FLASH
[20/07/2018] Ce vendredi soir, le Hamas a tiré 3 roquettes sur des civils israéliens dans l’indifférence du monde occidental  |  L’actrice Whoopi Goldberg a invité la conservatrice Jeanine Pirro pour parler de son dernier livre, et elle l’a traitée « comme un chien » et l’a jeté hors du plateau quand Pirro a parlé du « Trump derangement syndrome ». Vraiment, la gauche a l’esprit totalitaire  |  Des avions de combat israéliens engagés dans une opération d’envergure contre des bases du Hamas à Gaza en réponse à des tirs contre des troupes de Tsahal  |  Effet Trump: La production pétrolière américaine vient d’établir un nouveau record de tous les temps  |  [19/07/2018] 1000 gros bonnets Iraniens ont acheté des passeports des Comores pour voyager sans éveiller les soupçons. La bonne nouvelle est que le gouvernement comorien a changé de camp et a annulé plus de 100 passeports  |  Effet Trump: Les exportations de pétrole de l’Iran pourraient chuter de deux tiers d’ici la fin de l’année en raison des nouvelles sanctions des États-Unis, une excellente nouvelle dans la lutte contre le terrorisme mondial  |  Médias de plus en plus marginalisés: 68% des Républicains approuvent la rencontre entre Poutine et Trump que les journalistes qualifient de « trahison » (sondage CBS)  |  Effet Trump : Le chômage à travers les États-Unis est le plus faible depuis décembre 1969, selon un rapport du ministère du Travail  |  [18/07/2018] Pour faire face à l’afflux de touristes, Lufthansa annonce deux nouvelles routes vers Eilat cet hiver  |  [15/07/2018] Depuis samedi matin, les terroristes ont tiré plus de 200 roquettes sur les citoyens israéliens. Et aucun gros titre pour dénoncer ça ?  |  [14/07/2018] Tsahal a frappé des douzaines de cibles du #Hamas à la suite des attaques terroristes de roquette contre non pas l’armée mais des civils en #Israël  |  Eric Ciotti a qualifié Emmanuel Macron d' »adolescent immature » atteint d’un « sentiment de surpuissance ». Ça dit quoi sur les français qui ont choisi d’élire un ado immature ?  |  #Syrie L’État islamique affirme que des engins explosifs ont explosé à la base de Hay’at Tahrir Al-Sham à Sarmada- #Idlib  |  #Tsahal vient de cibler 1 zone derrière l’Université Al Quds au nord de #Gaza avec un missile en réponse à une agression du Hamas  |  #Gaza: 2 Palestiniens modérément blessés par 1 roquette artisanale tirée depuis Gaza et retombée sur Gaza dans le quartier d’Al-Nasser à Rafah. Boom!!!  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 19 mars 2011

Gilles-William Goldnadel n’a plus besoin d’être présenté. C’est un avocat brillant, un homme courageux, un infatigable défenseur d’Israël. C’est aussi un homme de pensée et de réflexion. Il a, au fil des ans, développé des analyses brillantes et remarquables sur l’antisémitisme, l’« antisionisme » et l’évolution des sociétés européennes.

Il a publié  voici quelques semaines le plus personnel, et le plus politiquement incorrect de ses livres. Le titre, « Réflexions sur la question blanche (1) », est déjà très évocateur, et renvoie très volontairement à un autre titre où il s’agit de la question juive. Le sous-titre rend le propos extrêmement clair : « Du racisme blanc au racisme anti-blanc ». 

Nous sommes passés du racisme émanant des blancs, qui n’a pas disparu, mais se trouve largement marginalisé, à un racisme anti-blanc qui, lui, ne cesse de se répandre et menace la civilisation occidentale elle-même. 

« Pour des raisons historiques et psychologiques particulières, l’homme occidental est devenu un blanc détestable », écrit-il. 

Quelles sont ces raisons ? La détestation de l’état-nation et de tous ceux qui portent un uniforme, née après la Seconde guerre mondiale et, aussi, la captation de la pensée par la gauche et l’extrême gauche, qui condamne tout contrevenant à « être immédiatement présenté comme extrêmement de droite par des médias sous influence ». 

La détestation est instillée, jour après jour, depuis des années, la captation fonctionne à plein régime. 

L’histoire se trouve relue sous un prisme déformant consistant à imputer tous les crimes du monde à l’Occidental blanc, tout en occultant les crimes commis par des non Occidentaux. Il en va ainsi pour l’esclavage (il est tabou désormais de rappeler que celui-ci a été pratiqué en Afrique subsaharienne et dans le monde musulman longtemps avant la traite négrière, longtemps après l’abolition de celle-ci (note de JPG : et encore maintenant), pour le nazisme et la collaboration à celui-ci (il est difficile aujourd’hui de rappeler que le monde arabe a « manifesté pour les puissances de l’Axe un enthousiasme général et constant »). Il en est ainsi pour l’antisémitisme aussi, dont on tend à oublier qu’il a existé et existe toujours, de manière effroyablement virulente, dans le monde musulman tout entier. 

Goldnadel explique, ici, la détestation virulente subie par Israël, née après la guerre des Six Jours en 1967 : le Juif est passé du statut de persécuté à celui d’homme capable de se battre, et il est devenu la quintessence du blanc honni. C’est d’ailleurs à ce moment-là, poursuit Goldnadel, que s’est opérée la découverte de la shoah qui, jusque-là, n’intéressait personne. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’ensuite, les Juifs se trouvent accusés de commettre des atrocités semblables à celles qu’ils ont subies dans le passé. 

Le Juif israélien est devenu l’Occidental blanc détestable, et le Palestinien s’est trouvé dépeint comme le Juif victime de la shoah. 

La détestation de l’Occidental blanc est, note Goldnadel, « d’autant plus puissante qu’elle est ignorée », enfouie profondément désormais dans « l’inconscient collectif occidental ». 

Dans l’ère contemporaine, seuls les crimes commis par des blancs intéressent vraiment les grandes consciences occidentales : les massacres commis au Darfour n’intéressent pas dans la mesure où ce sont des massacres commis par des Arabes ou des noirs musulmans, contre des noirs. Les massacres de chrétiens dans le monde musulman n’intéressent pas non plus. Le discours de haine de l’islam radical est délibérément ignoré : « l’Occidental qui ne s’aime plus a perdu le droit de haïr la haine d’un ennemi qu’il n’a même plus le droit d’avoir, pas même de nommer ». 

En concluant, Goldnadel pose la question : l’inféodation à la molle dictature du conformisme de l’époque n’est-elle pas la définition de tous les pré-fascismes ? Il existe effectivement une dictature qui ne dit pas son nom, et un conformisme suicidaire. Des livres comme celui-ci constituent un puissant antidote pour y résister.

     Guy Millière

(Article paru sur le site les4verites.com)

(1) en achetant le livre Réflexions sur la question blanche sur amazon.fr avec ce lien, vous aidez Dreuz.info, qui reçoit une commission de 5% sur les ventes.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz