FLASH
[21/02/2018] Cauchemar absolu pour BDS : Intel investi 5 milliards de dollars pour ouvrir une usine en Israël  |  Mali: 2 soldats français ont été tués par des islamistes, en sautant sur une bombe artisanale  |  [20/02/2018] Danemark : Le suspect qui a attaqué un couple à la hache a été arrêté – oups! C’est encore un musulman  |  Effet Trump : La confiance des petites entreprises atteint un sommet record début 2018 après la victoire de la réforme fiscale de Trump  |  La nuit dernière, Tsahal a arrêté 7 terroristes musulmans en Judée-Samarie, recherchés pour implication dans des attaques terroristes et des violents troubles contre des civils et le personnel de sécurité  |  [19/02/2018] Logique : Israël supprime les subventions de l’Etat à un théâtre arabe anti-israélien de Haifa  |  En ½ siècle, le monde est passé de 75% à 9% de la population qui vit dans l’extrême pauvreté  |  Russie : L’Etat islamique revendique l’attentat dans une église du Dagestan qui a fait 5 morts  |  [18/02/2018] Une roquette vient d’être tirée depuis Gaza vers Israël. Les sirènes ont été déclenchées à Sderot et Sha’ar Hanegev  |  Judée Samarie : un terroriste islamiste palestinien muni d’un fusil automatique arrêté devant un tribunal militaire  |  Russie : Un homme ouvre le feu à la sortie d’une église au Daguestan. Au moins 4 morts et 4 blessés  |  Comment dire ça aux médias sans déclencher des crises d’apoplexie : Macron en baisse de 6 points dans les sondages. Trump en hausse de 3 points  |  [17/02/2018] Une roquette tirée depuis Gaza dans le sud d’Israël a atteint une maison d’Ohr Haner, et s’est coincée sur le toit, aucun blessé  |  Plusieurs sirènes ont été activées ce soir au sud d’Israël, forçant les gens d’environ 10 communautés à se réfugier dans les abris – tout ça parce que les Arabes passent leur temps à chercher à tuer des juifs  |  Une roquette tirée de Gaza vers des habitations au sud d’Israël a explosé près d’une maison de Sha’ar Hanegev – pas de victimes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 29 mars 2010

 

 

Je prends la plume pour  partager avec vous la tristesse qui est la mienne et vous raconter un petit bout de cette aventure de liberté que représente drzz.info

 

Un jour, j’ai reçu un mail de Drzz.info dont je n’avais jamais entendu parler. Il me demandait si je connaissais Souhail Ftouh car certains prétendaient qu’il était une création fictive du Net. E
J’avais bien compris que le fait qu’il soit tunisien posait quelques problèmes pour donner foi à ses articles pro-Israël.

 

Je connaissais Souhail et je l’ai défendu publiquement.

 

Drzz m’a proposée  de me joindre à l’équipe des rédacteurs du site et j’ai accepté.

 

Je ne suis pas journaliste, vous le savez. Mais voici mon histoire et le pourquoi de mon engagement « journalistique ».

Je ne la raconte que parce qu’elle est révélatrice d’une urgence absolue à s’investir dans la lutte pour une information libre et éclairée.

 

Je me trouvais à Paris lorsque Tsahal est entré à Gaza ; Je visitais ma famille et mes amis.

 

Un samedi, je me trouvais par hasard  tout près de la Place de la République alors qu’une manifestation était en train de se mettre en marche contre les sionistes, contre Israël, etc; Vous connaissez la suite .

 

C’était la première manifestation qui allait donner tant de petits dans tant de capitales et autres villes d’Europe, d’Afrique et d’Orient….Ce qui est devenu ensuite la tradition des « promenades du samedi ».

 

Je me trouvais par hasard en ce lieu et j’ai vu…

 

J’ai vu la haine comme je ne l’avais jamais vu.

J’ai vu mon drapeau, une si belle étoile Azur souillé avec la croix nazie;

J’ai vu la joie de la fête nauséabonde sur les visages de tant et tant de manifestants.

J’ai vu aussi des français bien-sûr.

 

J’ai entendu les cris de  » mort aux juifs  » hurlés en arabe, et la foule s’en donner à cœur joie.

J’ai senti un égrégore de haine raciste et malfaisant, planer autour de moi et je savais que la moindre étincelle mettrait le feu aux poudres.

 

Je suis partie me mettre à l’abri et j’ai retenu des larmes de révolte.

 

Lorsqu’ensuite, j’ai essayé d’expliquer à certaines de mes connaissances ce qui se tramait là, la terreur nazie-islamiste libre de déferler et de scander ses slogans racistes dans les rues de Paris, je me suis aperçue des dégâts d’une information officielle biaisée concernant mon pays, son armée et mon peuple.

 

Je le savais bien-sûr mais je pensais naïvement que mes « relations » éclairées par un vrai souci de fraternité  pourraient entendre une autre voix, celle d’une femme israélienne qui s’efforce toujours de rester authentique et qui vit là-bas.

 

Je pensais que ma bonne foi et ma capacité d’analyse et mon désir de justice  pour tous les peuples parleraient en mon nom, d’une autre réalité que celle perçue par eux, déformée par un antisionisme  primaire.

 

Je me trompais lourdement. Les dégâts de la désinformation sont irréversibles.

Nos échanges ont été nombreux et stériles.

Ceux qui pensaient que j’avais raison, me l’écrivaient en Mail Privé dans la discrétion la plus totale (sauf exception de mes vrais amis qui lisaient nos échanges), comme s’il était honteux de s’affirmer aux côtés d’Israël.

 

J’ai définitivement quitté ces relations  et le forum où je m’exprimais le jour où insidieusement Gaza a été comparé à un camp nazi! Trop, c’est trop. Le pas de la honte venait d’être franchi ! Je ne prêterai pas le flanc à de telles tentatives. 

 

 Et j’ai décidé de mettre ma plume au service de celles et ceux de bonne foi qui, sans préjugés, acceptaient d’entendre et de voir différemment.

 

De poème en poème, de texte en texte et de révolte en révolte, j’ai écrit et j’ai diffusé des articles, des analyses, des témoignages, tout ce qui me semblait apporter un plus dans la vision étriquée de la pensée conformiste ambiante.

 

J’ai partagé avec celui que dès les premiers jours j’ai surnommé l’Abeille, mes doutes et mes rêves aussi, d’un lieu pluriel où les voix peuvent se faire entendre sans que pleuvent les insultes, ce qui était largement le cas lors de mes premières contributions.

 

J’ai osé une écriture un peu intimiste pour ne pas rester à vos yeux une étrangère, mais simplement une femme qui vit dans un pays aux si nombreux ennemis et dont l’âme est habitée par des désirs de paix.

 

Mais la paix à laquelle j’aspire pour mon peuple, pour mes enfants et mes petits enfants à venir, ne saurait faire l’économie de la lucidité et du courage nécessaire pour se battre contre les forces obscures d’un islam totalitaire et nazifiant.

 

Je refuse de me bercer des illusions d’une paix qui entend me mutiler de mes droits, de ma terre, ….et de ma vie. C’est une question de survie ! Je n’ai tout simplement pas le choix.

 

 

Ce site qui va fermer est comme une lumière qui va s’éteindre dans la nuit qui nous enveloppe de toutes parts. Ce bateau de liberté dans lequel j’avais pris place aux côtés de l’Abeille, de Michel, de Souhail et d’autres amis discrets  va cesser de voguer  au gré des nouvelles catastrophiques que nous recevions ici et là et que nous dénoncions sans relâche.

 

Un jour, Michel, te souviens-tu, tu m’avais écrit  » Nous sommes des veilleurs  » et dans mon for intérieur, j’avais formulé le souhait  » Puissions- nous tous être des veilleurs ! « .

 

Je le sais, plus que jamais, nous aurions eu besoin les uns avec les autres de nous soutenir dans notre lutte commune contre la nuit islamiste.

 

Sans doute, Israël devra agir en Iran et le monde explosera de haine sans rien  comprendre à rien.

 

De nouvelles guerres surgiront dans ce beau pays si cher à mon cœur et nous nous sentirons plus que jamais isolés de toutes parts.

 

L’histoire des grands est écrite d’avance, mais ce qui n’est pas écrit, c’est le courage de chacun de nous  véhiculer une parole de vérité pour lutter contre la désinformation.

 

Chers amis lecteurs, ce soir c’est la fête de la Pâques juive ; Ce soir, je sortirai d’Egypte et je pratiquerai le Rituel traditionnel qui me parle si fort, bien au-delà d’une simple gestuelle exotérique.

 

Si j’avais eu le temps, je vous aurai parlé de la symbolique de ce rendez-vous et je vous aurai proposé des forces à ma manière, mais le temps me manque et ma famille m’appelle.

 

Que vous dire alors pour vous encourager à traverser la nuit?

 

Je vous offre cette citation d’Edmond Fleg :  

 

Car la nuit la plus noire est une aube qui vient!

 

Soyez vous aussi les soldats de la lumière et gardez confiance !

 

De l’Orient, je vous adresse mes amitiés.

Je reviendrai vous écrire après les fêtes et avant le 2 Avril prochain.

 

Rachel Franco  

 

 

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz