FLASH
[20/08/2018] Tsahal a ouvert le feu sur un terroriste musulman qui a tiré dans leur direction dans le nord de Gaza. Aucun blessé parmi les troupes israéliennes n’a été signalé  |  Un terroriste musulman a tiré des coups de feu sur l’ambassade des États-Unis à Ankara. La police a déclenché une chasse à l’homme et recherche un véhicule blanc suspect  |  [17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  |  Laurent Ruquier défend son ami Gilbert Rozon, accusé d’agressions sexuelles: « Il n’a tué personne » (non, il a juste violé plusieurs femmes)  |  Suisse : à Genève 5 jeunes femmes sauvagement tabassées, 2 blessées graves, par « des Maghrébins de cités venus de France »  |  Automobiliste tué par balle à Paris: le policier mis en examen et interdit d’exercer  |  Une ex-esclave sexuelle yézidi aurait fui l’Allemagne après y avoir revu son bourreau, infiltré parmi les réfugiés  |  Grenoble : 2 migrants Albanais tirent des coups de feu sur un groupe de personnes et sont interpellés après une course-poursuite  |  Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à la prison ferme  |  Effet Trump : l’emploi des jeunes est au plus haut depuis 50 ans – quel « horrible président » ce Trump  |  « Nous ne voulons pas de migrants africains, ils ne viennent pas pour travailler pour les aides sociales » Andrej Babiš, premier ministre tchèque  |  Un engin explosif a détoné en Italie, près d’un siège du parti La Ligue  |  Israël : durant la nuit, l’armée a arrêté en Judée Samarie un terroriste musulman palestinien recherché  |  [16/08/2018] La ‘Reine du soul’ Aretha Franklin est décédée d’un cancer du pancréas à l’âge de 76 ans  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 8 mai 2011

La meilleure illustration de l’influence grandissante des islamistes en Tunisie est la manière dont sont maintenant traités les artistes, les agressions physiques et morales qu'ils subissent.

Certains me diront probablement que j'exagère, mais chaque jour nous avons une nouvelle preuve de l'obscurantisme orchestré par les courants islamistes, visant à détruire l’art en Tunisie, et à s’attaquer à son leadership, dans le domaine culturel, au profit d’une masse islamique dont la vision du monde est hostile à toute œuvre de progrès.
 
Nouri Bouzid, grand homme de cinéma, a décidé cette semaine de porter plainte contre Le mouvement Ennahda (Parti de la Renaissance), à tendance islamique.
 
Lors d’un meeting tenu le 17 avril dernier par le mouvement Ennahda, un militant islamiste tunisien a parlé du cinéaste en disant « si je le pouvais, j’userai de la kalachnikov contre Nouri Bouzid ».
 
Le réalisateur tunisien Nouri Bouzid a déjà été agressé, le mois dernier, par un inconnu, non loin de chez lui, alors qu'il discutait avec des jeunes étudiants. Un témoin oculaire a déclaré que l'agresseur, un homme barbu, lui a asséné un coup sur la tête avec une barre de fer en criant "Allahou Akbar"…
 
Sur le modèle du Front islamique du salut algérien, Le mouvement Ennahda a toujours utilisé la violence contre moyen de revendication politique.
 
Plusieurs actes violents ont été imputés au mouvement : il lui est reproché l'incendie, le 18 février 1991, du local du comité de coordination du Rassemblement constitutionnel démocratique à Bab Souika et qui a fait deux blessés graves, dont l'un décéda une quinzaine de jours plus tard. En février dernier, le mouvement islamiste tunisien a reconnu sa responsabilité dans l'incident de Bab Souika qualifié « d'erreurs individuelles commises par certains jeunes du mouvement qui étaient victimes de répression, faute de l'absence des leaders, contraints à l'exil ou emprisonnés »(1).
 
Suite au "printemps arabe" Ennahda a obtenu sa légalisation, après trente ans d'interdiction. Comme je l'ai déjà écrit sur DRZZ.FR, le mouvement veut implanter en Tunisie la charia, la loi islamique.
 
Le chef du parti, Rached Ghannouchi, est rentré en Tunisie le 30 janvier 2011, quelques jours seulement après la chute du régime de Ben Ali.
 
Au lendemain du départ de l’ancien président, les militants et les cadres d’Ennahda ont commencé à reconquérir le cœur des Tunisiens. Leurs prêches sont de plus en plus suivis par les jeunes.
 
La ré-islamisation de la société a déjà commencé. La télévision diffuse les appels à la prière. Le discours salafiste est devenu courant, dans les mosquées, et beaucoup de jeunes se sont convertis aux thèses salafistes.
 
Ennahda pousse malicieusement les jeunes tunisiens à adopter une position radicale envers les artistes et les penseurs libres.
 
Beaucoup d’artistes et de réalisateurs de cinéma tunisien estiment que la liberté d’expression est menacée, depuis la Révolution du 14 janvier. Une Révolution qui a été confisquée par les islamistes, qui appellent au meurtre, et utilisent les mêmes techniques et les mêmes motifs que les radicaux d'Algérie et d'Afghanistan.
 
Les islamistes tunisiens considèrent que le cinéma, la musique, la peinture, les dessins (d'être humains et autres) mais aussi la pratique de la danse, sont des interdits.
 
Depuis quelques jours, des mesures de sécurités extrêmes ont été pris autour du théâtre municipal de Tunis pour protéger un ballet organisé par la formation de Sihem Belkhodja.
 
Cette chorégraphe de renom (appelée "Madame Danse") est dans la ligne de mire des islamistes. Avec plus de trente ans de danse, et l'organisation de plusieurs manifestations culturelles, Sihem Belkhodja a présenté ses chorégraphies sur les plus grandes scènes du monde.
 
Le 30 avril dernier correspondait à la journée de la danse proclamée par l'UNESCO, et à cette occasion, Sihem Belkhodja a une nouvelle fois organisé son Printemps de la Danse, qui se termine aujourd'hui 8 mai au théâtre municipal. 
 
Vendredi 6 mai, une manifestation de militants islamistes a été organisée sur le lieu du spectacle pour le perturber ou l’annuler au motif que ces activités sont contraires à la morale islamique… Malgré les intimidations, l'intérêt du public tunisien pour le ballet de Sihem Belkhodja n’a pas été démenti.
 
Ftouh Souhail , Tunis

(1) « Tunisie : le mouvement Ennahda se veut rassurant et reconnaît son erreur de 1991 », Espace Manager, 8 février 2011

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz