FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 19 mai 2010

  

 

  

  

 

  

La vraie maison de Jésus découverte par des Israéliens ?

   

Par Michel Garroté

   

Mercredi 19 mai 2010 – 6 Sivan 5770

   

La découverte à Nazareth d’une maison contemporaine de Jésus, en décembre dernier, a fait le tour du monde. Pour la toute première fois, les archéologues de l’Autorité israélienne des Antiquités ont mis au jour, sur le chantier de construction du futur Centre international Marie de Nazareth, situé à côté de la basilique de l’Annonciation, les fondations d’une maison juive du Ier siècle. Les vestiges de cette habitation, que le Christ a théoriquement pu voir et fréquenter, ont commencé à livrer de précieuses informations sur la vie des Nazaréens de l’époque. Ils ont aussi permis de mieux interpréter les autres sites archéologiques déjà connus de la «Cité de l’Incarnation».

Alors que le terrain excavé s’apprête à être recouvert d’une voûte pour pouvoir être exposé durablement au public, l’archéologue responsable des fouilles, Yardenna Alexandre, nous fournit sur place ses explications d’experte. Rencontre :

Qu’avez-vous trouvé de déterminant sur ce site, pour en arriver à vos conclusions ?

Yardenna Alexandre: Nous avons dégagé le terrain jusqu’au niveau du rocher naturel et mis au jour des restes de murs de pierre avec leurs fondations. Nous avons alors trouvé, dans la même maison, des morceaux de céramique de l’époque hellénistique tardive et romaine ancienne. Ces débris attestent que la bâtisse était occupée du premier siècle avant J.-C. au premier siècle après J.-C.

C’était une maison juive ?

Oui. On a trouvé des fragments de jarres en pierre. Or ces sortes de jarres particulières de Judée et de Galilée centrale n’étaient utilisées que par les juifs, pour des raisons rituelles. Ces récipients étaient en effet résistants aux impuretés, tandis que les vases en céramique pouvaient être souillés et devaient alors être détruits. On observe de tels fragments en pierre dans la plupart des maisons juives de l’époque. J’en ai par exemple trouvé beaucoup à Cana, où j’ai effectué de nombreuses fouilles de maisons du temps de Jésus. On n’a pas découvert grand-chose d’autre dans la maison de Nazareth. Seulement quelques objets simples, de la même époque.

Et au niveau des structures ?

On a trouvé des restes de murs de l’époque romaine ainsi qu’un dépôt mamelouk, beaucoup plus tardif. Il y a aussi une citerne que l’on n’a pas encore fouillée: comme elle est très étroite, on doit encore établir la méthode adéquate pour y arriver. Et il y a un silo, mais qui pourrait aussi avoir été une cache au temps de la grande révolte des juifs contre les Romains, en 67 après J.-C. A l’arrière du chantier, on a aussi trouvé un puits, que l’on doit encore dégager. Les recherches se poursuivront une fois que les constructions du Centre international Marie de Nazareth seront terminées.

Vos observations confirment définitivement l’existence d’un village à Nazareth à l’époque de Jésus…

Notre découverte est effectivement très importante, parce que jusqu’à présent, on n’avait pas trouvé de bâtiments remontant à l’époque de Jésus, à Nazareth. Il y en avait peut-être eu à l’emplacement de la basilique de l’Annonciation (inaugurée en 1964, ndlr). Mais tout a été rasé, vraisemblablement au XIIe siècle déjà, lors de la construction de l’église des Croisés qui l’a précédée sur le même site. N’ont subsisté que des citernes et un silo. Au risque de froisser les pèlerins qui visitent la grotte de l’Annonciation, je peux confirmer que les habitants de l’époque n’habitaient pas dans pareilles grottes. Ils ne les utilisaient que comme caves ou annexes, leurs maisons étant édifiées dessus.

Vos fouilles permettent aussi de mieux comprendre quelle était l’importance du village de Jésus…

On peut affirmer que Nazareth était habité par des juifs à l’époque hellénistique tardive et romaine. C’était un petit village, voire seulement un hameau. On a pu le délimiter partiellement grâce aux grottes et aux excavations de sépultures que l’on a trouvées sur le flanc de la colline. On sait que, selon la tradition juive, ces tombeaux étaient placés en bordure des habitations. On a aussi constaté que Nazareth n’était pas sur la route de transit de l’époque, contrairement par exemple à Cana, qui était une localité beaucoup plus importante.

Le mystère du « Tombeau du Juste »

Si la découverte d’une maison juive du Ier siècle vient confirmer définitivement l’existence d’une bourgade à Nazareth, à l’époque de Jésus, elle remet en revanche partiellement en question l’interprétation des autres sites archéologiques visités par les pèlerins. Ainsi, par exemple, la grotte enchâssée dans la basilique de l’Annonciation, considérée selon la tradition comme le lieu où vivait la Vierge Marie et où elle aurait reçu la visite de l’archange Gabriel, ne serait qu’une annexe ou une cave de la présupposée « maison de Marie », la bâtisse ayant complètement disparu. Les fouilles actuelles soulèvent une autre question: s’agit-il vraiment  de la «première maison juive du Ier siècle» trouvée à Nazareth, comme le prétend l’Autorité israélienne des Antiquités ? Car dans les années 1900, une autre «maison vénérée» du Ier siècle avait été trouvée à  proximité, sous une cour de la propriété des Religieuses de Nazareth. Les fouilles avaient été menées par les Soeurs, avec les bons conseils du Père Séjourné, prieur des dominicains de l’Ecole biblique de Jérusalem. Ces fouilles anciennes, entreprises dès 1884 et peu scientifiques, avaient permis de mettre au jour, outre les restes de cette habitation, plusieurs grandes grottes avec tombeaux, une chambre sépulcrale juive avec pierre roulante de la période hérodienne (Ier siècle) et une crypte creusée dans le rocher avec autel pouvant être le «Tombeau du saint», ou «Tombeau du Juste », cité par la tradition. Les Soeurs avaient aussi découvert une fontaine-citerne, des canalisations, des dallages de pierre, des voûtes byzantines et divers vestiges de culte de l’époque des Croisés. Après la Seconde Guerre mondiale, les recherches furent reprises par le Père Sénès, de l’Institut biblique pontifical de Jérusalem. Il tenta de démontrer que ce site correspondait à l’église ancestrale construite sur la «maison dans laquelle le Seigneur notre Sauveur a été nourri», comme l’avait décrite l’évêque gaulois Arculfe, en 670. Ce sanctuaire ancestral abritait-il la maison de Jésus et le tombeau de son père nourricier, saint Joseph, surnommé «Le Juste»? Le bibliste et archéologue suisse Jean-Bernard Livio, qui a étudié longuement le site et publié ses résultats en 1982 (cf. «Le Monde de la Bible», No 16), reste dubitatif. « J’ai beaucoup d’hypothèses, mais aucune conviction », affirme le Père jésuite, lors d’une rencontre sur le terrain avec l’archéologue Yardenna Alexandre. « Les éléments en présence restent insuffisants pour établir un véritable rapport scientifique », regrette-t-il. L’archéologue israélienne se montre plus catégorique. Pour elle, les constructions découvertes sous la propriété des Religieuses de Nazareth ne sont pas du Ier siècle mais plus tardives. De fait, la présence de tombes exclut la possibilité d’habitations juives: « Les juifs n’étaient pas d’accord de mêler tombes et bâtiments sur le même site. Cela est encore le cas aujourd’hui. Mais pareille cohabitation ne dérangeait pas les chrétiens, qui vivaient à Nazareth à l’époque byzantine ». Selon la spécialiste, en revanche, les caveaux pourraient être du Ier siècle. « Pour le déterminer, il faudrait savoir ce qu’il y avait dans les tombes », interroge-t-elle. Le problème, répond Jean-Bernard Livio, c’est que les vestiges des tombes ont disparu : « Lors des fouilles, les Soeurs ont pris des notes dans leur journal de communauté. Elles y évoquent la découverte d’un squelette, de pièces de monnaie, d’une bague dont le chaton manquait. Mais ces vestiges ont été confiés pour examen à des pèlerins de passage, et tout a été perdu ».

   

Source : Pascal Fleury, Le Courrier, mercredi 19 mai 2010

  

  

   

   

   

  

  

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz