FLASH
[21/08/2018] Chômage, déficit, pouvoir d’achat : l’effet Macron ne marche pas, l’effet Trump fonctionne à fond, donc les médias crachent sur Trump  |  Une statue de la Vierge à l’Enfant décapitée dans l’Île de Noirmoutier  |  Européennes 2019 : contesté voire détesté, Emmanuel Macron en mauvaise posture  |  Orly : un « jeune » à scooter meurt en fuyant un contrôle de police, l’IGPN saisie  |  [20/08/2018] Tsahal à arrêté 11 islamistes palestiniens à Hebron et à Jérusalem lors de raids pour rechercher des terroristes  |  Le prix de la vie selon la justice française : Le migrant illégal de 19 ans qui a poignardé 4 personnes à Périgueux lundi 13 août n’a été condamné qu’à 3 ans de prison ferme  |  Paris : Une policière porte secours à des passagers après un accident mortel qu’ils ont provoqué, dans le 19e, et se fait violemment frapper par le passager rescapé!  |  Le chef de la police municipale de Villevaudé, en Seine-et-Marne, a été violemment agressé dimanche à son domicile par « plusieurs personnes » qui l’ont roué de coup  |  Barcelone attentat islamique : Un homme armé d’un couteau a tenté d’attaquer des policiers en hurlant Allahou Akbar (Allah est le plus grand)  |  Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) : un homme de 45 ans tué de 9 coups de couteau, un autre homme blessé, suspect appréhendé, motif inconnu  |  Marseille : encore un adolescent de 16 ans poignardé pour un mauvais regard  |  Tsahal a ouvert le feu sur un terroriste musulman qui a tiré dans leur direction dans le nord de Gaza. Aucun blessé parmi les troupes israéliennes n’a été signalé  |  Un terroriste musulman a tiré des coups de feu sur l’ambassade des États-Unis à Ankara. La police a déclenché une chasse à l’homme et recherche un véhicule blanc suspect  |  [17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 février 2011

 
Dans un pays ou l'avortement était interdit, un leader politique s'apprêtait à faire une déclaration très importante, à la télévision, pour faire basculer la loi en faveur du droit à l'avortement.
 
Il faisait campagne depuis des mois. Patiemment, il avait livré combat contre les traditionalistes, et avait même réussi à vaincre les résistances de l'Eglise.
 
Il ne restait plus qu'une étape, faire inscrire le projet de loi au parlement. Pour cela, il avait besoin de gagner définitivement l'opinion publique à sa cause.
 
Cette émission de télé, sur la chaîne nationale et à l'heure de grande écoute, était donc d'une importance capitale.
 
Il était en coulisses en train de se préparer, quand on lui dit qu'un prêtre demandait à le voir.
 
Curieux et un peu irrité, il fit entrer le prêtre, un vieux monsieur en vérité, et le mis en garde : "Mon père, j'espère que vous ne venez pas tenter de me convaincre d'abandonner mon projet, parce que si c'est le cas, vous perdez votre temps".
 
Le vieux prêtre lui répondit qu'il était venu de loin pour lui parler d'un souvenir personnel, et que cela ne prendra pas longtemps.
 
Calmé, l'homme politique décida de l'écouter.
 
L'homme de dieu raconta : "il y a à peu près quarante cinq ans, j'ai reçu dans ma paroisse une jeune femme désespérée. Elle venait de tomber enceinte, et elle ne voulait pas garder l'enfant. Elle était tellement pauvre qu'elle ne mangeait pas tous les jours, elle travaillait comme femme de ménage onze heures par jour, six jours par semaine, depuis que son mari avait eu un accident cardiaque, et qu'il était à moitié paralysé. Elle venait m'implorer pour que je l'autorise à avorter."
 
Je lui répondit que je comprenais sa détresse, et que de porter son enfant serait certainement une épreuve très difficile, mais que je ne pouvais pas lui donner ma bénédiction, car il ne nous appartient pas de décider de la vie et de la mort selon notre propre confort. Après bien des efforts, je finis par la  dissuader de commettre l'irréparable.
 
"Et alors, demanda l'homme politique, c'est pour me raconter cette histoire que vous avez fait tout ce chemin ?"
 
"Oui", lui dit le prêtre.
 
"Mais enfin, pourquoi !" demanda le politicien ?
 
"Parce que je me suis rendu compte, il y a quelques temps et par le plus grand des hasards, dit le prêtre, que le bébé que cette femme a gardé, c'était vous."
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz