FLASH
[17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  |  Laurent Ruquier défend son ami Gilbert Rozon, accusé d’agressions sexuelles: « Il n’a tué personne » (non, il a juste violé plusieurs femmes)  |  Suisse : à Genève 5 jeunes femmes sauvagement tabassées, 2 blessées graves, par « des Maghrébins de cités venus de France »  |  Automobiliste tué par balle à Paris: le policier mis en examen et interdit d’exercer  |  Une ex-esclave sexuelle yézidi aurait fui l’Allemagne après y avoir revu son bourreau, infiltré parmi les réfugiés  |  Grenoble : 2 migrants Albanais tirent des coups de feu sur un groupe de personnes et sont interpellés après une course-poursuite  |  Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à la prison ferme  |  Effet Trump : l’emploi des jeunes est au plus bas depuis 50 ans – quel horrible président ce Trump  |  « Nous ne voulons pas de migrants africains, ils ne viennent pas pour travailler pour les aides sociales » Andrej Babiš, premier ministre tchèque  |  Un engin explosif a détoné en Italie, près d’un siège du parti La Ligue  |  Israël : durant la nuit, l’armée a arrêté en Judée Samarie un terroriste musulman palestinien recherché  |  [16/08/2018] La ‘Reine du soul’ Aretha Franklin est décédée d’un cancer du pancréas à l’âge de 76 ans  |  1 terroriste du FPLP d’un camp de réfugiés palestiniens du sud Liban a été arrêté alors qu’il entrait en Israël avec un passeport belge  |  Tsahal a arrêté 8 terroristes musulmans pendant la nuit en Judée et en Samarie, dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 septembre 2011

Mes confrères journalistes (qui sont quelques fois des cons mais rarement des frères), offusqués du tour de cochon joué par la famille Chirac pour dispenser Jacques de se présenter devant ses juges, dans le procès des détournements de fonds publics et emplois fictifs, ont loupé une marche, celle de l’emploi fictif occupé par Jacques Chirac au Conseil Constitutionnel.
 
Certains paresseux soutiendront que l’ancien Président devient membre de plein droit du Conseil Constitutionnel, en vertu de l’article 56 de la Constitution de 1958.
 
Mais le droit doit s’adapter et suivre la société, et non l’inverse.
 
En 1958, passé 60 ans, la plupart des hommes mangeaient les pissenlits par la racine. En 1958, les Présidents étaient des vieillards.
 
Le coût, pour la nation, et aux frais du pigeon – pardon, du contribuable – de la rémunération d’un ancien Président pendant de longues années était très faible. Avec l’allongement de la durée de vie et le rajeunissement de la classe politique, ce coût est  maintenant réel.  
 
Mais il y a pire, et c’est le risque juridique, effrayant, d’un Conseil Constitutionnel composé en partie d’incapables au sens juridique du terme, car élus à vie. C’est ce qui vient de nous être amèrement montré par Jacques Chirac. 
 
En 46 ans, deux anciens présidents de la République ont siégé au Conseil Constitutionnel : Vincent Auriol, et René Cotti.
 
C’est autant que pendant les 6 dernières années, où siègent VGE et Jacques Chirac, dont nous savons qu’au moins l’un des deux fait cuicui les petits oiseaux.
 
A ce rythme, nous allons voir le nombre d’anciens Présidents de la République venir rapidement enfler la liste des membres du Conseil Constitutionnel.
 
Il est donc temps d’y mettre le holà. La Constitution de 1958 prévoyait que l’ancien Président de la République est membre à vie du Conseil, et la réforme de 2008 n’a pas cru devoir corriger cette anomalie – qui s’en étonnera.
 
Imaginez – j’invente pour les besoins de mon argumentation – un homme, ancien Président de la République, médicalement incapable de se rendre le matin à une convocation du tribunal, dire le droit l’après midi lors d’une réunion du Conseil Constitutionnel.
 
Imaginez, du fait de l’allongement de l’espérance de vie, non pas un, mais cinq ou six birbards plus cotés à l’argus, membres à vie, pédalant dans la semoule, siéger pour dire la constitutionnalité des lois.
 
Ni le professeur Olivier Lyon-Caen, qui suit l’accusé Chirac, et a délivré le rapport de vulnérabilité, ni l’épouse et la fille, témoins de l’affection neurologique dont souffre le prévenu depuis fort longtemps, n’ont alerté la Nation, et ont exigé que Jacques Chirac renonce à son poste, pour protéger nos plus hautes institutions. 
 
A moins que Jacques Chirac n’occupe un emploi « fictif », au Conseil Constitutionnel.
 
Reproduction vivement encouragée, avec les mentions et le lien suivants : 
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz