FLASH
[19/10/2017] Ariane Fornia, fille d’Eric Besson, accuse l’ex-ministre Pierre Joxe d’agression sexuelle  |  Wolf Blitzer (CNN) est le 1er journaliste de gauche à évoquer le scandale Clinton/ Obama/ Uranium depuis sa révélation il y a 24 heures  |  [18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 13 juillet 2010

kid7.jpg
deux victimes : pas de sang ?

 

 

 

 

Lundi 12 juillet, le nouveau PDG de France Télévisions, Rémy Pflimlin, a été auditionné au Sénat.


 


Le Sénateur de Haute Garonne (RDSE), Jean-Pierre Plancade, lui a demandé quelles sont ses intentions au sujet de l’Affaire al Dura :


« Vous avez dit des mots qui m’ont touché, auxquels je suis très sensible et c’est pour cela que je vais les reprendre pour formuler la question que j’ai à vous poser.


Vous avez dit : « confiance, indépendance, rigueur et fiabilité ».


 

Et votre nomination, M. le président, intervient à un moment où notre pays, plus que jamais, a besoin de réaffirmer que dans chaque corps de métier, la déontologie, l’éthique est une valeur essentielle sur laquelle on ne saurait transiger.


A cet égard, le service public se doit, plus que tout autre, d’être exemplaire.


C’est pourquoi je prends la liberté de vous parler ici d’une affaire qui me tient à cœur et qui, de mon point de vue, dure depuis trop longtemps  et qui concerne France 2.

Il s’agit de l’affaire de la diffusion du reportage sur la mort, que je mets maintenant entre guillemets, du jeune Mohamed al Dura qui aurait, d’après ce reportage été tué par une balle israélienne.


Suite à ce reportage, il pèse aujourd’hui à l’encontre de France 2 un soupçon grave d’avoir diffusé une mise en scène de cette affaire ; soupçons renforcés par le fait que cette chaîne a perdu le procès qu’elle a intenté contre l’un de nos concitoyens qui avait accusé ce reportage d’être, je le cite « une pure et simple mise en scène ».


J’ai récemment visionné un reportage, réalisé par la chaîne publique allemande ARD, intitulé « L’enfant, la mort et la vérité », soutenant également la démonstration de la mise en scène.


Pour mémoire, je rappellerai que ces images diffusées par France 2 ont catalysé la deuxième Intifada, attisé la haine dans le monde musulman ; des places portent le nom de Mohamed al Doura, des timbres à l’effigie de cet enfant ont été créés et dans la vidéo montrant la décapitation du journaliste américain Daniel Pearl, on voit en fond les images du jeune Mohamed al Doura.



Encore aujourd’hui, dans un livre de Pierre-André Taguieff, qui vient d’être édité aux Presses Universitaires de France, est soutenue l’idée de la mise en scène sans que personne, à ce jour et à ma connaissance, n’ai encore porté plainte pour diffamation contre l’auteur.

 

Il est temps que soit levée cette suspicion qui pèse sur France 2, suspicion qui est un poison pour l’esprit et qui, pour la circonstance, pourrait bafouer l’éthique de notre service public.


Je souhaiterais donc, M. le président, que vous m’indiquiez quand vous serez en fonction, ce que vous comptez faire pour redonner confiance et rétablir la vérité, puisque le mot confiance c’est vous qui l’avez utilisé,  et d’ailleurs je me permets de vous remettre à la fois le livre de M. Taguieff ainsi que le DVD de l’émission allemande»

 

 

 

 

 

PDGjpg.jpg
Rémy Pflimlin

 

 

Réponse de Rémy Pflimlin :

« Bien sûr, je regarderai le dossier »



 

On peut tirer de cet échange plusieurs conclusions.


1- il existe encore dans notre pays des hommes courageux, intègres, que la langue de bois et la terreur que font régner les censeurs n’arrêtent pas. C’est le cas du Sénateur Jean-Pierre Plancade.



2- on regrettera que parmi les sénateurs, un seul se soit levé pour réclamer que France 2 révèle enfin la vulgaire manipulation.



3- Quid de la légion d’honneur remise à Charles Enderlin ? Si France 2 est amenée à avouer l’ignominie, le tricheur sera dénoncé par son employeur. Quid de sa légion trainée dans l’égout, lieu nauséabond où l’on décerne peu de médailles ?



4- La France est encore peuplée d’hommes et de femmes qui ne sont pas dupes des mensonges de leurs médias, et que rien, pas même le matraquage audio visuel, radiophonique et imprimé, ne peut tromper. Je retiens avec admiration que le citoyen français dont ce sénateur est le symbole, malgré l’ahurissant degré de désinformation qu’il subit, la très forte censure qui lui est imposée (censure dont il est un plus facile de mesurer le degré lorsque l’on vit en dehors de la France), ne s’en laisse pas conter si facilement, et qu’il garde contre vents et marées une des qualités que je n’ai pas rencontré partout : un très solide bon sens populaire ancré profondément dans la terre, bon sens qui n’existe presque plus chez les élites.



5- La réponse du futur PDG de France télévision est déprimante. Cet homme qui est supposé avoir été choisi pour son grand professionnalisme (sinon autant embaucher un pâtissier), pour sa haute moralité (sinon autant embaucher une petite frappe énarque), annonce déjà la couleur dans sa réponse : « je regarderai le dossier« .


Soit il ne connaît pas le dossier, ce qui serait surprenant, et l’on pourra alors douter sérieusement de sa compétence à diriger le plus grand média français, l’affaire étant connue de toute la profession, soit il le connaît parfaitement, ce que j’espère pour lui, et sa réponse est  la plus pure expression de la langue de bois, ce qui ne surprendra hélas personne. Il semble en effet inimaginable qu’à la faveur d’un changement de président, la France décide soudainement de rompre avec sa longue tradition de manipulation de son peuple, manipulation seulement en partie réussie, pour le rendre plus docile et plus facile à gouverner. Comme il est plus que probable que le futur PDG de France télévision connaisse parfaitement le dossier Al Dura, sa réponse montre l’absence totale de courage des hommes qui ne se mouillent jamais. On aurait pu espérer qu’au futur PDG de France télévision, entraîné dans l’élan magnifique de la démonstration du sénateur Plancade, poussent les ailes de la « confiance, indépendance, rigueur et fiabilité », et qu’il profite de l’occasion pour ouvrir le placard à cadavres de sa nouvelle maison, et montre qu’il n’est pas la marionnette de ceux qui ont couvert des honneurs de la nation un tricheur.



6- il est intéressant qu’un sénateur, dont le métier occupe pourtant tout son temps, connaisse du dossier Al Dura jusqu’aux moindres détails, détails qu’il n’a pas trouvé dans les médias français, mais sur nos blogs et sites internet. La diffusion du reportage  « L’enfant, la mort et la vérité » diffusé en Allemagne, et récemment en Suisse, a été par exemple soigneusement étouffée par les médias français dans leur ensemble, tous solidaires du mensonge. C’est un formidable message d’espoir pour le combat pour la vérité que nous menons.


 

 

Je ne pense pas que l’avenir nous réservera de belles surprises à France télévision, et je ne doute pas que la « confiance, indépendance, rigueur et fiabilité » retrouveront vite le chemin des oubliettes d’où le futur PDG les avait fait sortir le temps de sa nomination : on ne change pas une équipe qui gagne.


 

 


Jean-Patrick Grumberg

 

 

Publié par Dreuz Info le 13 juillet 2010

kid7.jpg
deux victimes : pas de sang ?

 

 

 

 

Lundi 12 juillet, le nouveau PDG de France Télévisions, Rémy Pflimlin, a été auditionné au Sénat.


 


Le Sénateur de Haute Garonne (RDSE), Jean-Pierre Plancade, lui a demandé quelles sont ses intentions au sujet de l’Affaire al Dura :


« Vous avez dit des mots qui m’ont touché, auxquels je suis très sensible et c’est pour cela que je vais les reprendre pour formuler la question que j’ai à vous poser.


Vous avez dit : « confiance, indépendance, rigueur et fiabilité ».


 

Et votre nomination, M. le président, intervient à un moment où notre pays, plus que jamais, a besoin de réaffirmer que dans chaque corps de métier, la déontologie, l’éthique est une valeur essentielle sur laquelle on ne saurait transiger.


A cet égard, le service public se doit, plus que tout autre, d’être exemplaire.


C’est pourquoi je prends la liberté de vous parler ici d’une affaire qui me tient à cœur et qui, de mon point de vue, dure depuis trop longtemps  et qui concerne France 2.

Il s’agit de l’affaire de la diffusion du reportage sur la mort, que je mets maintenant entre guillemets, du jeune Mohamed al Dura qui aurait, d’après ce reportage été tué par une balle israélienne.


Suite à ce reportage, il pèse aujourd’hui à l’encontre de France 2 un soupçon grave d’avoir diffusé une mise en scène de cette affaire ; soupçons renforcés par le fait que cette chaîne a perdu le procès qu’elle a intenté contre l’un de nos concitoyens qui avait accusé ce reportage d’être, je le cite « une pure et simple mise en scène ».


J’ai récemment visionné un reportage, réalisé par la chaîne publique allemande ARD, intitulé « L’enfant, la mort et la vérité », soutenant également la démonstration de la mise en scène.


Pour mémoire, je rappellerai que ces images diffusées par France 2 ont catalysé la deuxième Intifada, attisé la haine dans le monde musulman ; des places portent le nom de Mohamed al Doura, des timbres à l’effigie de cet enfant ont été créés et dans la vidéo montrant la décapitation du journaliste américain Daniel Pearl, on voit en fond les images du jeune Mohamed al Doura.



Encore aujourd’hui, dans un livre de Pierre-André Taguieff, qui vient d’être édité aux Presses Universitaires de France, est soutenue l’idée de la mise en scène sans que personne, à ce jour et à ma connaissance, n’ai encore porté plainte pour diffamation contre l’auteur.

 

Il est temps que soit levée cette suspicion qui pèse sur France 2, suspicion qui est un poison pour l’esprit et qui, pour la circonstance, pourrait bafouer l’éthique de notre service public.


Je souhaiterais donc, M. le président, que vous m’indiquiez quand vous serez en fonction, ce que vous comptez faire pour redonner confiance et rétablir la vérité, puisque le mot confiance c’est vous qui l’avez utilisé,  et d’ailleurs je me permets de vous remettre à la fois le livre de M. Taguieff ainsi que le DVD de l’émission allemande»

 

 

 

 

 

PDGjpg.jpg
Rémy Pflimlin

 

 

Réponse de Rémy Pflimlin :

« Bien sûr, je regarderai le dossier »



 

On peut tirer de cet échange plusieurs conclusions.


1- il existe encore dans notre pays des hommes courageux, intègres, que la langue de bois et la terreur que font régner les censeurs n’arrêtent pas. C’est le cas du Sénateur Jean-Pierre Plancade.



2- on regrettera que parmi les sénateurs, un seul se soit levé pour réclamer que France 2 révèle enfin la vulgaire manipulation.



3- Quid de la légion d’honneur remise à Charles Enderlin ? Si France 2 est amenée à avouer l’ignominie, le tricheur sera dénoncé par son employeur. Quid de sa légion trainée dans l’égout, lieu nauséabond où l’on décerne peu de médailles ?



4- La France est encore peuplée d’hommes et de femmes qui ne sont pas dupes des mensonges de leurs médias, et que rien, pas même le matraquage audio visuel, radiophonique et imprimé, ne peut tromper. Je retiens avec admiration que le citoyen français dont ce sénateur est le symbole, malgré l’ahurissant degré de désinformation qu’il subit, la très forte censure qui lui est imposée (censure dont il est un plus facile de mesurer le degré lorsque l’on vit en dehors de la France), ne s’en laisse pas conter si facilement, et qu’il garde contre vents et marées une des qualités que je n’ai pas rencontré partout : un très solide bon sens populaire ancré profondément dans la terre, bon sens qui n’existe presque plus chez les élites.



5- La réponse du futur PDG de France télévision est déprimante. Cet homme qui est supposé avoir été choisi pour son grand professionnalisme (sinon autant embaucher un pâtissier), pour sa haute moralité (sinon autant embaucher une petite frappe énarque), annonce déjà la couleur dans sa réponse : « je regarderai le dossier« .


Soit il ne connaît pas le dossier, ce qui serait surprenant, et l’on pourra alors douter sérieusement de sa compétence à diriger le plus grand média français, l’affaire étant connue de toute la profession, soit il le connaît parfaitement, ce que j’espère pour lui, et sa réponse est  la plus pure expression de la langue de bois, ce qui ne surprendra hélas personne. Il semble en effet inimaginable qu’à la faveur d’un changement de président, la France décide soudainement de rompre avec sa longue tradition de manipulation de son peuple, manipulation seulement en partie réussie, pour le rendre plus docile et plus facile à gouverner. Comme il est plus que probable que le futur PDG de France télévision connaisse parfaitement le dossier Al Dura, sa réponse montre l’absence totale de courage des hommes qui ne se mouillent jamais. On aurait pu espérer qu’au futur PDG de France télévision, entraîné dans l’élan magnifique de la démonstration du sénateur Plancade, poussent les ailes de la « confiance, indépendance, rigueur et fiabilité », et qu’il profite de l’occasion pour ouvrir le placard à cadavres de sa nouvelle maison, et montre qu’il n’est pas la marionnette de ceux qui ont couvert des honneurs de la nation un tricheur.



6- il est intéressant qu’un sénateur, dont le métier occupe pourtant tout son temps, connaisse du dossier Al Dura jusqu’aux moindres détails, détails qu’il n’a pas trouvé dans les médias français, mais sur nos blogs et sites internet. La diffusion du reportage  « L’enfant, la mort et la vérité » diffusé en Allemagne, et récemment en Suisse, a été par exemple soigneusement étouffée par les médias français dans leur ensemble, tous solidaires du mensonge. C’est un formidable message d’espoir pour le combat pour la vérité que nous menons.


 

 

Je ne pense pas que l’avenir nous réservera de belles surprises à France télévision, et je ne doute pas que la « confiance, indépendance, rigueur et fiabilité » retrouveront vite le chemin des oubliettes d’où le futur PDG les avait fait sortir le temps de sa nomination : on ne change pas une équipe qui gagne.


 

 


Jean-Patrick Grumberg

 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz