FLASH
[19/08/2017] Grèce Corfou: une Belge d’origine marocaine, 22 ans, suspectée de liens avec le terrorisme, arrêtée suite à mandat Europol  |  Steve Bannon, libéré de son devoir de réserve après avoir quitté la Maison-Blanche, veut monter une télévision de droite  |  Une semaine après Charlottesville, les antifa attaquent une manifestation pacifique pour la liberté d’expression  |  Boston: une femme avec un drapeau américain a été battue par des antifa lors d’une manifestation pour la liberté d’expression  |  #Barcelone : l’imam de Ripoll aurait été tué dans l’explosion de la maison à Alcanar  |  L’Etat islamique revendique aussi l’attaque de Surgut en #Russie ce matin (et Obama disait qu’il a battu ISIS)  |  JPG le prévoyait ce matin, et voilà: 3 sénateurs demandent 1 enquête sur Sebastian Gorka, conseiller de Trump et des liens aux nazis  |  #Finlande, la police traite l’attaque comme un acte terroriste. Le jihadiste marocain était un migrant demandeur d’asile  |  #Barcelone : c’est l’Etat islamique en Allemagne qui a revendiqué les attentats de Barcelone  |  #Barcelona: Un imam de Ripoll pourrait être impliqué dans la série d’attentats  |  L’État islamique revendique également l’attentat de #Cambrils (1 mort 6 blessés)  |  Effet #Trump : le nombre hebdomadaire de chômeurs vient de baisser à son plus bas point depuis mars 1973  |  #Barcelona: Les explosifs de l’atelier de fabrique des bombes d’Alcanar qui a sauté sont les mêmes que pour les attentats de Paris  |  Russie : attaque au couteau à Surgut – 8 blessés. Assaillant tué par la police  |  Attentat de #Finlande : le jihadiste est un marocain (comme à Barcelone) – 5 autres ont été arrêtés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 21 septembre 2009

   
  
   
  
  
Michel Garroté
  
Lundi 21 septembre 2009  – 3 Tishri 5770
   
  
Nous l’avons écrit à maintes reprises sur ce blog :  la politique étrangère de Obama est désastreuse pour le monde.  Le cantonnement prématuré,  dans leurs casernes hors des villes,  des troupes alliées en Irak a relancé les attentats sanglants en série.  Le terrain irakien,  qui était sous le contrôle des chefs de tribus irakiens avec l’appui logistique des troupes alliées,  ce terrain irakien est à nouveau miné par Al-Qaïda.  Concernant Israël,  Obama,  plutôt que d’exiger en premier lieu que le Fatah renonce au terrorisme,  souhaite remettre à celui-ci une Judée-Samarie judenrein.  Au Pakistan,  Obama ne fait rien pour mettre la pression sur le gouvernement pakistanais qui mène un double jeux face aux islamistes.  Concernant l’Iran,  Obama se gargarise avec des formules anachroniques tandis que les mollahs iraniens sont sur le point d’acquérir leur première bombe atomique.  Pour l’Afghanistan,  en dépit de ses promesses,  Obama fait et dit tout ce qu’il faut pour que les talibans et Al-Qaïda reprennent progressivement le contrôle du territoire afghan.
   
  

   
  
Ainsi,  l’Agence France Presse,  lundi 21 septembre 2009 (début de la dépêche AFP),  citant le Washington Post,  le New York Times et CNN,  informe :  « Le commandant des forces internationales en Afghanistan, le général américain Stanley McChrystal, prévient que sans augmentation des moyens militaires dans ce pays, la coalition risquait d’y subir « un échec », dans un document confidentiel révélé par des médias lundi.  « Echouer à reprendre l’initiative et à mettre un terme à l’actuelle offensive des insurgés à court terme (dans les douze prochains mois) — en attendant que les capacités de sécurité afghanes murissent — risque de nous amener à une situation où il ne serait plus possible de vaincre les insurgés », écrit le général McChrystal, dans ce document publié par le Washington Post.  Le rapport, qui se veut une évaluation stratégique du conflit afghan, a été présenté au secrétaire américain à la Défense Robert Gates le 30 août et est actuellement entre les mains de la Maison Blanche.  Dans ce document de 66 pages, que s’est également procuré le New York Times, le général américain note que la mission afghane a « manqué de ressources dès le départ » et « continue d’en manquer ».  Il n’est pas apparemment fait état dans ce rapport de requête chiffrée.
   
  

   
  
Faute de moyens supplémentaires, 
la coalition risque « un conflit plus long, plus de victimes, des coûts plus élevés et, au final, une érosion cruciale de soutien politique. Chacun de ces risques (…), peut entraîner un échec probable de la mission », écrit le général McChrystal.  Le général est le plus haut gradé américain en Afghanistan où il dirige la Force internationale d’assistance à la sécurité (Isaf) de l’Otan et les troupes américaines.  Le militaire dénonce aussi « la faiblesse des institutions afghanes », « une corruption rampante et des abus de pouvoir de responsables divers », ainsi « que nos propres erreurs (…) qui ont donné très peu de raisons aux Afghans de soutenir leur gouvernement ».  Les forces internationales, dit-il encore, « ont agi d’une manière qui nous a éloignés – physiquement et psychologiquement – des gens que nous cherchons à protéger ».  Le commandant des forces internationales en Afghanistan, le général américain Stanley McChrystal, prévient que sans augmentation des moyens militaires dans ce pays, la coalition risquait d’y subir « un échec », dans un document confidentiel révélé par des médias lundi.
   
  

   
  
Le général Stanley McChrystal à son arrivée le 21 août 2009 dans la province de Logar en Afghanistan :  « Echouer à reprendre l’initiative et à mettre un terme à l’actuelle offensive des insurgés à court terme (dans les douze prochains mois) — en attendant que les capacités de sécurité afghanes murissent — risque de nous amener à une situation où il ne serait plus possible de vaincre les insurgés », écrit le général McChrystal, dans ce document publié par le Washington Post.  Le rapport, qui se veut une évaluation stratégique du conflit afghan, a été présenté au secrétaire américain à la Défense Robert Gates le 30 août et est actuellement entre les mains de la Maison Blanche.  Il n’est pas apparemment fait état dans ce rapport de requête chiffrée.  « Les insurgés ne peuvent pas nous battre militairement (…) mais nous pouvons nous battre nous-mêmes », ajoute-t-il.
   
  

   
  
Le président américain Barack Obama
est appelé à dire s’il dépêche encore davantage de troupes en Afghanistan, en plus des 21.000 qu’il a annoncés en début d’année et qui porteront à 68.000 les effectifs américains.  Il a cependant déclaré dimanche sur CNN que sa décision sur les renforts ne sera pas « dictée par la politique du moment » et promis de se montrer « sceptique » à l’égard des requêtes des généraux.  Les talibans, chassés du pouvoir fin 2001 par les forces internationales emmenées par les Etats-Unis, ont considérablement intensifié et étendu géographiquement leur insurrection depuis deux ans.  Selon le général McChyrstal, les insurgés recrutent massivement dans les prisons.  Les prisons sont devenues « des sanctuaires et une base pour la conduite d’opérations meurtrières » contre le gouvernement afghan et les forces internationales, écrit-il en soulignant que les insurgés islamistes « représentent plus de 2.500 des 14.500 détenus dans un système pénitentaire afghan surpeuplé ».  Après huit années de présence, les forces internationales peinent de plus en plus à endiguer l’insurrection des talibans, tandis que les opinions publiques occidentales s’inquiètent de l’engagement de leurs troupes. Leurs pertes atteignent en outre des records depuis plusieurs mois.  Quelque 62.000 Américains se battent en Afghanistan aux côtés de 38.000 soldats de pays alliés » (Fin de la dépêche AFP).
  

   
  
  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz