FLASH
[23/10/2017] La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  |  Règlement de compte hier soir à Marseille. 2 individus armés (fusil à pompe) ont tué un homme à la Bricarde  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 5 août 2010

 

La France des années 2000 ressemble étrangement à celle des années 1780. Avec le roman Bettencourt en guise d’Affaire du Collier.

 

 

Par Michel Gurfinkiel

 


 

 

La Révolution de 1789 survient dans un pays riche, prospère, éclairé, libéral. Tout au long du XVIIIe siècle la production agricole a augmenté,  ce qui a entraîné, de façon quasi automatique,  une forte augmentation de la population : de 20 millions d’habitants en 1700 à 27 millions. Le commerce international n’a cessé de se développer : en 1780, il connaît un bond en avant avec le traité de libre-échange franco-anglais, le premier du genre. Les intellectuels – on les appelle alors les philosophes – sont de gauche. Ils croient à la Raison, à la réorganisation de la société, à l’égalité entre tous les hommes. Et ils règnent en maîtres sur la société, à travers les salons ou l’Encyclopédie, cette œuvre monumentale, irrécusable,  sorte de Google avant la lettre, où se combinent l’érudition, l’esprit scientifique et la contestation de l’ordre établi. Les gouvernements sont réformistes. Louis XV puis Louis XVI tentent de moderniser le pays. L’un et l’autre rois tentent de limiter les privilèges, notamment fiscaux, de réorganiser la justice et l’administration. Louis XVI accorde l’égalité civile aux protestants puis une quasi-égalité aux juifs. La monarchie mène une politique étrangère de gauche, en soutenant la Prusse protestante contre la Maison d’Autriche catholique, ou les rebelles républicains d’Amérique contre la Couronne d’Angleterre. La douceur de vivre est générale, la liberté des mœurs totale.

 

 

Mais cette France si heureuse, si sûre de sa supériorité sociétale, de son mieux-disant culturel, traverse une crise. En dépit d’une lourde fiscalité, l’Etat est ruiné : la guerre de gauche que l’on vient de mener en faveur des insurgés – ouInsurgents – américains a coûté trop cher. Les privilégiés – dont l’élément principal n’est nullement l’ancienne noblesse d’épée, mais plutôt la noblesse de robe, administrative, refusent de renoncer à leurs privilèges. Louis XVI ne nomme que des premiers ministres réformistes, de gauche comme Turgot ou Necker, ou de droite comme Calonne ou Loménie de Brienne : mais plus les projets de réforme se succèdent, moins ils aboutissent. La rue, dans son éternelle sottise, soutient les passéistes les plus rassis. 1787, 1788, 1789 : années terribles, où le pouvoir se désintègre, où des violences se multiplient partout… Un scandale absurde, l’affaire du Collier, achève de déconsidérer l’institution monarchique.

 

 

Le parallèle avec les années 2000 semble s’imposer de lui-même. La France est riche, prospère, éclairée, libérale. Soixante ans d’expansion économique, au sein d’une Europe de plus en plus unie et d’un monde occidental protégé par le débonnaire impérialisme américain, ont fait d’elle l’un des pays les plus heureux du monde, l’un des happy few parmi les happy few. On ne jure que par la fin de l’Etat-nation,  l’Europe, l’ouverture des frontières, la globalisation. Tout le monde est de gauche :  même ceux qui se classent politiquement à droite. Le politiquement correct fait office d’Encyclopédie. La vie est douce, les mœurs délicieusement décadentes. Mais la France est tout de même en crise. L’Etat est ruiné. Les privilégiés – secteur public, noblesse administrative rebaptisée ENA – défendent leurs privilèges becs et ongles. Des ministres réformistes, de droite ou de gauche, un président réformiste de droite, accumulent des plans et des projets, tous plus ambitieux, tous plus radicaux. Aucun n’aboutit. Parce que les privilégiés résistent, sabotent, dénaturent. Et parce que, pour mieux résister, ils manipulent la rue. De grèves en occupations illégales des lieux et outils de travail, d’émeutes en guérilla urbaine, l’Etat se délite, se décompose, s’effondre. La loi perd toute signification, la citoyenneté n’est plus qu’une vaine rengaine. Là-dessus, un scandale, l’affaire Bettencourt…

 

 

Seule différence avec la fin du XVIIIe siècle : une dimension ethnique et religieuse s’ajoute au désordre actuel. Elle rend les enjeux encore plus importants.

 

 

© Michel Gurfinkiel, 2010. Reproduit avec son aimable autorisation

 

L’article original peut être consulté sur le blog de Michel Gurfinkiel 

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz