FLASH
[21/08/2018] Chômage, déficit, pouvoir d’achat : l’effet Macron ne marche pas, l’effet Trump fonctionne à fond, donc les médias crachent sur Trump  |  Une statue de la Vierge à l’Enfant décapitée dans l’Île de Noirmoutier  |  Européennes 2019 : contesté voire détesté, Emmanuel Macron en mauvaise posture  |  Orly : un « jeune » à scooter meurt en fuyant un contrôle de police, l’IGPN saisie  |  [20/08/2018] Tsahal à arrêté 11 islamistes palestiniens à Hebron et à Jérusalem lors de raids pour rechercher des terroristes  |  Le prix de la vie selon la justice française : Le migrant illégal de 19 ans qui a poignardé 4 personnes à Périgueux lundi 13 août n’a été condamné qu’à 3 ans de prison ferme  |  Paris : Une policière porte secours à des passagers après un accident mortel qu’ils ont provoqué, dans le 19e, et se fait violemment frapper par le passager rescapé!  |  Le chef de la police municipale de Villevaudé, en Seine-et-Marne, a été violemment agressé dimanche à son domicile par « plusieurs personnes » qui l’ont roué de coup  |  Barcelone attentat islamique : Un homme armé d’un couteau a tenté d’attaquer des policiers en hurlant Allahou Akbar (Allah est le plus grand)  |  Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) : un homme de 45 ans tué de 9 coups de couteau, un autre homme blessé, suspect appréhendé, motif inconnu  |  Marseille : encore un adolescent de 16 ans poignardé pour un mauvais regard  |  Tsahal a ouvert le feu sur un terroriste musulman qui a tiré dans leur direction dans le nord de Gaza. Aucun blessé parmi les troupes israéliennes n’a été signalé  |  Un terroriste musulman a tiré des coups de feu sur l’ambassade des États-Unis à Ankara. La police a déclenché une chasse à l’homme et recherche un véhicule blanc suspect  |  [17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 21 septembre 2009

Il semblerait que rien n´ait changé depuis !

Les accusateurs ne sont plus les Suisses, mais l´accusation elle, quelle que soit sa forme réactualisée , est bien vivante.

Et  pourtant cette idée que l´Histoire est un éternel recommencement devrait nous bousculer car elle signifie entre autres que nous sommes voués à l´echec et que rien des sursauts humanistes ne permettra jamais que nous sortions des ténèbres du mal.

Alors oui, cette idée me dérange car elle apporte avec elle une sorte de fatalisme nocif à toutes les forces vivantes engagées pour résister aux assauts des islamistes entre autres.

Voici en illustration un rappel historique ainsi qu´un peu de littrature historique .

Rachel Franco

Septembre 1348: les Juifs de Suisse accusés de propager la peste

 

Entre 1347 et 1350, la peste noire emporte un tiers de la population du continent. Les esprits simples y voient un acte satanique orchestré par les Juifs qui voudraient dominer le monde en empoisonnant l’air et l’eau. Malgré une bulle du pape Clément VI de 1348, dans laquelle il explique que les Juifs ne sont pas épargnés par la maladie et que l’épidémie sévit même dans les régions sans population juive, les masses populaires partent massacrer les Juifs: 2000 morts à Strasbourg, d’autres victimes nombreuses à Colmar, Worms, Francfort, Cologne et ailleurs. Aucune communauté importante d’Allemagne n’est épargnée par les massacres, les pillages, les rébellions. A Berne et à Zurich, des Juifs sont jugés et exécutés.


Dans l’imagination populaire, le Juif est vu comme un serviteur de Satan, affublé de cornes, d’oreilles de cochon, d’une barbe de bouc, d’une queue et de sabots. Il dégage une forte odeur et célèbre le sabbat des sorcières (ce n’est pas un hasard si le mot hébraïque « chabbat » – septième jour – a été appliqué à la sorcellerie). L’accusation de satanisme découle de l’incompréhension du mode de vie juif : circoncision, règles alimentaires, chabbat, fêtes, prières en hébreu, autant d’éléments qui peuvent suggérer le mystère et être mal interprétés.

 

Après la vague de peste, les Juifs reviennent dans certaines villes où ils sont appréciés et favorisés (protection spéciale, restauration de synagogues et de cimetières), mais leur sécurité reste précaire et leur avenir incertain. Le calme et la tolérance alternent avec les persécutions et les expulsions.

 

Encore à la fin du XVIIe siècle, lors d’une épidémie de peste à Vienne, ce sont les Juifs que l’on tient responsables d’avoir empoisonné les puits et favorisé la propagation de la maladie.

 

Yves CHEVALIER : L’Antisémitisme, Paris, Cerf, 1988.
Léon POLIAKOV : Histoire de l’Antisémitisme, Paris, Seuil, 2 vol., 1981.
Joshua TRACHTENBERG : The Devil and the Jews, Philadelphie, JPS, 1983.


 

 

Voici, à ce propos, un extrait d’un texte de Florence Gugenheim (Du bûcher à l’émancipation) tiré de l’ouvrage Vie juive en Suisse (Editions du Grand-Pont, 1992, p.39):

 

«Des persécutions particulièrement violentes eurent lieu en de nombreux endroits pendant les années de la « mort noire » en 1348 et 1349, alors que la peste sévissait dans toute l’Europe et que les Juifs étaient accusés d’empoisonner les puits et de propager le fléau. Dans le Pays de Vaud, à Zofingen et à Berne, ils furent jetés en prison, contraints par la torture à avouer leurs torts et brûlés ou expulsés. Les gouvernements de Zurich et de Bâle essayèrent bien de les protéger, mais la populace fanatisée exigea leur mise à mort. Il en fut de même sur les terres du duc Albert d’Autriche, qui avait accordé refuge à 300 Juifs sur les terres du château de Kyburg. Dans tout l’Empire allemand, les Juifs furent brûlés vifs ou expulsés. Une ancienne chronique commente ainsi ces événements: « Toutes les dettes envers les Juifs étaient annulées; ils devaient restituer tous les gages et reconnaissances de dette en leur possession. Le Conseil s’empara de leurs fortunes et les distribua aux artisans… car c’était là le poison qui infectait les Juifs. » (Jak. Twinger dans la Chronique de Strasbourg.) L’empereur allemand Charles IV acquitta par la suite les villes de Zurich et Bâle pour les exactions commises contre ses sujets et s’appropria la plus grande partie des biens dérobés aux Juifs.

 

Peu de temps après, les Juifs furent à nouveau admis dans les villes. A Zurich, cinq ans seulement après la persécution, le Conseil publia une lettre générale de franchise à l’intention des Juifs, en 1354. En 1401, des Juifs furent brûlés à Diessenhofen, Schaffhouse et Winterthour sous l’accusation de meurtre rituel. A Zurich, pour les mettre à l’abri de la colère populaire, le Conseil les laissa en prison jusqu’à ce que la fureur se fût apaisée

 

Sources: EJP – lundi 21 septembre 2009, CICAD – Histoire de l’antisémitisme
 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz