FLASH
[16/08/2018] La ‘Reine du soul’ Aretha Franklin est décédée d’un cancer du pancréas à l’âge de 76 ans  |  1 terroriste du FPLP d’un camp de réfugiés palestiniens du sud Liban a été arrêté alors qu’il entrait en Israël avec un passeport belge  |  Tsahal a arrêté 8 terroristes musulmans pendant la nuit en Judée et en Samarie, dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme  |  Le 8 août, la police israélienne a arrêté dans la capitale Jérusalem 1 terroriste musulman qui préparait 1 attaque à l’arme blanche afin d’assassiner des Juifs  |  La presse anti-Trump dit que le président est un suprémaciste blanc responsable de la montée des nazis. Mais seulement 20 ou 30 nazis etaient à la marche le week-end dernier! Donc Trump a lamentablement échoué!  |  Attentat-suicide à la bombe à Kaboul: 48 morts dans 1 centre éducatif: imaginez le carnage si l’islam n’était pas une religion de paix !  |  Allemagne : une jeune femme violée dans la rue par deux demandeurs d’asile somaliens, mais ce qui est illégal, c’est de crtiquer cette immigration là  |  Vous avez le droit de rire: Une centaine de journaux dénoncent les «attaques» de Trump contre la liberté de la presse. Ah bon? Ils ont la liberté de dénoncer leur manque de liberté ? Pas étonnant que 74% n’ont plus confiance dans ces clowns  |  Près de 4 millions de nouveaux emplois. La croissance la plus rapide en 15 ans. Indépendance énergétique: les journalistes ont de vraies bonnes raisons de haïr Trump  |  [14/08/2018] Est-ce vraiment ça, la mission de service public de France Info: parler de tous les livres anti-Trump qui paraissent, et silence total sur les livres pro-Trump ?  |  [13/08/2018] Migrants délinquants : le port de Sète veut bien accueillir l’Aquarius, qui est de nouveau à la recherche d’un port d’accueil pour débarquer des illégaux  |  La branche d’Al-Qaeda à Gaza a publié une vidéo de ses attaques à la roquette sur les communautés civiles israéliennes au cours de la dernière semaine  |  Mons-en-Baroeul (France): une voiture a terminé sa course dans le hall d’une mosquée. Accident ou intention, le mobile n’est pas encore clair  |  La monnaie turque plonge, Trump a réussi en 1 mois ce que l’Europe n’arrive pas à faire depuis 10 ans  |  Israël a confisqué des dizaines de milliers de ballons qui étaient destinés à Gaza par crainte qu’ils soient utilisés comme bombes incendiaires  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 9 avril 2011

Le Hamas vient de commettre un crime contre des civils en envoyant un missile anti-char sur un autocar scolaire dans le Sud d’Israël.

Il a ajouté à ce crime le tir de plusieurs dizaines de roquettes envoyées en direction de zones d’habitation.

La grande presse française n’a pas jugé bon de rapporter la nouvelle.

Ou elle l’a fait sur le mode habituel : en inversant les faits, et en mettant en avant la réponse d’Israël. « Riposte israélienne sur Gaza après des tirs dans le sud du pays », a titré Le Monde. Lors de l’immonde massacre de la famille Fogel en Samarie, les titres parlaient de « craintes de représailles ».

Pour la grande presse française, il importe de souligner que c’est Israël qui est violent, même quand Israël ne fait que répondre à une agression ou à un crime. Et il importe de minimiser le sort des victimes israéliennes.

En un temps où on évoque la nécessité  de protéger les civils et où cette nécessité sert de prétexte à des interventions militaires et à des bombardements en Libye et en Côte d’Ivoire, on pourrait en venir à penser qu’il y a des civils qu’on peut défendre, et d’autres qui sont indéfendables : les Israéliens appartiennent visiblement à la seconde catégorie. Et il me revient en mémoire une phrase prononcée par le héros du film Exodus d’Otto Preminger : « la viande juive ne vaut pas cher ». 

Je pourrais penser que cette attitude de la grande presse française, conforme en cela à la grande presse du reste de l’Europe, ne relève pas de l’antisémitisme si je ne voyais pas cette indifférence dédaigneuse vis-à-vis des Israéliens assassinés ou agressés, coïncider avec une remontée de l’antisémitisme dans tous les pays d’Europe, avec une relativisation et une banalisation de la shoah, et avec une diabolisation croissante d’Israël sur tout le continent.

J’ai déjà eu l’occasion de l’écrire, mais je pense utile de le redire : la diabolisation d’un pays fonctionne comme la diabolisation d’un peuple ou d’un groupe ethnique. Elle dissémine une haine qui, à force d’imprégner l’air du temps, crée une accoutumance qui la fait paraître normale, presque légitime. Léon Poliakov a montré dans plusieurs de ses livres qu’une accoutumance de ce genre avait pris place en Europe, déjà, dans les années 1920 1930 et avait contribué à la montée des fascismes et du nazisme, à l’acceptation de politiques antijuives, à la minimisation de pogroms et de scènes de barbarie telles que la « nuit de cristal » et à la possibilité même de la shoah.  

J’ai écrit le livre que je publie dans quelques jours, « Comme si se préparait une seconde shoah », pour sonner l’alarme et crier mon indignation. Il existe à Gaza et dans les terres tenues par l’Autorité Palestinienne en Judée-Samarie, dans le Sud du Liban et dans les palais gouvernementaux de Téhéran des gens qui, tout en niant la shoah, rêvent de perpétrer une nouvelle shoah en détruisant Israël et en infligeant à son peuple une forme de solution finale.

Et il existe en Europe des journalistes qui, dans les grands médias, préparent les esprits et conduisent à accepter l’inacceptable, à tolérer l’intolérable. Il existe aussi dans les gouvernements européens et jusqu’au cœur de l’Union Européenne des politiciens qui eux-mêmes préparent les esprits et semblent tout à fait prêts à sacrifier Israël sur l’autel d’une illusoire réconciliation avec le monde musulman et avec l’islamisme.  

On pourrait dire que l’Europe n’a rien appris de ses propres errances et de ses propres crimes. On pourrait dire aussi qu’elle en a tiré un singulier apprentissage : l’Europe d’aujourd’hui n’est pas criminelle, non. Pas directement. Elle garde les mains blanches. Elles laisse désormais d’autres se livrer aux errances et aux crimes auxquels elle consent lâchement.  

Jusqu’à ces deux dernières années, Israël pouvait compter sur l’appui des Etats-Unis. Depuis qu’Obama est à la Maison Blanche, Israël est seul. En portant au pouvoir un Président teinté d’islam et de gauchisme, le peuple américain a commis une erreur dont il paie le prix. Le malheur est que le prix est aussi payé par d’autres. Et on peut craindre que ce ne soit pas fini. Je ne doute pas qu’Obama fera tout pour que les Etats-Unis puissent s’abstenir lors du vote pour la création unilatérale d’un Etat palestinien aux Nations Unies en septembre.  

Le prétexte que pourra utiliser Obama ? Il concerne, précisément les « civils ». Pour l’administration Obama, les Israéliens, on n’a aucune difficulté à le comprendre, ne sont pas tout à fait des civils. Les arabes de Gaza et de Judée-Samarie, par contre, correspondent tout à fait à la définition des « civils » qu’on peut avoir à protéger.  

La notion de « responsabilité de protéger » officialisée par l’ONU et utilisée pour cautionner les interventions en Libye et en Côte d’Ivoire a été conçue par des gens qui ne pensaient pas du tout à la Libye et à la Côte d’Ivoire, mais à Israël. La principale théoricienne de cette notion s’appelle Samantha Power. Elle est conseillère d’Obama pour le Proche-Orient et responsable des « affaires multilatérales » au Conseil National de Sécurité. Elle n’a pas caché que si des attaques israéliennes contre des « civils » palestiniens devaient se reproduire, la « responsabilité de protéger » devrait être invoquée, et déboucher sur des mesures très fermes contre Israël.  

Pourrais-je, en ce contexte, penser que le Hamas cherche à attirer des ripostes et des représailles jusqu’au moment où celles-ci paraîtraient « disproportionnées » ? La réponse est oui.  

Le gouvernement israélien est face à l’une des situations les plus difficiles de l’histoire du pays. Je pense, fort heureusement, qu’il est aujourd’hui entre de très bonnes mains. J’ai regretté souvent qu’au temps où George Walker Bush était à la Maison Blanche, le Premier ministre israélien n’ait pas été Binyamin Netanyahou. Je pense que, face à Obama, il est bon qu’Israël soit gouverné par un Premier ministre de la qualité de Binyamin Netanyahou. Et j’y reviendrai.

Guy Millière

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz