne qui lui a accordé en contrepartie « un statut avancé » le 13 octobre 2008.

 

L’occultation délibérée, par l’élite au pouvoir, de la profondeur historique de l’amazighité de ses valeurs culturelles et linguistiques, le Maroc fonde une politique raciste et ségrégationniste. La conception monolithique de la souveraineté par l’État, qui se veut arabe et exclusivement arabe, engendre la contestation de l’ordre linguistique unique et inique de la parole – de la langue – imposée.



Les multiples lois sur l’arabisation totale de la vie publique, des institutions, des entreprises… contrastent avec le discours du pouvoir qui déclare initier la construction d’un consensus autour de l’acceptation du pluralisme. L’arabisation, avec toutes les mesures répressives et radicales qui les accompagnent, témoigne d’un apartheid linguistique.

 

En s’obstinant dans cette politique d’arabisation et d’assimilation forcée des Berbères, le Royaume marocain commet l’un des crimes les plus horribles car elle prive ce pays d’une composante essentielle de son histoire, identité et culture.

 

C’est par ailleurs le patrimoine de toute l’humanité qui sera privé de cet apport millénaire car cette culture berbère ne peut représenter qu’une richesse aussi bien pour le Maroc que pour l’Humanité.

 

 

 

Ftouh Souhail

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz