FLASH
[17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  |  Rare: Israël a procédé à des frappes aériennes en Syrie près de Damas – la Russie était prevenue  |  Catalogne : le président indépendantiste recule et propose de discuter avec Madrid dans 2 mois  |  Gaza : en réponse aux tirs de roquette, Israël a bombardé des positions terroristes du Hamas pendant la nuit  |  Somalie : l’attentat de la religion de la paix et de la tolérance a fait 231 morts et 275 blessés  |  Pendant la nuit, l’armée israélienne a arrêté 12 colons arabes en Judée, recherchés pour terrorisme  |  [15/10/2017] Prédateur sexuel Harvey Weinstein : la gauche contre-attaque et « ressort » une affaire contre Trump  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 9 septembre 2011

Caricatural, freudien et ridicule.

Abbé Alain René Arbez – Habemus papam, le film de Nanni Moretti met en scène un Michel Piccoli incarnant un vieux pape nouvellement élu d’un conclave de cardinaux hésitants et quelque peu décalés. L’intention du réalisateur est très claire : ridiculiser le fonctionnement millénaire de l’Eglise par des gros-plans caricaturaux qui occultent volontairement tout l’arrière-plan spirituel, le seul vraiment intéressant dans un tel cas de figure. C’est pourquoi le nouveau pape, interprété par un excellent acteur athée, Michel Piccoli, pousse un cri de déréliction lorsque son nom est prononcé. Et, complètement tétanisé, il refuse de se présenter à la foule depuis le balcon de la basilique St Pierre. Face à ce déni d’engagement, le catéchisme freudien du psychologue de service ne lui redonnera pas pour autant la foi.

Moretti nous montre donc une sorte de fausse-couche d’une Eglise selon lui apeurée par le monde moderne. Sa parabole est limpide, puisque le vieux pape inhibé s’enfuit errant dans les rues de Rome pour retrouver « le bon peuple », illustrant ainsi le slogan connu selon lequel « l’Eglise doit changer » et s’adapter à la société. Une Eglise qui bien sûr doit plaire et cesser de déranger. Contrairement aux apparences, ce film n’est pas insignifiant, puisque, jouant sur l’émotion des images fortes et des rituels, il milite pour présenter l’Eglise catholique comme une gérontocratie multinationale dirigée par un cercle de vieillards dont la seule problématique serait celle du pouvoir. Un pouvoir qui les attire ou qui les terrorise.

En faisant – de cette élection pontificale clownesque – un immense raté de la société du spectacle, et, en montrant un homme soit disant humain parce qu’il rejette sa mission, Nanni Moretti enfonce une fois de plus le clou dans une cible habituelle. Il offre au public une contre-image de la vérité ; la vérité étant celle d’une Eglise imparfaite, certes, mais vouée au service.


Benoît XVI est – aussi – un grand philosophe.

 

Car le véritable pape actuel, Benoît XVI, n’a pas accepté sa charge par avidité du pouvoir. Et en recadrant un certain nombre de valeurs originelles non négociables, il n’a pas manifesté d’incompréhension envers les sociétés contemporaines. Comment expliquer, si c’était le cas, le million et demi de jeunes catholiques rassemblés récemment à Madrid pour écouter ses encouragements au dépassement de soi et à l’amour des autres dans un monde en pleine évolution ?

Copyright 2011 – Abbé Alain René Arbez www.dreuz.info

La cathophobie ne lui a jamais fait peur.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz