FLASH
[21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  |  Règlement de compte hier soir à Marseille. 2 individus armés (fusil à pompe) ont tué un homme à la Bricarde  |  Pendant la nuit, 2 roquettes tirées depuis la Syrie ont atteint le Golan – pas de blessé  |  [20/10/2017] #Pologne : 8 blessés dans une attaque au couteau dans le centre commercial VIVO à Stalowa Wola  |  Une ex-assistante parlementaire porte plainte contre le député LREM Christophe Arend pour harcèlement et agression sexuelle  |  Une ex-salafiste porte plainte contre Tariq Ramadan pour “viol, agression sexuelle et harcèlement”  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 2 février 2011

Mon ami Avram Miller n'a pas de gros penchants pour la géopolitique. Il fait partie de ceux qu'il nomme lui même "les grands pères de l'internet" : ceux qui ont contribué à sa création. Sa participation, en tant que vice président d'Intel, fût de développer le modem et l'internet à haut débit, qu'on appelle aussi broadband, et sans lesquels l'internet n'aurait pas décollé.
 
Une fois n'est pas coutume, Avram vient de publier un article (1) sur l'Egypte ou il décrit l'extrême cruauté des faits, pour lesquels les journalistes français ont un mépris absolu.
 
"L'âge moyen en Egypte est 24 ans. Bien que l'économie égyptienne ait une croissance de 5% par an depuis plusieurs années, ce n'est pas suffisant pour absorber le nombre de jeunes qui arrivent sur le marché du travail. En fait, aucun pays développé à forte population, dans des conditions similaires, ne pourrait offrir d'opportunités économiques aux jeunes qui veulent trouver un travail, se marier et avoir des enfants."
 
"Bien que Moubarak était probablement plus intéressé à rester au pouvoir qu'à offrir un futur à sa population, je pense qu'aucun leader (note de JPG : pour les raisons mentionnées ci dessus), en Egypte, ne peut y arriver."
 
"Les jeunes égyptiens ont des smartphones, Facebook et Twitter, tandis que ceux qui détiennent le pouvoir ne savent même pas se servir d'un ordinateur". (note de JPG : et l'avenir économique réside dans les nouvelles technologies, dans la dématérialisation et le service)
 
En trois points, Avram Miller plante son projecteur sur la triste réalité égyptienne et plus largement, sur celle du monde arabe tout entier. Mettons nous un instant à la place de la population, dans la peau de la jeunesse. L'aide des Etats Unis, 1.3 milliard de dollars chaque année, une manne, ne leur rapporte aucun bénéfice. Leur avenir est bouché, sans aucun espoir d'éclaircie. Le présent est fait de misère, de chômage, et de désoeuvrement.
 
A coté tout près, le petit Israël prouve qu'on ne peut pas accuser la fatalité. Les israéliens vivent la prospérité économique, culturelle, démocratique et sociale. Israël incarne l'énergie créative du monde. Les jeunes travaillent, créent, se construisent une vie, font des enfants, et s'épanouissent, tout en contenant deux hordes terroristes à ses frontières.
 
J'imagine assez bien pourquoi la rue égyptienne est tentée d'éliminer Israël, cette preuve de son terrible échec, ce miroir insoutenable de sa médiocre existence. On appelle ça la jalousie. Je peux comprendre aussi que la nullité économique et créative des égyptiens les pousse vers la tentation spirituelle, vers l'Islam. Après tout, n'avons nous pas souvent nous mêmes tendance à blâmer les autres pour nos propres déficiences, n'est il pas plus facile de souhaiter que notre voisin n'ait pas cette si belle voiture plutôt que de tout faire pour en avoir une nous même ? N'a t-on pas, dans les moments de désespoir, la tentation de demander son aide au tout puissant.
 
Jean-Patrick Grumberg
 
(1) http://twothirdsdone.com/2011/01/31/the-macro-meaning-of-the-egyptian-revolt/
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz