FLASH
[17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  |  Laurent Ruquier défend son ami Gilbert Rozon, accusé d’agressions sexuelles: « Il n’a tué personne » (non, il a juste violé plusieurs femmes)  |  Suisse : à Genève 5 jeunes femmes sauvagement tabassées, 2 blessées graves, par « des Maghrébins de cités venus de France »  |  Automobiliste tué par balle à Paris: le policier mis en examen et interdit d’exercer  |  Une ex-esclave sexuelle yézidi aurait fui l’Allemagne après y avoir revu son bourreau, infiltré parmi les réfugiés  |  Grenoble : 2 migrants Albanais tirent des coups de feu sur un groupe de personnes et sont interpellés après une course-poursuite  |  Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à la prison ferme  |  Effet Trump : l’emploi des jeunes est au plus bas depuis 50 ans – quel horrible président ce Trump  |  « Nous ne voulons pas de migrants africains, ils ne viennent pas pour travailler pour les aides sociales » Andrej Babiš, premier ministre tchèque  |  Un engin explosif a détoné en Italie, près d’un siège du parti La Ligue  |  Israël : durant la nuit, l’armée a arrêté en Judée Samarie un terroriste musulman palestinien recherché  |  [16/08/2018] La ‘Reine du soul’ Aretha Franklin est décédée d’un cancer du pancréas à l’âge de 76 ans  |  1 terroriste du FPLP d’un camp de réfugiés palestiniens du sud Liban a été arrêté alors qu’il entrait en Israël avec un passeport belge  |  Tsahal a arrêté 8 terroristes musulmans pendant la nuit en Judée et en Samarie, dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 25 août 2011

 

1- Les zones d’ombre de Nafissatou Diallo :

Le 23 août, la journaliste Laurence Neuer (ndmg – une femme donc), écrivait, sans ménagement (cf. lien vers la source en bas de page) : la deuxième manche se prépare au rythme des communiqués de presse et des déclarations publiques. Les avocats du camp Diallo brandissent à présent la menace d'une myriade de témoignages de femmes "victimes" d'abus sexuels de la part de DSK. Mais que vaut, devant un jury civil, la thèse de l'agression sexuelle telle qu'elle a été relatée par Nafissatou Diallo ? Aucune des preuves matérielles susceptibles de corroborer la version de la plaignante ne démontre une relation forcée ou non consentie, selon un document de 25 pages établi par le procureur. Cette version manque autant de crédibilité que la plaignante de fiabilité, dit-il. Au point que "l'effet cumulatif des mensonges et des contradictions serait dévastateur" pour son témoignage sous serment devant les jurés de la cour criminelle. Les versions inventées sur les "viols" dont elle prétendait avoir été l'objet en Guinée avant d'en démentir l'existence ont continué de creuser la tombe des poursuites. "Le fait qu'elle ait déjà menti sur d'autres agressions sexuelles est hautement pertinent dans le cadre d'une plainte pour tentative de viol", note le document.

Laurence Neuer : Pis (ndmg – pire), "le fait qu'elle ait raconté ces viols fabriqués de toutes pièces avec la même conviction et d'une manière tout aussi persuasive que celui dont elle se plaint est encore plus pertinent". En clair, les qualités d'actrice de Nafissatou Diallo risquaient de duper les jurés comme l'ont été les enquêteurs. "Elle a réussi à convaincre des procureurs d'un faux viol et elle pourrait avoir ce même comportement devant des jurés", souligne le procureur. Il est donc de son devoir d'éviter de présenter devant un tribunal criminel un témoin dont il sait qu'il risque de ne pas dire la vérité, tranche-t-il. Selon les avocats de Nafissatou Diallo, celle-ci n'a jamais modifié sa version des faits, comme l'affirme le procureur Cyrus Vance. Question de malentendu ? On ne le vérifiera probablement jamais. Reste à savoir si la multiplication des "malentendus" convaincra les jurés civils ? À commencer par une autre incohérence – malentendu ? – pointée par le procureur dans son rapport. À la question sur ses motivations financières liées à un procès civil, la plaignante a répondu qu'elle n'en avait aucune et que personne ne pouvait "l'acheter". Mais, parallèlement à ces affirmations, le procureur note qu'une conversation téléphonique avec son fiancé incarcéré, traduite par deux professionnels assermentés, fait état d'un tel intérêt financier.

Laurence Neuer : S'il n'y a rien d'anormal à ce qu'une victime réclame une compensation financière pour le préjudice qu'elle a subi, il est en revanche destructeur pour sa crédibilité qu'elle nie ce fait établi par la preuve matérielle de l'enregistrement, conclut le procureur (ndmg – à cause des mensonges de Nafissatou Diallo, c’est – hélas – aussi la crédibilité de femmes réellement violées, que des hommes tordus et malhonnêtes, vont continuer de nier). Autre point susceptible de compromettre l'issue d'un procès civil, le document rédigé par le procureur révèle pour la première fois que les preuves médico-légales ne sont pas concluantes (ndmg – je m’étais permis d’écrire cela, en soulignant que le rapport médical basé sur les allégations de Nafissatou Diallo ne devait pas être confondu avec les conclusions médicales tirées par les experts ad hoc). Non seulement le rapport médical n'établit pas la relation forcée ou non consentie, mais il ne valide pas certains aspects de la version de la plaignante. "Les découvertes d'ADN suggèrent que l'accusé a touché les sous-vêtements de la plaignante, mais ne confirment pas sa version selon laquelle l'accusé lui aurait attrapé le vagin".

Laurence Neuer : Quant aux rougeurs décelées sur la zone vaginale, "elles peuvent être causées par une friction, une irritation ou une inflammation", note un expert (ndmg – et même par des rapports consentis, comme l’ont souligné d’autres experts). Enfin, les douleurs décrites par la plaignante à la suite d'une luxation à l'épaule ne correspondent pas à l'épisode relaté par la plaignante, indique un autre expert médical. Celui-ci est d'ailleurs dubitatif sur le fait que ces douleurs aient disparu au bout de 48 heures pour ressurgir 28 jours plus tard (ndmg – curieusement, cela n’a pas troublé les personnes qui ont défendu et qui défendent encore Nafissatou Diallo). La conclusion du procureur est sans appel : "Si nous ne la croyons pas au-delà d'un doute raisonnable, nous ne pouvons par conséquent demander à un jury [pénal] de le faire". "Belle leçon de justice", commente l'avocat pénaliste Christophe Ayela, qui prédit de ce fait la "mort du procès civil" (ndmg – procès civil à venir, pour autant que Nafissatou Diallo et ses quatre avocats persistent).

Laurence Neuer : "Nafissatou Diallo ne sera pas davantage crédible auprès d'un juré civil, d'autant que tout repose sur son seul témoignage, aucune preuve matérielle ne corroborant ce qu'elle avance, explique l'avocat (ndmg- l'avocat pénaliste Christophe Ayela qui n’est ni avocat de Nafissatou Diallo, ni avocat de DSK). Son manque de crédibilité est tel que le procureur a été amené à se déjuger sous le regard de l'opinion publique mondiale. Son témoignage ne résistera pas davantage au test de vérité de la cross-examination que mèneront les avocats de DSK au procès civil".

2- L’Affaire DSK dans la presse américaine :

Dans Le Point on peut lire que l'abandon des poursuites contre Dominique Strauss-Kahn illustre le bon fonctionnement du système judiciaire, estimait mercredi la presse américaine, espérant toutefois que cette décision ne dissuadera pas les victimes d'agressions sexuelles de porter plainte (cf. lien vers la source en bas de page). "Abandonner les poursuites était la bonne décision à prendre, mais les victimes doivent pouvoir faire confiance au système", titre ainsi leNew York Times dans un éditorial consacré à la décision rendue mardi par le juge de New York Michael Obus. "Reste une inquiétude légitime quant à la possibilité que cette décision puisse décourager les victimes de viol d'engager des poursuites à l'avenir", poursuit le quotidien. Pour le Wall Street Journal (WSJ), cette affaire aura nui à toutes les parties : Dominique Strauss-Kahn a perdu son poste de patron du FMI (ndmg – et il a perdu toutes ses chances de devenir Président de la République française en mai 2012) et son accusatrice, Nafissatou Diallo, a été dépeinte comme une menteuse vénale. Quant au procureur Cyrus Vance, il a peut-être compromis ses chances de réélection en 2013. Mais "c'est parfois ce qui arrive quand les intérêts de la justice sont bien servis", souligne le WSJ, estimant que le procureur a pris la bonne décision.

Le Point : Le travail du ministère public "ne consiste pas à remporter une affaire mais à ce que justice soit rendue", remarque le journal. Concernant Strauss-Kahn, dont les chances de briguer la présidentielle française en 2012 se sont réduites comme peau de chagrin, il "a eu plus ou moins ce qu'il méritait", juge le Wall Street Journal, qui rappelle la relation extraconjugale en 2008 entre Strauss-Kahn et une économiste hongroise, Piroska Nagy, qui avait débouché sur une enquête et un blâme pour DSK (ndmg – je note avec satisfaction l’honnêteté et la clarté de cet article du WSJ qui me change de ce que j’ai pu lire ailleurs). "Les Français ne se soucient peut-être guère que leurs dirigeants étalent sans impunité des frasques dignes de Louis XIV, mais Manhattan n'est pas Paris", affirme le journal (ndmg – j’adore !). Enfin, USA Today, qui relègue le sujet à son cahier "économie" (ndmg – ce en quoi il n’a pas totalement tort), illustrant la perte d'intérêt de la presse américaine pour l'affaire (ndmg – ça reste à voir), promet de nouveaux "rebondissements" en notant que l'avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson, a lancé une action au civil pour réclamer des dommages et intérêts.

3- Nafissatou Diallo et les féministes :

Dans l’Express on peut lire qu’au lendemain de l'abandon des charges contre Dominique Strauss-Kahn, les féministes mettent en garde contre une mise en cause systématique de la parole des victimes (cf. lien vers la source en bas de page). "Comment peut-on imaginer qu'il y ait eu un rapport consenti, en huit minutes, entre un client et une femme de chambre qui ne se connaissaient pas ?" (ndmg – mauvais argument étant donné les mœurs sexuelles de notre époque). Depuis l'annonce de l'abandon des charges contre Dominique Strauss-Kahn, Annie Sugier, ne décolère pas. "Nous sommes convaincus qu'il y a eu viol", déclare la présidente de la Ligue du Droit International des Femmes (LDIF) qui a crée le Comité "Justice pour Nafissatou Diallo" (ndmg – être convaincu, parce qu’on représente la LDIF, ne constitue pas pour autant, une preuve, ou, une décision judiciaire). Seul le passé de la plaignante a été mis en cause, "alors que DSK a lui aussi un passé plutôt chargé, pointe la militante. Mais la justice américaine a préféré négliger les constatations matérielles prouvant le viol" (ndmg – avec sa réaction ultra-militante, la représentante de la LDIF se substitue à l’Etat de droit et à la justice, ce qui est un très mauvais service rendu aux femmes en général et aux femmes violées en particulier). Un discours qui tranche avec celui des autres associations féministes.

L’Express : La plupart préfèrent, en effet, jouer la prudence et rappellent qu'elles n'étaient pas dans la suite 2806 du Sofitel et ne savent donc pas ce qui s'y est passé (ndmg – ça tombe bien, car en définitive, aucun d’entre nous n’était caché sous le lit de la suite 2806 ; et nos avis personnels ne sont rien de plus que des avis personnels, le mien aussi, bien évidemment). "Nous n'avons jamais réagi à l'affaire en soi, rappelle Thalia Breton porte-parole d'Osez Le Féminisme, seulement au sexisme que cette affaire a fait ressurgir dans la société". Personne n'a oublié la petite phrase de Jean-François Kahn sur le "troussage de domestique" ou celle de Jack Lang minimisant une affaire où il n'y avait pas "mort d'homme". Nombre de féministes s'inquiètent néanmoins des conséquences que l'affaire DSK pourrait avoir. "Nous craignons un retour de bâton", admet Thalia Breton. Si toute cette histoire "a permis de libérer un peu la parole des femmes, il y a toujours une chape de plomb sur le viol" assure-t-elle.

L’Express : Et même "une tolérance de la société", dénonce la journaliste Isabelle Germain, qui a publié en mai dernier dans le Guardian un article intitulé "Ne laissons pas Dominique Strauss-Kahn devenir la victime" (ndmg – le ‘Guardian’ n’est pas une référence, pas plus que ‘Le Monde’ ou ‘Libération’). En France, 75’000 femmes sont violées chaque année ; seuls 10% d'entre elles portent plainte et 1 à 2% des agresseurs sont condamnés selon les chiffres officiels (ndmg – Qu’attendent les journalistes français et les politiciens français pour combattre ce vrai fléau ? Seraient-ils parfois eux-mêmes les acteurs de ce vrai fléau ?). En cause, la honte des victimes qui n'osent pas parler mais aussi une vraie méconnaissance des ressorts de ce crime. "On a pu lire ici ou là que Nafissatou Diallo était moche (ndmg – ce qui est évident) et que DSK pouvait avoir mieux (ndmg – ça aussi c’est évident). Mais le viol n'est pas une question de sexualité, c'est une question de domination" martèle Thalia Breton (ndmg – je croyais que c’était un délit pénal). On assiste même parfois à une inversion des rôles: la victime est traitée comme une coupable, critiquée sur sa tenue ou son comportement (ndmg – Cela signifie-t-il que certaines tenues vestimentaires féminines obscènes, certaines boîtes échangistes, certaines publicités utilisant l’aspect sexy de la femme, que tout cela n’a strictement rien à voir avec le problème du viol, le problème de la pédocriminalité, le problème de la délinquance sexuelle ? Que veut-on au juste ? Une société permissive et libertaire, mais sans délits sexuels ?). Certains craignent donc un recul du crédit accordé au témoignage des victimes ou un "précédent Diallo". Selon Isabelle Germain, "les femmes, qui hésitent déjà à parler, risquent de refuser de le faire, sachant que leur passé va être fouillé, qu'elles vont être malmenées et mises en cause. Regardez comment on a parlé de Nafissatou Diallo !" (ndmg – Et regardez – aussi – comment Nafissatou Diallo a parlé !).

4- Les cent femmes les plus puissantes du monde :

Et comme la question féminine est d’actualité, le magazine Forbes vient de publier sa liste des « 100 femmes les plus puissantes du monde ». Là encore, je me pose la même question : est-ce rendre service aux femmes de décider les quelles d’entre-elles seraient les plus puissantes du monde ?

A ce propos, on peut lire dans Le Point que la chancelière allemande Angela Merkel est de nouveau cette année la femme la plus puissante du monde, devant la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton et la présidente brésilienne Dilma Rousseff, selon le classement annuel du magazine Forbes publié mercredi (cf. lien vers la source en bas de page). La Française Christine Lagarde, nouvelle directrice générale du FMI, arrive en 9e place (ndmg – 9e femme la plus puissante du monde parce qu’elle a pris la place de DSK ?) de ce classement des 100 femmes les plus puissantes du monde, et une seule autre Française trouve sa place dans la liste, Dominique Senequier, patronne d'Axa Private Equity (98e). C'est la quatrième fois en cinq ans que Angela Merkel occupe la première place de ce classement largement dominé (ndmg – toujours la domination) par les femmes d'affaires et les Américaines. L'an dernier, elle en avait été détrônée par Michelle Obama, la première dame américaine (ndmg – l’on voudra bien me pardonner de ne pas avoir ajouté ici mon grain de sel – ou de poivre à gratter – anti-obamique). Les cent femmes les plus puissantes du monde, selon Forbes, s'occupent de politique, d'affaires, d'organisations caritatives ou travaillent dans les médias. Mais on y trouve aussi des artistes, dont l'excentrique Lady Gaga, qui à 25 ans est la benjamine de la liste, où elle occupe la 11e place (ndmg – je suppose que le showbiz – vénal, débile et obscène – de cette gaga-de-mes-deux constitue une avancée majeure de la cause des femmes et la lutte contre la délinquance sexuelle).

Le Point : Ces femmes âgées de 25 à 85 ans contrôlent collectivement un total de 30’000 milliards de dollars, ajoute le magazine (ndmg – autrement dit une goutte d’eau dans un océan ; soyons réaliste et songeons aux dettes publiques). Leur moyenne d'âge est de 54 ans. Vingt-deux sont célibataires. Leur puissance vient de leur fortune, mais aussi de leur pouvoir et de leur audience, réseaux sociaux obligent, précise Forbes. Vingt-neuf d'entre elles sont PDG, huit sont chefs d'État. Parmi les femmes politiques, outre Angela Merkel, figurent dans la liste Hillary Rodham Clinton (2e), Dilma Rousseff (3e), Sonia Gandhi, présidente du parti indien du Congrès (7e), l'opposante birmane Aung San Suu Kyi (26e), la reine Rania de Jordanie (53e), la présidente du Costa Rica Laura Chinchilla (86e) ou encore l'Américaine Sarah Palin (34e). Et parmi les artistes, l'actrice Angelina Jolie occupe la 29e place et la chanteuse Beyonce Knowles la 18e. Vingt-six femmes entrent pour la première fois dans la liste : c'est notamment le cas de Michele Bachmann (22e), la candidate à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine de 2012, et de la responsable éditoriale du New York Times Jill Abramson (12e). Parmi les poids lourds des médias figurent l'Américaine Oprah Winfrey (14e), Arianna Huffington, créatrice du Huffington Post (31e), la journaliste Christiane Amanpour (44e) et la Britannique Helen Boaden, directrice du groupe BBC News (51e). La plus âgée de la liste est la reine Elizabeth, 85 ans, qui se classe à la 49e place, conclut Le Point.

Nafissatou Diallo (qui a pourtant fait la ‘Une’ de 150'000 magazines de la planète entière) ne figure apparemment pas sur la liste des 100 femmes les plus puissantes du monde, ni au titre de sa fortune, de sa beauté ou de son pouvoir, ni au titre d’actrice ou de comédienne. Ségrégation ?

Tiens ? A propos de délires, où donc est passée Liliane Bettencourt ?

Copyright Michel Garroté http://dreuz.info/

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/laurence-neuer/nafissatou-diallo-resistera-t-elle-au-prochain-test-de-verite-23-08-2011-1365609_56.php

http://www.lepoint.fr/monde/affaire-dsk-la-presse-americaine-salue-une-victoire-de-la-justice-24-08-2011-1365873_24.php

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/dsk-les-feministes-restent-mobilisees_1023836.html

http://www.lepoint.fr/monde/classement-forbes-angela-merkel-femme-la-plus-puissante-du-monde-25-08-2011-1366108_24.php

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz