FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 23 janvier 2011

Des gens qui n’ont pas trouvé à s’indigner du procès intenté par plusieurs associations politiquement correctes à Eric Zemmour se sont révélés ces derniers jours scandalisés par le fait que Serge Klarsfeld et son association, les Fils et Filles de Déportés Juifs de France, ait déclaré son hostilité à l’inclusion de Louis-Ferdinand Céline dans le programme des Célébrations nationales pour l’année 2011. Serge Klarsfeld ayant obtenu gain de cause, ces gens se sont déclarés plus scandalisés encore et ont parlé de « censure », de décision « indigne ».

On a vu des commentateurs clamer que le génie littéraire « transcende » tout, et que, je cite, « les Juifs sont obsédés par l’antisémitisme » et de « vieilles histoires du passé ». Un biographe de Céline a écrit, je cite encore, que « retirer le nom d'un catalogue, c'est aussi vain que Staline faisant effacer les photos des dirigeants communistes qu'il n'aimait pas. Ça n'empêchera pas que Céline a écrit des horreurs et qu'il est l'un des plus grands écrivains français ».

Pour ce qui me concerne, je trouve la réaction de Serge Klarsfeld, et la décision du Ministère de la Culture, pleinement légitime. C’est l’idée même d’avoir envisagé de célébrer Céline qui me semble n’avoir jamais eu la moindre once de légitimité, à moins qu’il ne se soit agi de la part de certains d’une volonté de considérer que la haine des Juifs, comme disait l’autre, n’a été qu’un détail de l’histoire. 

J’ai toujours éprouvé un malaise en entendant des gens vanter le mérite littéraire d’un auteur, tout en glissant rapidement sur ses côtés horribles. Je trouve plus que douteux les propos disant que le génie transcende la part d’immondice qu’il inclut, ou ceux disant que d’une part, il y a l’immondice, mais que par ailleurs…. 

Je pense que les textes antisémites de Céline devraient être rendus largement disponibles aux fins que le public puisse se rendre compte par lui-même de leur ignominie absolue. Et si on me dit que certains s’en délecteront, je dirai qu’ils s’en délectent déjà (un éditeur d’extrême droite les a réédités), et qu’ils n’ont pas besoin de Céline pour avoir déjà des saletés dans la tête. 

Depuis que j’ai lu les textes antisémites de Céline, je ne puis plus prendre en compte le reste de son œuvre de la même façon. Voyage au bout de la nuit, comme les livres qui suivront, me semble plus fétide, plus poisseux, imprégné d’une dimension geignarde et vile, chargé d’un ressentiment dont L’école des cadavresBagatelles pour un massacre ou Les Beaux draps ne sont que le prolongement sous une autre forme, avec d’autres mots. 

Je ne peux oublier non plus que Bagatelles pour un massacre date de 1937, quatre ans après l’arrivée d’Hitler au pouvoir en Allemagne, L’école des cadavres de 1938, l’année de la Nuit de Cristal, Les Beaux Draps de 1941, une année où la France est en pleine collaboration et où les Juifs doivent porter l’étoile jaune, et se faire inscrire sur des listes qui serviront plus tard aux acteurs de la déportation, tandis que fleurissent les panneaux « interdit aux Juifs » devant les squares et la plupart des établissements publics et privés. Céline a publié, après ses textes antisémites (réédités au vu de leur succès public jusqu’en 1943), des articles tout aussi ignobles, et ce en des moments où on ne pouvait plus ignorer ce qui se passait dans les camps d’extermination. Céline a été l’un de ceux qui ont contribué à ce que s’accomplisse la shoah. Il a été, de fait, complice de la perpétration de la shoah

Si un hommage national avait été rendu à Céline, pourquoi n’aurait-on pas, ensuite, dans la foulée, décidé de faire la même chose avec Robert Brasillach ou Lucien Rebatet ? Pourquoi n’aurait-on pas envisagé de réhabiliter le maréchal Pétain, puis d’autres encore. Marcel Déat et Jacques Doriot étaient de bons orateurs, et on pourrait, qui sait, et tant qu’à faire, vanter en public leurs qualités sur ce plan, en respectant, bien sûr, les raisonnements d’intellectuel à la française : d’une part, ce sont des salauds, bien sûr, mais d’autre part, quelle verve, mon cher !

J’ai toujours trouvé, oui, que c’était une très mauvaise idée de limiter l’accès à des textes ignobles. Combattre des idées implique qu’elles soient pleinement visibles en leur caractère le plus hideux. 

Ceux qui veulent se délecter des déjections céliniennes s’en délectent déjà et n’ont pas besoin de Céline pour avoir un esprit déjà plein de déjections, non : il suffit d’aller sur internet pour trouver de quoi alimenter la machine à souiller les neurones. 

Ce sont les pamphlets antisémites de Céline qu’on devrait étudier au lycée, pas ses romans. Car ces pamphlets permettraient de mettre en pleine lumière l’esprit vicieux, pervers et haïssable d’un homme répugnant. On étudie bien, en cours de biologie, la formation de cellules cancéreuses : les cancers de l’esprit, qui peuvent déboucher sur le meurtre ou l’incitation au meurtre devraient être étudiés aussi. Céline était atteint d’un cancer de l’esprit. Ses œuvres dans La Pléiade devraient être des œuvres vraiment complètes, et si l’éditeur trouve sordide l’idée de publier des œuvres vraiment complètes, il devrait renoncer à publier l’ensemble et confier ce soin à d’autres.

Le professeur Henri Godard, qui a établi l’édition des oeuvres semi complètes, a dit qu’on ne peut distinguer « les deux Céline : le grand écrivain et l’antisémite ». Je divergerai sur un point essentiel : je ne pense pas qu’on peut être un grand écrivain en étant antisémite. Tout comme je ne pense pas qu’on peut être un grand cuisinier en utilisant des ingrédients avariés. 

Parce que certains textes ont été occultés, on a tendance, en France et ailleurs en Europe, à excuser trop aisément leurs auteurs, ou à faire le tri dans la production de ceux-ci. Il en résulte, dans une atmosphère générale de relativisme, une tendance à estomper la gravité des crimes. 

J.e pense, en supplément, que remonte en Europe aujourd’hui un antisémitisme multiforme, implicite, insidieux, qui repose sur le fait que nombre d’Européens n’ont jamais vraiment regardé l’antisémitisme en face. 

Et je pense qu’en voulant évacuer les vestiges de tout sentiment de culpabilité concernant la shoah, on commence à voir monter une irritation vis-à-vis de quiconque rappelle ce qui renvoie à la shoah. Cette irritation est très malsaine, et elle montre que la monstruosité qui a permis le nazisme n’est pas du tout morte. 

Comme l’a expliqué magistralement Léon Poliakov, le crime génocidaire contre les Juifs commis en Europe, avec des complices actifs dans presque tous les pays d’Europe, n’aurait pu être commis sans une accoutumance des esprits à la haine des Juifs. Cette haine a commencé, ici ou là, par de l’irritation, ou ne s’est montrée, au départ, que sous le masque de l’irritation. Nous en sommes au stade de l’irritation. Ou, plus exactement sans doute, au recours au masque de l’irritation. Mais quand je vois dans le commentaire d’un article, Serge Klarsfeld décrit comme « un monsieur assez obscur, mais qui a un large accès aux médias, spécialisé dans la chasse aux vieillards qui ont été des criminels soixante ans auparavant », je me dis que le masque est sur le point de tomber. 

Je ne sais plus qui a dit exactement que les Européens ne pardonneraient jamais Auschwitz aux Juifs, mais cette phrase, porteuse d’un humour très sombre, me semble tout à fait exacte : dans l’Europe contemporaine, on tolère les Juifs, on les accepte même très bien tant qu’ils se taisent, qu’ils acceptent de raser les murs, de ne pas trop évoquer certains souvenirs, et de ne pas s’indigner d’amnésies ou de banalisations du mal. Mais si des Juifs ne se taisent plus, ne rasent plus les murs, évoquent certains souvenirs, ou s’indignent, on voit que non, décidément, l’Europe n’a pas pardonné Auschwitz aux Juifs, et ne leur a donc pas pardonné de s’être rendue coupable de les avoir assassinés en masse. 

Outre les Juifs qui se taisent, les Européens acceptent aussi, à la rigueur, l’évocation des Juifs morts et partis en cendres, à condition qu’on ne dise plus que c’est de la faute des Européens si des Juifs sont morts et partis en cendres, et qu’on ajoute aussitôt que ce fut une « tragédie » parmi tant d’autres. 

Tout comme ils s’irritent de Juifs qui parlent, qui gardent la tête haute, ou qui évoquent la shoah comme un crime européen, et qui, parfois disent que Céline était un infect antisémite, les Européens s’irritent de Juifs qui construisent un Etat plus prospère et dynamique que les Etats européens, et qui osent se défendre lorsqu’on les agresse, au lieu de se laisser assassiner. 

C’est pour cela, je pense, que l’Union Européenne et nombre de pays européens financent des organisations qui mènent, au sein d’Israël, un hypocrite et inadmissible travail de sape et d’érosion sur lequel je reviendrai. 

L’irritation contre les Juifs qui s’indignent qu’on soit amnésique ou qu’on banalise le mal, ne me semble pas dissociée de l’irritation qui monte en Europe concernant l’Etat du peuple juif. Ces divers thèmes seront au cœur d’un petit livre que je viens d’achever, et que je publierai ce printemps.

Guy Millière

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz