FLASH
[11/12/2018] L’antisémitisme était la solution respectable pour se débarrasser des juifs d’Europe. L’antisionisme est la façon respectable de se débarrasser des juifs de Palestine  |  100 chrétiens enlevés lors de raids nocturnes dans une église chinoise clandestine  |  Chérif Chekatt, le terroriste de #Strasbourg est armé et n’a pas été interpelé, nuit multiculturelle en vue pour les habitants  |  #Strasbourg : le terroriste se nommerait Chérif Chekatt, né le 4 février 1989 à Strasbourg  |  #Strasbourg : tiens donc, BFMTV affirme que le terroriste fréquentait les milieux extrémistes musulmans (et pourquoi ne sont-ils pas démantelés ?)  |  #Strasbourg : le terroriste reste introuvable, des grenades ont été découvertes dans son logement – les gens, bloqués dans les bars, célèbrent la diversité à leur façon  |  #Strasbourg : nous publions sur Dreuz.info la première photo du suspect  |  Attentat de #Strasbourg : juste pour se tenir informé, les journalistes ont-ils déjà commencé à parler de « dérangé mental » ?  |  #Strasbourg – info non confirmé : le terroriste devait être interpellé ce matin à son domicile pour homicide  |  #Strasbourg : selon BFM, le nouveau bilan est d’au moins 4 morts  |  Suède, Malmö : Le père d’un garçon de 7 ans a été arrêté pour avoir frappé un cambrioleur qui a mis une arme dans la bouche de l’enfant  |  #Strasbourg : le nouveau bilan ne cesse de s’alourdir : 2 morts, 14 blessés dont 7 graves  |  #Strasbourg: Le terroriste, un Français de souche nord-africaine, est lourdement armé. Il est cerné et retranché par la police à Neudorf, chez un épicier de la rue d’Épinal.  |  #Strasbourg : le terroriste était fiché S, une liste de surveillance. Si c’est comme ça que le gouvernement « surveille », il y a de quoi être effrayé  |  #Strasbourg : le terroriste de 29 ans, né à Strasbourg est d’origine nord-africaine, donc il faut encore plus d’immigration  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 8 septembre 2009

  

  

  

L’humour du jour – A lire absolument

Michel Garroté

Mardi 8 septembre 2009  – 19 Elul 5769

J’attendais depuis un bon moment que cela se produise.
Je me disais qu’avec les vacances d’été, il me faudrait patienter. Je consultais néanmoins régulièrement son blog. Et puis, ce matin, je fus comblé. Il était revenu de vacances. Il avait traité des sujets sur lesquels je l’attendais avec impatience. Qui ?  Maître Gilles William Goldnadel.  Sur quels sujets ?  Sur la Suède, que j’ai traitée de salope ;  sur l’Espagne,  que je n’ai pas encore traitée de grande sotte ;  sur le soi-disant antiracisme ;  sur la bien-pensance à la noix de coco ;  bref,  sur les sujets que presque personne n’ose traiter avec humour et courage. Lisez seulement.
  

  

  

  
« Maître Gilles William Goldnadel, sur son BLOG-NOTE DU 8 SEPTEMBRE 2009, écrit, dans un article intitulé « REVOIR PARIS » :  « Lu, en villégiature, les passionnantes et remarquablement écrites Mémoires de mon cher Claude Lanzmann, homme merveilleux et impossible, amoureux excessif, mais avec de solides raisons de l’être, de la vie, des femmes, d’Israël, et, sans doute, de lui-même. Lanzmann, mine de rien, consciemment ou non, je l’ignore – comme il me lit, il me répondra peut-être – transgresse un tabou trentenaire : « le type juif ». À de nombreuses reprises, dans son beau lièvre patagon, il évoque tendrement, qui l’appendice nasal facilement reconnaissable de sa remarquable génitrice, qui le physique judaïque de telle ou tel, et va même, avec humour, jusqu’à se vanter qu’il aurait eu grand succès dans la chasse au faciès aux heures sombres de l’occupation…. »
  

  

  

  
« Eh oui mes amis ! Bien que nous soyons, sans le dire jamais, au cœur de l’indicible de l’après Shoah, comme j’ai eu l’occasion de l’écrire à plusieurs reprises, en expliquant pourquoi, (notamment dans mes « Martyrocrates »), la race (oh le vilain mot !) qui bien entendu n’existe pas, l’ethnie (ça passe un peu mieux) recouvrent parfois de concrètes réalités. Mais surtout, surtout, ne pas en parler – ou alors en creux – on peut, que dis-je, on doit saluer extatiquement l’entrée d’un Noir à la Maison-Blanche (même si on n’approuve ni son programme ni sa personnalité) mais on ne doit pas, comme mon copain Éric Zemmour, constater publiquement l’évidence chromatique que son interlocutrice est de « race noire », sans encourir les foudres des vigiles vigilants de la bien-pensance schizophrénique du temps présent. Le racisme est partout, la race nulle part ».
  

  

  

  
« On voudra bien en conséquence placer, avec indulgence, les remarques quasi obscènes de Lanzmann sur le compte d’un homme d’un passé dépassé. Quant à moi, en fuyant lâchement, les jambes blanches à mon cou d’albâtre, j’affirme que les Noirs courent plus vite que moi. Puisque nous en sommes sur le sujet qui tue,  l’avocat qui signe, s’il n’était depuis longtemps habitué ad nauséam à cette différence de traitement médiatique – et judiciaire – pourrait être étonné de ce que le préfet à particules Paul Girot de Langlade qui aurait tenu des propos racistes – qu’il nie farouchement – ne bénéficie de la même présomption d’innocence que, par exemple, le roturier d’extrême gauche Julien Coupat, protégé par toute la presse ou presque, et qui a même eu l’insigne honneur de se voir ouvrir les colonnes du vespéral pour y étaler une prose aussi élégante que révolutionnaire ».
  

  

  

  
« Coupât n’est pas coupable ! Langlade à la lanterne ! Pendant ce temps, le ministre suédois des affaires étrangères n’ira pas en Israël. De cette liberté d’expression qu’il invoque noblement au bénéfice du quotidien Aftondablet qui vient de prétendre mensongèrement que les soldats israéliens se livraient au juteux commerce d’organes palestiniens, il n’aura pas voulu user pour flétrir une calomnie, somme toute, assez traditionnelle. Au même moment, l’ibérique El Mundo publie, au nom de la même sacro-sainte licence, déniée, par exemple au député Vanneste ou à Georges Frêche, une interview du révisionniste patenté David Irving. Tout en rendant, lui aussi, l’hommage convenu à la presse, l’alter égo espagnol du scandinave précité à bien voulu indiquer qu’une telle interview « blessait les sentiments du peuple juif ». Et pourquoi pas ceux de l’humanité toute entière ? Vous avez dit communautariste ? »
  

  

  

  
  

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz