FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 10 mars 2010

   

  

   

   

  

   

Dhimitude au sein de l’Eglise

   

   

Michel Garroté

   

   

Mercredi 10 mars 2010 – 24 Adarl 5770

   

   

Des femmes chrétiennes et des enfants chrétiens sont tués à la machette et brûlés par des mahométans. Mais l’islam n’y est pour rien, affirme l’Eglise.

   

Ainsi, le 8 mars, le Directeur de la Salle-de-Presse du Saint-Siège a fait part de l’horreur et de la préoccupation face aux affrontements de ces derniers jours au centre du Nigeria, qui ont entraîné la mort d’environ 500 chrétiens de l’ethnie berom, agressés par des fulani musulmans. Le P.Federico Lombardi a tenu à préciser qu’en réalité il ne s’agit pas d’une question religieuse mais sociale. Sur les ondes de Radio Vatican, Mgr.John Olorunfemi Onaiyekan, Archevêque d’Abuja, a expliqué qu’il s’agit d’un classique conflit entre pasteurs et agriculteurs, en l’occurrence les fulani étant musulmans et les berom chrétiens.

   

« La presse a trop facilement présenté les faits comme un affrontement inter-religieux. Or il ne s’agit pas de revendications religieuses mais socio-économiques, tribales et culturelles. Les victimes sont de pauvres gens, ignorant de ces problématiques et sans responsabilités. Quant à elle, l’Eglise s’applique à maintenir de bonnes relations entre chrétiens et musulmans. Elle tente une médiation pour faire cesser la violence et aide à trouver une solution aux problèmes concrets, politiques et ethniques. Nous prions pour la paix, pour un bon gouvernement et la vérité, pour que tous les citoyens reconnaissent que la seule solution pour survivre est de se considérer frères ».

   

Et, un Père blanc congolais (?) établi au Nigeria, cité dans le quotidien La Croix, livre son témoignage sur les violences ayant entraîné la mort de 500 chrétiens dimanche 7 mars dans l’est du pays. « Les gens ont peur. Les musulmans du nord exercent cette pression meurtrière pour parvenir à leurs fins, c’est-à-dire prendre le pouvoir. On a même vu des soldats en uniforme parmi les assaillants. Le gouvernement nigérian laisse faire. Or, ici, tout le monde sait qui a commis les crimes du week-end dernier ». « Les chrétiens sont majoritaires dans la région de Jos. Ils ont été victimes de musulmans venus du nord du pays.

   

Pour mobiliser les troupes, il est plus facile de mettre en avant la différence religieuse. Mais la réalité est autre : le nord, pauvre, convoite les terres fertiles du sud, beaucoup plus riche. Le conflit n’est pas religieux, il est économique et politique ». Lors des combats d’une extrême violence – de nombreuses femmes et enfants ont été tués à la machette ou brûlés –, les éleveurs nomades musulmans de l’ethnie fulani, ont visé les chrétiens sédentaires de l’ethnie berom. Les attaques ont duré près de trois heures sans que les forces militaires ne s’interposent.

   

   

 

 

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz