FLASH
[17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  |  Laurent Ruquier défend son ami Gilbert Rozon, accusé d’agressions sexuelles: « Il n’a tué personne » (non, il a juste violé plusieurs femmes)  |  Suisse : à Genève 5 jeunes femmes sauvagement tabassées, 2 blessées graves, par « des Maghrébins de cités venus de France »  |  Automobiliste tué par balle à Paris: le policier mis en examen et interdit d’exercer  |  Une ex-esclave sexuelle yézidi aurait fui l’Allemagne après y avoir revu son bourreau, infiltré parmi les réfugiés  |  Grenoble : 2 migrants Albanais tirent des coups de feu sur un groupe de personnes et sont interpellés après une course-poursuite  |  Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à la prison ferme  |  Effet Trump : l’emploi des jeunes est au plus bas depuis 50 ans – quel horrible président ce Trump  |  « Nous ne voulons pas de migrants africains, ils ne viennent pas pour travailler pour les aides sociales » Andrej Babiš, premier ministre tchèque  |  Un engin explosif a détoné en Italie, près d’un siège du parti La Ligue  |  Israël : durant la nuit, l’armée a arrêté en Judée Samarie un terroriste musulman palestinien recherché  |  [16/08/2018] La ‘Reine du soul’ Aretha Franklin est décédée d’un cancer du pancréas à l’âge de 76 ans  |  1 terroriste du FPLP d’un camp de réfugiés palestiniens du sud Liban a été arrêté alors qu’il entrait en Israël avec un passeport belge  |  Tsahal a arrêté 8 terroristes musulmans pendant la nuit en Judée et en Samarie, dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Alexandre Del Valle le 19 mai 2011

Plusieurs manifestants ont encore été tués ce week-end dans le centre du pays.

La révolution syrienne ne faiblit pas, malgré le lourd bilan de 860 morts et 11.000 emprisonnés. Signe qui ne trompe pas : la ville de Hama, rasée en 1982 lorsque le père de l'actuel président Bachar al-Assad, Hafez, fit massacrer 25.000 islamistes, manifeste en masse. Et plusieurs quartiers de Damas sont en ébullition, y compris un quartier voisin de la résidence de Bachar. Les villes de Homs, Alep, Kamichli, Derbassyié, Lattaquié ou Baniyas, encerclée par 2.000 soldats, et même les zones kurdes du Nord manifestent de plus belle, bravant les répressions. Mais les rebelles syriens ne comprennent pas pourquoi l'on trouve des circonstances atténuantes à Bachar, alors que l'on a bombardé Kadhafi pour moins de morts. Y aurait-il deux poids, deux mesures ?
 
Pouvoir de nuisance
 
La réalité est que les relations internationales sont fondées sur des intérêts et un équilibre nécessairement imparfait entre les puissances. Or la Syrie n'est pas la Libye. Elle abrite le leader du mouvement terroriste palestinien Hamas, et est l'alliée de l'Iran et de la formation islamo-terroriste libanaise Hezbollah. Damas a donc un très fort pouvoir de nuisance que Kadhafi, détesté par ses anciens alliés arabo-musulmans, n'a plus.
 
Ensuite, si la Russie et la Chine soutiennent la Syrie, les Etats-Unis, Israël et l'Europe redoutent un changement de régime, car celui de Bachar apparaît « moins pire » qu'un Etat islamiste qui déclarerait la guerre à Israël pour récupérer le Golan occupé. Quant à la Turquie, elle ne veut pas sacrifier son récent accord de paix avec la Syrie (signé en 2004), qui a renoncé aux régions turques arabophones jadis réclamées d'Iskenderun et d'Antakya. D'où l'intervention du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, qui, tout en appelant Bachar à écouter son peuple, estime qu'il ne faut pas lâcher son « ami ».
 
Sanctions inefficaces
 
Ajoutons que le désert libyen et la faible population libyenne se prêtent mieux à des frappes sans trop de dommages collatéraux que les zones urbaines densément peuplées de Syrie. Or les Etats-Unis et l'UE sont déjà enlisés en Afghanistan, en Irak et en Libye. Un front de plus paraît improbable. Enfin, selon l'opposante syrienne Randa Kassis, les Européens, naïfs, croient que Bachar est un « réformiste » mais qu'il est manipulé par son frère Maher, son cousin Rami Makhlouf, propriétaire de la plupart des entreprises de Syrie, et Ali Mamlouk, chef du renseignement. Pour toutes ces raisons, Bachar peut continuer à réprimer. Et les sanctions décidées contre la caste familiale au pouvoir sont encore plus inefficaces que celles qui n'ont rien donné en Iran et en Corée du Nord, deux alliés totalitaires de Damas… 
 
Alexandre del Valle
 
L'article original peut être consulté ici
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz