Publié par Michel Garroté le 12 octobre 2010

 

Monseigneur, ce n’est pas gentil de déformer la réalité…

Par Michel Garroté

Mardi 12 octobre 2010 – 4 Heshvan 5771

 

 

A l’occasion du synode sur les Chrétiens d’Orient, Monseigneur Fouad Toual, patriarche latin de Jérusalem, raconte, dans le Figaro (extraits) :  « Nous souffrons de deux côtés. Les Israéliens nous considèrent comme des Arabes palestiniens à 100% et nous infligent le même traitement qu'aux musulmans. Les musulmans fondamentalistes nous identifient avec l'Occident chrétien, qui d'ailleurs ne l'est pas toujours tellement, et voudraient nous en faire payer le prix. Nous devons avoir le courage d'accepter d'être arabes et chrétiens, et d'être fiers de cette identité. Notre belle mission est d'être un pont entre l'Orient et l'Occident, pour aider au dialogue. (…) Je souffre avec mes fidèles de l'injustice de cette violence qui se déploie autour de nous, et je souhaite une vie normale. Se réveiller le matin normalement, aller travailler, aller à l'hôpital, aller visiter les Lieux saints. Prier comme tous les pèlerins. Ce n'est pas possible pour les chrétiens palestiniens. C'est triste et tragique. Nous avons toute une jeune génération de chrétiens qui ne savent pas où se trouve le Saint-Sépulcre. C'est aussi un problème pour l'avenir : quelle nouvelle génération préparons-nous si nous devons un jour vivre ensemble, Israéliens et Palestiniens, en bon voisinage ? » (Fin des extraits des déclarations de Fouad Toual, patriarche latin de Jérusalem dans Le Figaro).

Il se trouve que je rentre d’Israël, où je viens de passer 30 jours très exactement. Trente jours lors de mon quatrième séjour en Israël. Chaque dimanche, je me suis rendu à la messe, en langue arabe, dans le quartier chrétien arabe de la vieille ville de Jérusalem. Quartier chrétien vers lequel les Juifs Israéliens ont ouvert une nouvelle porte, dans les remparts, afin que les chrétiens arabes puissent se rendre directement dans le quartier chrétien en question, ce qu'ils font d'ailleurs. Directement, sans passer par la Porte de Damas ou la Porte de Jaffa, ce qui les obligerait (comme se fut le cas dans le passé) à traverser des secteurs musulmans où ces chrétiens arabes ne sont pas les bienvenus, surtout le dimanche, lorsqu’ils vont à la messe et au Saint Sépulcre, ce quils font d'ailleurs. D’autre part, chaque vendredi, les arabes musulmans se rendent sur l’esplanade des mosquées, construite sur les ruines du temple selon la tradition conquérante mahométane. Dès lors, je ne saisis pas très bien en quoi et pourquoi Fouad Toual, patriarche latin de Jérusalem, allègue dans Le Figaro que les chrétiens arabes palestiniens ne peuvent pas visiter les Lieux saints et ne savent pas où se trouve le Saint-Sépulcre alors que j'ai vu ces chrétiens arabes palestiniens de mes yeux à la messe et ailleurs ???….

 

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

2
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz