Publié par Abbé Alain Arbez le 14 mars 2011

Yeshua de Nazareth, comme tout rabbi, a enseigné à ses disciples comment prier. Il a rassemblé des phrases riches de sens et tirées de la tradition juive (qu’on retrouve quasiment semblables dans le kaddish) et il a composé cette prière qui est devenue au fil du temps celle de tous les chrétiens : catholiques, orthodoxes, protestants, évangéliques. Mais on n’est pas toujours conscient du fait que des demandes à Dieu impliquent simultanément une mise en mouvement en nous-mêmes.

Pourquoi dire Père

Si tu ne désires pas renaître de Dieu ?

Pourquoi dire Notre Père

Si tu ne t’intéresses pas aux autres ?

Pourquoi dire Qui es aux cieux

Si tu ne donnes de valeur qu’aux choses matérielles ?

Pourquoi dire Que ton nom soit sanctifié

Si tu n’as aucune idée du visage de Dieu ?

Pourquoi dire Que ton règne vienne

Si tu n’espères aucun avenir meilleur pour l’humanité ?

Pourquoi dire Que ta volonté soit faite

Si tu ne cherches même pas à la connaître ?

Pourquoi dire Donne-nous aujourd’hui

Si tu ne vois pas que la vie est un cadeau ?

Pourquoi dire Notre pain de ce jour Si tu n’alimentes pas ta foi ?

Pourquoi dire Pardonne-nous nos offenses

Si tu ne te remets jamais en question ?

Pourquoi dire Comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés

Si tu n’es pas bienveillant envers les autres ?

Pourquoi dire Mais délivre-nous du mal

Si tu n’agis pas au service du bien ?

Pourquoi dire A toi le règne, la puissance et la gloire

Si tu donnes de la valeur à ce qui ne le mérite pas ?

Pourquoi dire Pour les siècles des siècles

Si tu ne crois pas que l’histoire ait un sens ?

Pourquoi dire Amen !

Si la Parole de Dieu reste en dehors de tes préoccupations ?

Abbé Alain René Arbez

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz