FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 8 février 2010
 
 
 

 
L’Axe rouge brun Cuba-Caracas
 
Michel Garroté
 
Lundi 8 février 2010 – 24 Shevat 5770
 
Notre blog a été l’un des premiers à mettre en garde contre la dérive rouge brune du Venezuela sous la coupe du militaire Hugo Chavez, grand copain du nazislamiste Ahmadinejad et coqueluche de l’extrême gauche française. Notre blog a également été l’un des premiers à souligner les relations étroites entre le Venezuela, les Farc, la Bolivie, l’Equateur et Cuba, cette nouvelle constellation qui – sous couvert de soi-disant ‘bolivarisme’ – restaure en Amérique latine le fascisme rouge.
 

 
Or, voici que Axel Gyldèn, sur lexpress.fr, publie une analyse très éclairante sur le Caudillo de Caracas et ses mentors cubains :  « Le numéro trois cubain est allé prêter main forte à Hugo Chavez, en butte à une vague de protestation populaire grandissante. Mais qu’est donc allé faire Ramiro Valdés au Venezuela ?  La présence à Caracas du vice-président cubain et numéro trois du régime, la semaine dernière, a déclenché une vague d’interrogations, de critiques et d’inquiétudes parmi les analystes, les experts et les opposants au lieutenant-colonel Hugo Chavez. Envoyé spécial de Fidel Castro, Valdés, 78 ans, était officiellement à la tête d’une mission qui devait aider le Venezuela à résoudre son problème énergétique. Problème :  ministre de l’Informatique et des Communications depuis 2006, et autrefois impitoyable ministre de l’Intérieur, Valdés est surtout connu comme le symbole des décennies de répression cubaines.
 
‘Présenter Ramiro Valdés comme un spécialiste des questions électriques prête à sourire puisqu’il n’a aucune compétence particulière dans ce domaine’, ironise la spécialiste du castrisme Elizabeth Burgos. En outre, il est difficile d’imaginer comment Cuba pourrait servir de modèle en la matière puisque la crise énergétique y est permanente… Pour nombre d’observateurs, le voyage de Ramiro Valdés cachait probablement un autre objectif. Celui de prêter main forte à Hugo Chavez, dont la politique est à nouveau en butte à une vague de protestation populaire importante. ‘Compte tenu de la quantité considérable de pétrole qu’Hugo Chavez cède chaque mois au gouvernement de Castro, la stabilité du Venezuela est vitale pour le régime cubain’, observe Eugenio Yanez, expert en questions cubaines qui dirige le think-tank Cubanalisis. Selon le Nuevo Herald, de Miami (Floride), l’expertise de Ramiro Valdés est plutôt lié à ce que l’intéressé connaît le mieux :  le contrôle social et la mise en coupe réglée d’une société entière.
 
Coïncidence ? Le lieutenant-colonel Chavez donne actuellement un tour plus répressif à sa ‘révolution bolivarienne’. ‘Face aux manifestations d’étudiants anti-chavistes, il faut s’attendre à un redoublement de la répression’, écrit le quotidien. Selon Eugenio Yanez, les conseils prodigués par Valdés auraient quatre objectifs. ‘Un :  accroître la pression sur les médias en général et particulièrement sur ceux qui posent des problèmes à Chavez. Deux :  multiplier les mesures confiscatoires contre les personnes qui détiennent des ressources économiques. Trois :  développer un système de contrôle absolu sur tous les mouvements d’opposition et les dissidents potentiels. Quatre :  contrôler de plus près les cadres militaires et les agents de renseignements vénézuéliens afin de se prémunir contre toute tentative de coup d’Etat’. ‘Que Fidel Castro ait décidé d’envoyer un proconsul de ce niveau en mission commandée au Venezuela signifie qu’il prend au sérieux la situation de crise dans ce pays’, reprend l’analyste Elizabeth Burgos pour qui la mission de l’envoyé spécial de Castro est claire.
 
Il s’agit de s’assurer de la bonne marche de la révolution bolivarienne au Venezuela et en Bolivie, en lui attribuant une fonction de proconsul’. C’est en effet Ramiro Valdés qui a représenté le gouvernement cubain lors de la cérémonie de prise de pouvoir du président bolivien réélu Evo Morales, le mois dernier, à la Paz (Bolivie). Il a ensuite fait la tournée de popotes, rendant visite aux milliers de Cubains (enseignants, médecins, conseillers techniques) installés dans le pays andin. L’année dernière, c’est encore Valdés qui est venu célébrer à Caracas avec Hugo Chavez le cinquantenaire de la Révolution cubaine, aux cotés d’Hugo Chavez, au Panthéon national. Au Venezuela, le nombre de Cubains en ‘mission bolivarienne’ atteint actuellement 30’000 personnes. Conclusion de Burgos :  ‘Il est évident que Fidel Castro a confié à Ramiro Valdés une visibilité et un pouvoir que cet homme de l’ombre n’a jamais eu par le passé’ » (fin de l’analyse parue sur lexpress.fr).
 

 
 
 
 
 
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz