FLASH
[20/10/2017] #Pologne : 8 blessés dans une attaque au couteau dans le centre commercial VIVO à Stalowa Wola  |  Une ex-assistante parlementaire porte plainte contre le député LREM Christophe Arend pour harcèlement et agression sexuelle  |  Une ex-salafiste porte plainte contre Tariq Ramadan pour “viol, agression sexuelle et harcèlement”  |  Un musulman plein d’amour et de tolérance s’est fait exploser dans la mosquée de l’imam Zaman de Kaboul en Afghanistan  |  Le Hamas à Trump : « Israël, nous voulons l’anéantir, pas le reconnaître » et les médias feignent de ne pas entendre  |  [19/10/2017] Ariane Fornia, fille d’Eric Besson, accuse l’ex-ministre Pierre Joxe d’agression sexuelle  |  Wolf Blitzer (CNN) est le 1er journaliste de gauche à évoquer le scandale Clinton/ Obama/ Uranium depuis sa révélation il y a 24 heures  |  [18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 22 janvier 2011

Lors du premier Conseil des ministres de l'après-Ben Ali, le gouvernement tunisien de transition a adopté, ce jeudi 20 janvier 2011, un projet de loi d'amnistie générale qui concerne aussi les islamistes du parti interdit Ennahdha, proche de la mouvance d’Oussama ben Laden.

A la sortie de ce Conseil de l'après Ben Ali, le message était clair : La loi de l’amnistie englobera le mouvement islamiste tunisien, qui défend l'instauration de la Charia (la loi islamique) et  le port du voile intégral. 

C'est une mesure d'apaisement, de la part des nouveaux dirigeants tunisiens, qui vont présenter cette loi au Parlement. Tous les membres du parti religieux vont bénéficier de cette mesure législative, ont annoncé deux ministres.

Le gouvernement tunisien d'union nationale a aussi décidé de reconnaître l'ensemble des mouvements politiques interdits, et de décréter une amnistie pour tous les prisonniers politiques, ont annoncé des membres du nouveau cabinet à l'issue d'un conseil des ministres. 

"Nous sommes tombés d'accord pour une amnistie générale", a déclaré le ministre de l'Education supérieure, Ahmed Ibrahim, chef d'un parti d'opposition, qui a rallié le gouvernement formé après le renversement du président Zine ben Ali.

Plusieurs détenus islamistes, dont certains condamnés à perpétuité, seront libérés à la faveur de cette amnistie générale, décidée par ce gouvernement tunisien de transition qui parle désormais d’une volonté  d"ouvrir une nouvelle page dont le pays a grandement besoin".

Parmi les prisonniers qui seront libérés, figurent des centaines de membres du mouvement islamiste interdit Ennahdha, condamnés à de lourdes peines de prison pour "tentative de changement du régime par la violence, et appartenance à association non reconnue".

Beaucoup de ces prisonniers purgeaient des peines d'emprisonnement à perpétuité.

La justice tunisienne a infligé des peines allant jusqu’à la peine de mort à des prévenus poursuivis pour appartenance à des mouvements islamistes, et qui ont fourni armes et explosives à des «organisations terroristes».

Le gouvernement provisoire aurait également accepté les revendications des islamistes, notamment le retour au pays du chef d'Ennahdah, Rached Ghannouchi, exilé à Londres depuis 1990.

Selon Ziad Doulatli, un dirigeant du mouvement "Ennahdha", la loi sur l'amnistie générale inclut le retour du chef du mouvement islamiste. Les islamistes se dirigent d'ailleurs vers une participation au nouveau gouvernement.

Les forces de l'ordre tunisiennes vont aussi arrêter les coups de filet dans les milieux islamistes. Cela risque de multiplier les risques d’attentats. Nous avons toujours à l'esprit l’attaque contre la synagogue Al Ghriba de Djerba, qui fit 21 morts en avril 2002.

L’avenir dira, très vite, si les problèmes sociaux que traverse la Tunisie ne serviront pas de paravent à d’autres actions violentes, à des attentats terroristes, qui seront difficiles à prévoir, après la fin de la surveillance policière. Cela risque, en particulier, de décourager les investisseurs occidentaux à s‘installer dans le pays, mais aussi de décourager le retour des touristes, qui se sentiront en danger.

Enfin, il y a un risque réel pour les juifs tunisiens. Certains ont commencé à quitter le pays, et d’autres envisagent des solutions pour se mettre à l’abri des violences aveugles qui se préparent.

Ftouh Souhail, Tunis

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz