FLASH
[23/10/2017] Sinaï : L’Etat islamique a capturé 3 membres du Hamas qui creusaient un tunnel terroriste  |  La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 12 juillet 2010

knife

 

 

Le rapport militaire sur les conditions d’abordage de la flottille de « la paix », préparé par huit experts, est présenté ce soir 12 juillet 2010 au ministre de la défense israélien. En voici, en presque live, son contenu.

 

Les services de renseignements n’ont pas mis en œuvre leurs meilleures méthodes pour se faire une idée juste de la situation, mais en même temps, le rapport reconnaît qu’il n’est pas garanti que les résultats aient été optimums si tous les moyens avaient été mis en œuvre. La communication entre les services de renseignement de la Navy et celui de la défense n’a pas été suffisante. En conclusion, le risque des violences contre les soldats a été sous estimé.

 

En terme de planification, le panel d’expert dénonce que l’opération reposait fortement sur une seule stratégie, et que même si cette dernière était réaliste, l’état major n’avait pas prévu de plan B dans le cas d’un scénario plus violent. Ainsi, le jour de l’opération, le team opérationnel n’avait reçu aucunes autres instructions que d’arraisonner les navires.

 

Les experts ajoutent que dans l’état actuel des techniques disponible, aucun état au monde ne détient la méthode pour arraisonner un vaisseau hostile autrement que par la violence, et donc les déclarations contraires qui ont suivi les incidents sont infondées et viennent de personnes dépourvues de compétence. Ce qui n’empêche pas que des solutions alternatives existaient, si la préparation avait commencé plus tôt, et si elles avaient été recherchées.

 

Concernant la relation avec les médias, les experts ont considéré que la préparation a été très bonne. Cependant, la publication des vidéos et des communiqués de presse ont été retardés à cause de l’obligation de prévenir les familles des soldats, à cause d’un légitime besoin de crédibilité des informations présentées, et à cause de la lenteur de réaction des supérieurs hiérarchiques au sein de l’armée. Le travail du porte parole de l’armée a été jugé très positif, mais une meilleure coordination doit être organisée entre l’armée, le ministre des affaires étrangères et les autres institutions chargées des affaires étrangères.

 

Le positionnement géographique de l’unité de commande, et la présence du commandant de la marine israélienne en mer durant toute l’opération a été conforme aux règles édictées par le chef des armées, à savoir que les supérieurs doivent être en première ligne. C’est sa présence qui a permis de limiter le nombre de morts et de blessés.

Le panel d’expert a salué le respect du protocole de combat militaire, la préparation du commando, le commandement de la marine, l’évaluation médicale, et le bon niveau de guerre électronique.

 

Les experts ont conclu que les soldats de Tsahal ont agit avec professionnalisme, bravoure, sens de l’initiative, et que le commandement a pris les bonnes décisions. Il ajoute que l’usage des armes à feu était justifié, et que l’ensemble de l’opération était remarquable.

 

Une mention particulière est faite au travail de préparation des services médicaux, par air et par mer, y compris au service des passagers blessés du Mavi Marmara.

 

Le Major Général de Réserve Eiland a noté favorablement le degré de transparence et de coopération dont ont fait preuve les différents corps concernés, à tous les niveaux de la hiérarchie. Dans ses conclusions, Eiland explique que les dégâts subis par Israël ne sont finalement pas aussi graves qu’il y parait, qu’il existe malheureusement une large tendance à ne juger les faits que sur un seul incident, et que « le fait que l’armée israélienne fait une enquête interne, alors que les autres armées ne le font pas, a pour résultat que seules les erreurs de l’armée israéliennes sont publiées, commentées et critiquées »

 

Jean-Patrick Grumberg

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz