FLASH
[23/10/2017] La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  |  Règlement de compte hier soir à Marseille. 2 individus armés (fusil à pompe) ont tué un homme à la Bricarde  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 8 août 2011

Khalaf Al-Harbi, journaliste au quotidien officiel du gouvernement saoudien Okaz, publiait le 12 juillet dernier : Obama, dégage !, en accusant Obama d'appliquer un double standard concernant la révolution en Egypte et celle en Syrie. Tout comme les manifestants de ces deux pays exigent la résignation de leurs dictateurs, il réclame celle d'Obama – et il publie ça dans le journal contrôlé par les dirigeant saoudiens, donc avec leur bénédiction.

"Pendant tout le mois dernier, j'ai gardé les yeux rivés sur Obama, qui est apparu si souvent au sujet du printemps arabe, et soudainement, il a disparu, en laissant les tyrans armés de véhicules blindés semer l'enfer en Syrie. J'ai cherché partout "Abu Hussein" (c'est à dire Obama), et je me suis demandé où avait disparu cet homme dont le visage était sur tous les écrans pendant la révolution égyptienne, cet homme qui a demandé au président Mubarak de quitter ses fonctions, cet homme qui a exigé de son allié qu'il "quitte ses fonctions maintenant, et pas demain".
 
"Obama s'est perdu dans les vieux faubourgs de Damas. Il a disparu comme une poignée de sel, comme on dit en Egypte. Il a disparu bien que, contrairement à l'Egypte avec qui il a des liens étroits, les relations avec le régime syrien sont faibles, et que le nombre de victimes de la révolution égyptienne a été de très loin plus faible que celui de la Syrie."
 
"En Egypte, Big brother a fait pression sur Hosni Mubarak pour qu'il démissionne immédiatement, tandis qu'en Syrie, Big Brother a fait pression sur l'opposition pour qu'elle engage des négociations avec le régime."
 
"Comment doit-on interpréter ça ?!. Qui soutient qui ? Qui est contre qui ? Que pense Obama ? Et pourquoi "mère América" est-elle devenu si sourde d'oreille aux cris des gens massacrés à Der'a, à Hama, à Homs, et à Aleppo ?
 
"Mais Obama n'est pas le seul a appliquer ce double standard. Les arabes en général en font autant. Les médias, les intellectuels et les partis révolutionnaires tentent tous de se coordonner avec la jeunesse égyptienne, ils rameutent le monde quand al-Qadhafi commence à oppresser son peuple, et ils demandent que le président du Yemen renonce à son poste dès que la révolution à éclaté. Moins d'une heure après les premiers morts de Syrie, ils sont tous devenus silencieux"
 
"Quand le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah a salué la révolution des jeunes égyptiens puis est devenu un ennemi des jeunes de Syrie, en exigeant d'eux qu'ils adhèrent au régime, il n'était pas très difficile de comprendre ses motivations, ni de comprendre les déclarations du leader iranien Ali Khamenei. Mais la position des Etats Unis, qui n'est, pour l'occasion, pas très différente de celle de l'Iran dans les deux cas – l'Egypte et la Syrie, est difficile à comprendre.
 
"Derrière quoi Obama se cache t-il ?"
 
Reproduction autorisée avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
 
http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/5517.htm
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz