FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 19 février 2010

nullBarack Obama réitera-t-il l’exploit de la médiocrité cher à Jimmy Carter ? Ce dernier, l’un des rares présidents en exercice à n’avoir pas été réélu, avait mené son parti au fond du gouffre.

Il faut dire qu’Obama, après avoir battu tous les records de popularité lors de son élection en 2008, atteint aujourd’hui des records de médiocrité : il est, à ce jour, le président le plus impopulaire de l’histoire des Etats-Unis après une année de mandat.

Dans le camp républicain, c’est l’euphorie. L' »effet Obama » permet aux conservateurs de réaliser des exploits impensables quelques années plus tôt, comme rafler le siège de l’emblème du parti démocrate, feu Ted Kennedy, dans un fief de la gauche américaine. Avec l’avènement des élections de la mi-mandat, qui s’annoncent catastrophiques pour les Démocrates, les Républicains espèrent achever le « canard boiteux » et s’ouvrir une voie royale pour 2012.

L’histoire se répète dit-on. Le désastre Obama permettra-t-il à Sarah Palin de décrocher la Maison-Blanche en 2012 ? Ce qui semblait improbable il y a une année est aujourd’hui sérieusement envisagé.

[LE FIGARO] Cruelle désillusion pour Barack Obama : pour la première fois depuis son arrivée à la Maison-Blanche, un sondage CNN/Opinion Poll Research indique que la majorité des Américains ne le réélirait pas si la présidentielle avait lieu aujourd’hui. Il ne remporterait que 44% des voix, et 52% voteraient pour un autre candidat.

Aujourd’hui, le débat fait rage sur les effets supposés du plan de relance. Barack Obama a reconnu mercredi que des millions d’Américains attendaient toujours d’en voir les effets. «Cela ne ressemble pas à une reprise. J’en suis conscient», a-t-il dit. Mais il martèle qu’il a bel et bien évité une «catastrophe». Selon les calculs de l’Administration, 2 millions d’emplois ont été préservés ou créés grâce au plan de relance. Pour convaincre l’opinion face au tir de barrage des républicains, la Maison-Blanche vient de lancer une vaste campagne d’information sur ce thème. Elle envisage aussi de nouvelles mesures pour relancer l’emploi, notamment en faveur des PME, moteur de l’économie aux États-Unis. Quelque 267 milliards de dollars du budget 2010 pourraient aller à la création d’emplois.


Les critiques estiment qu’il est un peu tard et reprochent à Barack Obama d’avoir négligé l’emploi durant la première année de son mandat au profit de la réforme de la santé, qui n’a abouti nulle part à ce jour. Pour preuve, le changement de priorité après l’humiliation du Massachusetts et l’élection surprise d’un républicain dans un État ultralibéral sur fond de frustration populaire.


Certains observateurs vont jusqu’à juger un changement d’équipe indispensable à la Maison-Blanche. Le directeur de cabinet d’Obama, Rahm Emanuel, pourrait être le premier visé.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz