FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 23 juillet 2010



France – Guerre civile, le mot qui tue

Par Michel Garroté

Vendredi 23 juillet 2010 – 12 Av 5770

Et hop, ça y est !  Le mot qui tue est lâché :  guerre civile. Cette fois, il est employé par Ivan Rioufol, dans Le Figaro (cf. ci-dessous). Ce n’est donc ni un pirate du net (ça c’est Edwy Plenel et son demi-apart), ni un corsaire de la toile (ça, en revanche, c’est moi), qui a recours, au mot qui tue :  guerre civile. C’est un journaliste de la presse écrite qui l’écrit. Et les commentaires, postés, sous son article, par ses lecteurs, eux non plus, ne manquent pas de piquant.

Personnellement, je ne me réjouis pas de cette possible guerre civile qui couve en France.

Je ne m’en réjouis pas, car les deux guerres civiles dont j’ai un peu étudié l’histoire, la guerre civile espagnole de 1936-1939 et la guerre civile libanaise de 1975-1990, ont, encore aujourd’hui, leurs petits effets collatéraux.

Je ne m’en réjouis pas, car la première Guerre mondiale et la seconde Guerre mondiale (avec ses 50 millions de morts en 7 ans) étaient, pas seulement, mais aussi, des guerres civiles européennes. Avec, encore aujourd’hui, leurs petits effets collatéraux, notamment chez les enfants et les petits enfants des rescapés de la Shoah.

Et ne parlons pas du communisme qui, en 70 ans à l’échelle mondiale, a supprimé 100 millions de personnes, soit, en moyenne, 15% de la population de chaque pays où il a pris le pouvoir. Avec, là encore, aujourd’hui, ses petits effets collatéraux.

Ne parlons pas non plus des guerres de 1948, 1956 et 1967, menées par le monde arabe, avec pour seul objectif, l’anéantissement des Juifs de Palestine que je préfère appeler Israéliens. Car là toujours, ces guerres à vocation génocidaire, ont, encore aujourd’hui, et pour longtemps, leurs effets collatéraux sur les Juifs en diaspora et sur les Juifs en Israël.

Voici ce qu’écrit (*) Ivan Rioufol dans Le Figaro :  « Je n’ai guère à rajouter aux commentaires postés ici après les émeutes urbaines causées par des voyous de la communauté musulmane du quartier de La Villeneuve, à Grenoble et après la mise à sac de Saint-Aignan (Loir-et-Cher), par des voyous de la communauté gitane. Je remarque que ces mimétiques guérillas sont l’œuvre de minorités ethniques qui se disent victimes de racisme et d’exclusion, et que le discours officiel reste désemparé devant de telles flambées de violence, qui ont pris acte de la faiblesse de la République devant une « diversité » qu’elle ne cesse de louanger. Ces signaux sont ceux d’une possible guerre civile, quand des policiers se font tirer à balles réelles ou quand des razzias sèment la terreur dans une région ».

Ivan Rioufol poursuit :  « Or, une fois encore, il faut constater que ces situations gravissimes n’arrivent pas à sortir de leur torpeur les responsables politiques, même si le ministre de l’intérieur, Brice Hortefeux, multiplie ces jours-ci les discours musclés. Ce qui mobilise l’opposition est de savoir, cette fois, si Eric Woerth aurait plus ou moins pistonné son épouse pour décrocher son poste auprès de Mme Bettencourt. Le feu couve en France, mais la diversion reste la règle. Arrêtons les histoires sur le mal-être des cités et leur injuste abandon par l’Etat, qui seraient les uniques explications des violences :  ce qui est apparu à La Villeneuve, où des insurgés ont tiré pour tuer, se rapproche de plus en plus du gangsterrorisme, qui relève d’une volonté plus ou moins affirmée de déstabiliser la société ».

« Un processus de libanisation de certaines banlieues d’immigration est en train de s’installer, tandis que le discours convenu persiste à victimiser les agresseurs, en tentant d’acheter la paix sociale. Elisabeth Guigou, ce matin sur RTL, tenait ce langage en déplorant les déficits de la politique sociale dans les cités. A l’évidence, cette culture de l’excuse ne fait que renforcer les repliements de ceux qui, revendiquant leurs propres origines, refusent de s’intégrer dans une communauté nationale qu’ils méprisent. Quand je lis, dans Libération de ce mardi, ces propos de Claude Dilain, maire (PS) de Clichy : « On fait face à une ghettoïsation. Pour y remédier, il faut avant tout promouvoir une politique de peuplement équilibrée », le blocage intellectuel des politiques se laisse voir : ils sont en effet incapables de remettre en question cette « politique de peuplement » qui, pourtant, annonce le pire » (Fin de l’article d’Ivan Rioufol).

J’ai écrit plus haut que je ne me réjouis pas de cette possible guerre civile qui couve en France.

Je l’écris, aussi, parce que tel que je connais les Français, le jour où ils choisiront la guerre civile, ils ne feront pas dans la nuance.

La Révolution dite française, la collaboration dès 1940 et l’épuration dès 1944 ont démontré que lorsque les Français redeviennent des Gaulois, ils redeviennent, également, des barbares.

Lorsque sur Internet, je lis les commentaires postés dans les forums, je suis confronté à une judéophobie et à une christianophobie qui l’emportent, souvent, sur « l’islamophobie ».

Sur la toile, la France, mi-athée, mi-païenne, abhorre le christianisme et impute au peuple juif les grands maux de notre temps.

Sur la toile, l’extrême-gauche et l’extrême droite font une fixette obsessionnelle sur l’Eglise catholique et sur Israël.

Car il est, en effet, plus facile, avec un pseudo synonyme d’anonymat, de taper, sur les Juifs et sur les Chrétiens, que de taper, sur des mahométans, surprotégés par la loi, la Halde et le Mrap, des mahométans qui édictent des fatwa, pratiquent le djihad, posent des bombes, incendient des voitures et tirent sur des flics.

On me rétorquera que ce n’est pas le cas de tous les mahométans.

S’il en est vraiment ainsi, pourquoi les mahométans modérés ne manifestent-ils jamais, pacifiquement, dans nos rues, contre l’islam extrémiste et contre l’islam voyou ?

Si guerre civile il doit y avoir en France, elle sera synonyme de délation, d’épuration et de chaos.

Pour les Juifs et pour les Chrétiens, ce sera, peut-être, le moment de choisir entre la valise ou le cercueil.

Copyright Michel Garroté 2010 et source citée

(*) http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2010/07/je-nai-guere-a-rajouter.html


Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz