FLASH
[22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  |  Règlement de compte hier soir à Marseille. 2 individus armés (fusil à pompe) ont tué un homme à la Bricarde  |  Pendant la nuit, 2 roquettes tirées depuis la Syrie ont atteint le Golan – pas de blessé  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 18 août 2010

 ground zero burial site

 

La position prédominante des médias européens a consisté à louer Barack Obama pour son discours prononcé à la Maison Blanche au moment de l’iftar de vendredi dernier, et pour l’approbation qu’il a donné à la construction envisagée d’une mosquée à Ground Zero. Quand le même Barack Obama a enclenché un léger repli tactique, sur le conseils de ses services de communication et sur la demande de nombreux politiciens démocrates pas du tout pressés de voir la déroute qui leur est promise s’accentuer, les louangeurs ont eux-mêmes modéré leur discours, tout en continuant à dire, comme la gauche médiatique américaine, que la mosquée, tout de même, serait très seyante et tout à fait à sa place en pareil lieu. Ceux qui s’indignaient étaient, bien sûr, traités de vils réactionnaires intolérants.

 

 

Il est, en ces conditions, cocasse de constater que c’est du sein du monde musulman lui-même que viennent désormais les paroles les plus hostiles au projet. Après que des imams au Canada, aux Etats-Unis et dans les émirats du golfe aient énoncé leurs réserves, c’est hier, Abdul Rahman Al-Rashid, directeur de la chaîne télévisée al Arabiya, qui, dans une tribune publiée dans le journal de langue arabe Al-Sharq Al-Awsat, qui fait référence dans tout le monde musulman, qui prend position.

 

 

Je cite longuement : « Je ne peux pas imaginer que des musulmans veuillent une mosquée sur ce site précis, car celle-ci sera transformé… en un symbole de l’action de ceux qui ont commis le crime. De surcroît, il n’y a dans le quartier, pas de musulmans pratiquants qui aient besoin d’un lieu de culte, car c’est un quartier commercial. … La dernière chose que veulent les musulmans d’aujourd’hui est de voir construire un centre religieux basé sur le mépris pour les autres, ou une mosquée symbolique que des gens visiteraient comme un musée placé à côté d’un cimetière…. Le combat contre les terroristes tels ceux du 11 Septembre est un combat que doivent mener les musulmans … et ce combat se mène dans plus de vingt pays du monde musulman. Certains musulmans considèrent que la construction d’une mosquée sur ce site et commémorera ce qui a été fait par des terroristes qui ont commis leur crime au nom de l’islam. Je ne pense pas que la majorité des musulmans veuillent construire un lieu de culte qui demain pourrait devenir un lieu dont les terroristes et leurs partisans musulmans pourraient se vanter, et qui servirait les ennemis l’Islam dont le but est de monter l’opinion contre l’Islam ».

 

 NY3.jpeg

Lorsqu’on sait qui est Abdul Rahman Al-Rashid, on ne peut douter que sa position est celle de la grande majorité des dirigeants politiques et religieux du monde sunnite. Elle signifie que, quand bien même le projet n’est, pour l’heure, toujours pas abandonné, il ne bénéficie plus de beaucoup de soutiens, et va s’avérer très difficile à financer.

 

 

Elle montre que la mobilisation des opinions publiques occidentales, lorsqu’elle se fait entendre clairement peut se trouver écoutée et entendue, et en l’occurrence la population américaine, à une majorité de 70%, n’a cessé de manifester son hostilité, et a pu compter sur des relais politiques et médiatiques.

 

 

Elle montre qu’un débat existe dans le monde musulman et que les appels à l’émergence d’un islam se réformant et donnant des preuves de sa modération peuvent avoir un impact.

 

 

Elle montre aussi que les Occidentaux, Européens et Américains, qui ont pris position en faveur du projet se sont comportés de manière servile envers ce que des musulmans eux-mêmes définissent comme une provocation extrémiste. Cela place ces Occidentaux en douteuse compagnie : ils sont, de fait, au côté d’Obama un vendredi soir lors d’un dîner de ramadan. Ils sont au côté des dirigeants du Hamas, de l’organisation des Frères musulmans, de l’Iran d’Ahmadinejad et du Hezbollah, puisque ce sont là les soutiens explicites du projet dans le monde musulman. Ce ne sera pas la première fois que des Occidentaux se retrouvent du côté du Hamas, des Frères Musulmans et du Hezbollah. Ce ne sera pas la première fois non plus que des Occidentaux se prosternent devant Obama. Ce sera la première fois, de façon aussi nette, qu’en se prosternant devant Obama ils se retrouvent au côté du Hamas, des Frères Musulmans et du Hezbollah. Ce sera la première fois aussi que, comme l’a relevé le magazine Human Events, les propos d’Obama et ceux du Hamas sont si proches. Cela me semble tristement symbolique de l’époque en laquelle nous sommes. L’imam Rauf va-t-il écourter son voyage de levée de fonds ? On le saura bientôt. S’il peut s’inquiéter du financement de son projet de mosquée, il n’a pas à s’inquiéter de ses frais de séjour et de déplacement : tout est pris en charge par le gouvernement américain, par l’intermédiaire du Département d’Etat. Après le beau voyage de Michelle en Espagne, les contribuables américains ne peuvent que se réjouir.

 

 

Guy Millière

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz