FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 26 mars 2010
  
  
  

  
  
  
Sarkozy, pire que Chirac

Michel Garroté

Vendredi 26 mars 2010 – 11 Nisan 5770

Il a suffi que je dénonce le social-étatisme de Sarkozy pour que certains me soupçonnent d’avoir rompu avec le camp conservateur et néoconservateur. Ce soupçon – mi-cartésien, mi-autiste – m’amuse d’autant plus que c’est Sarkozy – et non pas moi – qui a rompu avec le camp conservateur et néoconservateur. A cet égard, je viens de publier un article de Michel Gurfinkiel qui me conforte dans mes positions. Et pour enfoncer le clou, je publie maintenant un article de Guy Milliere qui, lui aussi, me conforte dans mes positions.

Guy Milliere, sur les4verites.com, dans un article intitulé « Sarkozy, pire que Chirac », écrit :  « Le résultat des élections régionales est tombé. Il m’intéresse extrêmement peu. Je dirai même qu’il ne m’importe pas. Comme je l’ai déjà indiqué en ces colonnes, je n’ai pas voté au premier tour. Je n’ai pas voté au second. Je ne voterai vraisemblablement pas aux élections suivantes. Certes, la victoire de la gauche française me consterne. Je n’oublie pas que, si le parti socialiste a, lui-même, un programme qui semble n’avoir pas bougé depuis l’ère des dinosaures et de Karl Marx, il a passé des alliances avec les khmers verts pro-palestiniens de Cécile Duflot, avec les derniers communistes et avec quelques partisans de Hugo Chavez. Cette victoire va enfoncer encore ce pays vers l’euthanasie. Mais ce qui me semble le plus inadmissible est la politique suivie depuis des mois par Nicolas Sarkozy : un homme qui semble avoir dépassé de beaucoup son seuil d’incompétence en arrivant à l’Élysée.

En matière d’environnement, Sarkozy n’a cessé de reprendre un discours digne d’Europe-écologie, avec juste quelques bémols. Il n’a pas combattu le crétinisme de ces gens ; il l’a entériné, et n’a pas semblé comprendre que, tant qu’à entériner ce crétinisme, les électeurs préféreraient les crétins estampillés à une pâle décalcomanie. En matière de politique économique, il n’a cessé de se conduire en étatiste, en dirigiste et en redistributionniste, a ajouté de nouveaux impôts aux impôts existants et, au nom de je ne sais quelle « ouverture », n’a cessé de nommer des socialistes à tous les postes possibles. Pour tout cela, le parti dirigé par Martine Aubry a toujours proposé mieux. Les électeurs pouvaient difficilement ne pas considérer que, s’il s’agissait de faire du socialisme et de recruter des socialistes, le parti susdit portait d’ores et déjà le nom adéquat.

Ce n’est que dans des domaines tels que l’immigration et, très vaguement, la sécurité, que le Président de la République a prétendu, parfois, se démarquer vraiment de ceux qui sont censés être ses adversaires, et là, il n’a pu s’empêcher de faire des gestes qui ont semblé montrer que ce qui l’intéressait, c’étaient des positions qui ressemblaient un peu à celles du Front National : en matière de nationalisme étroit et d’autoritarisme xénophobe, le Front National n’a cessé de proposer mieux que lui. Il y a des commissions de réflexion à l’UMP. Il y a de l’argent. Il y a des gens qui sont censés être payés pour faire des analyses et des propositions. S’ils ne parviennent pas à inspirer mieux à leur chef, c’est pathétique et ils méritent, ainsi que leur chef, une déroute totale. Cette déroute a commencé. En toute logique, elle devrait se poursuivre. Je ne vois, en effet, pas comment l’échec de 2010 pourrait ne pas mener à un échec ultérieur en 2012.

Ni l’UMP ni son chef ne peuvent dire qu’ils se sont trompés sans cesse et ont été nuls pendant des mois pour tout changer in extremis, et se donner l’apparence soudaine de gens intelligents. Un ami me disait, il y a deux ans, que Sarkozy serait pire que Chirac. J’avais peine à l’admettre. Force m’est de constater que ce n’était pas faux. La France n’arrête pas de descen­dre : après Mitterrand le pétainiste, l’ami de René Bousquet, ce pays est tombé plus bas avec Chirac le corrompu, l’ami de Saddam Hussein et de Yasser Arafat. Nous en sommes à celui qui, plutôt que lire, fait du découpage dans les confettis sur lesquels sont inscrites les idées de dogmatiques essoufflés. La fois suivante ? Je n’ose imaginer. On dit parfois qu’un pays a les dirigeants qu’il mérite. Sous cet angle, l’UMP et Sarkozy sont des symptômes. La cohorte qui leur fait face est elle aussi un symptôme.

Ce qui se passe en politique n’est qu’une pièce d’un puzzle décomposé et vide dont les autres pièces sont l’enseignement, les médias, l’édition. La France est proche de la mort clinique. On peut ajouter, ce qui ne justifie rien mais explique un peu, que la France n’est pas seule dans ce cas. Les autres pays d’Europe vont tout aussi mal, à des degrés et sous des formes divers. À un hiver démographique généralisé, s’ajoutent des taux d’endettement qui explosent, une islamisation rampante, quelques crispations néo-fascistes, un délabrement économique qui s’amplifie, et une cécité générique sur l‘évolution planétaire. Pour compléter le paysage, Obama, outre-Atlantique, poursuit ses tentatives de sabordage des États-Unis. L’avenir immédiat en ces conditions ? Je préfère ne rien en dire … » (Fin de l’article de Guy Milliere).


Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz