FLASH
[23/10/2017] La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  |  Règlement de compte hier soir à Marseille. 2 individus armés (fusil à pompe) ont tué un homme à la Bricarde  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 17 mars 2011

Le gros cochon Jésus Christ et le prophète Mahomet

Michel Garroté à Tel Aviv

En France, avant-hier, mardi 15 mars, la justice a démontré, une fois de plus, qu’elle est certes islamophile, mais néanmoins christianophobe. Je suppose que cela fait partie de la haine de soi ambiante. Ci-dessous, le rappel des faits.

En septembre 2008, Charlie Hebdo publie, sous couvert d'humour, deux articles provocateurs et insultants à l'encontre du Christ ; à l'encontre du christianisme en général ; et à l'encontre du catholicisme en particulier. Poursuivi en justice par l'AGRIF, l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo avait obtenu gain de cause, d’abord, le 2 juin 2009, devant le tribunal correctionnel de Paris ; puis, le 7 avril 2010, devant la cour d'appel de Paris ; et enfin, avant-hier, mardi 15 mars 2011, devant la Cour de cassation.

Pour mémoire, rappelons que l'un des articles de Charlie Hebdo prenait la forme d'une devinette : « De quel ouvrage pornographique est tirée cette phrase : ‘On lui amènera des petits enfants pour qu'il les touche ?’. Réponse : l'évangile selon saint Marc. Et c'est juste après que ce gros cochon de Jésus Christ s'exclame : ‘Laissez venir à moi les petits enfants’ ».

Un autre article de Charlie Hebdo, intitulé « fondamentaux », s'en prenait plus directement aux chrétiens de confession catholique : « Messe en latin, éducation religieuse, mœurs rigoureuses. Benoît XVI est pour un retour aux fondements du catholicisme. Nous aussi : que l'on redonne les chrétiens à bouffer aux lions ».

Imaginons, un seul instant, que la justice française, eut à juger, Charlie Hebdo, pour avoir écrit la même chose sur les musulmans, à savoir : « De quel ouvrage pornographique est tirée cette phrase : ‘On lui amènera des petits enfants pour qu'il les embrasse ?’. Réponse : le coran. Et c'est juste après que ce gros cochon de Mahomet s'exclame : ‘Laissez venir à moi les petits enfants’ ».

Un autre article de Charlie Hebdo, intitulé « fondamentaux », s'en prenait encore plus directement aux musulmans croyants et pratiquants : « Prières dans les rues, prières dans les mosquées, éducation coranique, mœurs islamiques. Les imams sont pour un retour aux fondements de l’islam. Nous aussi : que l'on repousse les musulmans, comme on l’avait déjà fait, à Lépante et à Poitiers ». Qu’aurait décidé la justice française, si Charlie Hebdo avait écrit cela ?

En Egypte, la semaine dernière, une foule de musulmans a attaqué une église de Sool, un village situé à 35 km du Caire et l'a incendiée, après que l'imam Ahmed Abu Al-Dahab se soit écrié : « Tuez tous les chrétiens ! ». Après l’incendie de l'église, les musulmans se sont réunis pour prier sur le site et faire une collecte d’argent pour y construire une mosquée. C’est, en effet, une tradition, chez les mahométans, que de construire leurs mosquées, sur les ruines des églises qu’ils détruisent.

En outre, cette attaque contre l’église de Sool, en Egypte, constitue une « riposte disproportionnée » (et là, pour le coup, c’est vrai) à une affaire, qui se serait passée, au début du mois de mars, entre une musulmane et un chrétien copte (ce qui, sans doute, explique et justifie, que l'imam Ahmed Abu Al-Dahab se soit écrié « Tuez tous les chrétiens ! »).

Les musulmans de Sool ont donc accusé cette femme musulmane et cet homme chrétien copte d’avoir eu, soi-disant, une « relation adultère ». Les fausses accusations de « blasphème » et « d’adultère » sont, actuellement, les prétextes les plus fréquents, utilisés par les musulmans, pour persécuter, assassiner et génocider, des Chrétiens d’Orient, en terre dite terre d’islam.

Une terrible réalité qui ne semble pas intéresser Charlie Hebdo ; et qui, du reste, ne semble pas non plus intéresser les autres médias (l'imam Ahmed Abu Al-Dahab peut donc continuer à crier « Tuez tous les chrétiens ! »).

En France, le ‘Collectif Banlieues Respect’ (ça ne s’invente pas…) a récemment demandé « la mise à disposition des églises vides pour la prière du vendredi » des musulmans, dans un communiqué adressé aux structures en charge de l'organisation de l'Eglise de France (tel que je connais ces structures, elles vont répondre : oui, bien sûr, très volontiers).

Selon le porte-parole du ‘Collectif Banlieues Respect’, un certain Hassan Ben M'Barek, cette mesure permettrait « d'éviter que les musulmans ne prient dans la rue » et permettrait que les musulmans ne soient pas « les otages des politiques ». Autrement dit, les musulmans des banlieues françaises exigent le respect et ne veulent plus être des otages. Comique, n’est-il pas ?

Le ‘Collectif Banlieues Respect’ fait partie des associations qui se sont vivement élevées, il y a peu, à la Grande Mosquée de Paris, contre le débat de l'UMP sur la laïcité et sur l'islam, prévu le 5 avril. Si je comprends bien, c’est un manque de respect que de parler de l’islam, selon les potes de ‘Collectif Banlieues Respect’.

Le ‘Collectif Banlieues Respect’ considère, dans un communiqué, que « chaque fois qu'il y a un débat de cette nature, celui-ci débouche sur une loi visant à stigmatiser les musulmans ». Les musulmans du quartier de la Goutte d'Or à Paris (XVIIIe) prient le vendredi à même la chaussée, rue Polonceau et rue Myrrha. Ces deux rues sont fermées à la circulation ce jour-là.

Le ‘Collectif Banlieues Respect’ a donc raison. En France, la loi vise à « stigmatiser les musulmans ».

Le ‘Collectif Banlieues Respect’ devrait lire plus souvent Charlie Hebdo…

Et l'imam Ahmed Abu Al-Dahab continuera de crier « Tuez tous les chrétiens ! ».

Quant à moi, ici, à Tel Aviv, je peux assister à la messe, tous les jours si ça m’amuse, à la paroisse catholique St-Pierre, rue Mifrats Shlomo ; ou à celle de St-Antoine, rue Jeffet. Oui, à Tel Aviv.

Et du coup, le ‘Collectif Banlieues Respect’, je m’en tape.

Correspondance de Michel Garroté à Tel Aviv

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz