FLASH
[23/10/2017] Sinaï : L’Etat islamique a capturé 3 membres du Hamas qui creusaient un tunnel terroriste  |  La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 5 août 2010


Au Liban, les barbus du Hezbollah font la loi.


Article publié sur http://drzz.info/ et http://monde-info.blogspot.com/.


Israël-Liban – L’escalade ?

Par Michel Garroté

Jeudi 5 août 2010 – 25 Av 5770

Dans un article de lexpress.fr du jeudi 5 août 2010, article intitulé « Israël-Liban : faut-il craindre l’escalade ? », je lis (extraits commentés par mes soins) : « Deux jours après les heurts meurtriers à la frontière, les analystes redoutent une « Hezbolisation » de l’armée libanaise. Deux jours après les affrontements qui ont opposé soldats israéliens et libanais à la frontière, faisant quatre morts, la communauté internationale appelle à la retenue les deux pays qui se rejettent la responsabilité de ces violences » (Note de Michel Garroté :  la « communauté internationale », qui ferait mieux de s’occuper du Soudan et autres Nations génocidaires, est un concept abstrait et abscons, à géométrie variable et dépourvu de fondement juridique en dépit des apparences ;  les deux pays ne se « rejettent » pas la responsabilité puisque la FINUL – et donc l’ONU – ont confirmé que le Liban est l’agresseur ; et c’est donc uniquement le Liban qui rejette sa propre responsabilité).

« Et il semble qu’aucun ne souhaite l’escalade. Dans un premier temps, chacun a promis de sévir en cas de nouvel incident. Ainsi le ministre israélien des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a-t-il mis en garde le Liban « contre les conséquences dans le cas où des troubles de ce type se poursuivent », alors que d’importants renforts étaient déployés dans le secteur où les affrontements avaient eu lieu » (Note de Michel Garroté :  la mise en garde de Lieberman et les renforts israéliens déployés sont un minimum vital et existentiel face à l’agression militaire hezbo-libanaise).

« L’armée libanaise, de son côté, annonçait que « la riposte sera la même en cas de n’importe quelle agression à la frontière contre le Liban ». Et Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, véritable force dans le sud du Liban, prévenait qu’il ne resterait pas « les bras croisés » en cas d’une nouvelle « agression ». Mais, il semble finalement que personne, au Liban comme en Israël, ne souhaite pousser les choses jusqu’à la déflagration » (Note de Michel Garroté :  le Hezbollah est la SEULE véritable force au sud du Liban ;  et le SEUL pays qui décide s’il doit y avoir « déflagration », c’est l’Iran).

« « Malgré les risques, la confrontation dans le sud n’augure pas d’un dérapage au Liban ou dans la région », écrit le quotidien à gros tirage An Nahar, selon qui « il ne faut pas exagérer la dimension des accrochages ». D’après les analystes, l’escalade n’est pas pour demain. « Israël avait une occasion en or pour déclencher une guerre et le Hezbollah, un alibi extraordinaire pour ‘défendre le pays’ contre l’Etat hébreu », affirme Ghassan Azzi, professeur de sciences politiques à l’Université libanaise. Mais, selon lui, « les deux parties ont montré des réserves pour dire qu’elles ne sont pas prêtes » car « le moment n’est pas opportun » » (Note de Michel Garroté :  au Liban terrorisé par le Hezbollah aucun journaliste et aucun analyste ne peut s’exprimer librement sans risquer de se faire descendre ; encore une fois, le SEUL pays qui décide s’il doit y avoir confrontation, escalade et déflagration, c’est l’Iran).

« Pour Oussama Safa, directeur du Centre libanais pour les études politiques, « ce n’est pas l’armée libanaise qui va déclencher une guerre dans le sud. Le timing appartient au Hezbollah » qu’Israël accuse de posséder des dizaines de milliers de roquettes. Selon lui, une intervention du puissant groupe armé aurait été fatale : « Ça aurait signifié une guerre régionale, ce qui n’est pas d’actualité » » (Note de Michel Garroté :  non monsieur Oussama Safa, le « timing » appartient à l’IRAN qui téléguide le Hezbollah ; non mesdames et messieurs de lexpress.fr, ce n’est pas Israël qui « accuse » le Hezbollah de posséder des dizaines de « roquettes » ; ce sont TOUTES les démocraties occidentales qui ont les preuves que l’Iran a donné au Hezbollah des engins balistiques infiniment plus dangereux que de simples « roquettes »).

« Dans le sud du Liban, d’où Israël a retiré ses troupes en 2000 après 22 ans d’occupation et considéré comme un fief du Hezbollah, l’armée libanaise ne s’est déployée qu’après la fin de la guerre de 2006, après une absence d’une trentaine d’année. Et une « Hezbolisation » des troupes régulières commence à inquiéter Israël. D’autant que, lit-on sur le site du Figaro, Hassan Nasrallah a insisté sur l’interdépendance de l’armée et de la résistance, affirmant que cette nouvelle équation défensive venait de connaître son baptême du sang » (Note de Michel Garroté :  bravo à lexpress.fr et à lefigaro.fr qui reprennent le jargon hezbolliaque ; je rappelle que les « 22 ans d’occupation » ont évité un génocide des chrétiens du sud du Liban perpétré par les non-chrétiens du Liban ;  non, la « Hezbolisation » des troupes régulières libanaise n’inquiète pas QUE Israël ;  elle inquiète TOUTES les démocraties occidentales qui ont les preuves que le Hezbollah contrôle et/ou terrorise la quasi totalité du Liban et la quasi totalité de l’appareil de l’Etat libanais, de la presse libanaise, des analystes libanais et des politiciens libanais).

« Dans son discours à l’occasion du quatrième anniversaire de la fin de la guerre de 2006 entre le Hezbollah et l’Etat hébreu, il (Hassan Nasrallah) a répété que ses militants étaient « à la disposition de l’armée » libanaise (rires) » (Fin des extraits, commentés par mes soins, de l’article de lexpress.fr intitulé « Israël-Liban : faut-il craindre l’escalade ? »).

Copyright Michel Garroté 2010 & Source citée

Source :

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/israel-liban-faut-il-craindre-l-escalade_910780.html

Le Liban est pris en otage par le bouffon de Téhéran


Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz