FLASH
[15/07/2018] Depuis samedi matin, les terroristes ont tiré plus de 200 roquettes sur les citoyens israéliens. Et aucun gros titre pour dénoncer ça ?  |  [14/07/2018] Tsahal a frappé des douzaines de cibles du #Hamas à la suite des attaques terroristes de roquette contre non pas l’armée mais des civils en #Israël  |  Eric Ciotti a qualifié Emmanuel Macron d' »adolescent immature » atteint d’un « sentiment de surpuissance ». Ça dit quoi sur les français qui ont choisi d’élire un ado immature ?  |  #Syrie L’État islamique affirme que des engins explosifs ont explosé à la base de Hay’at Tahrir Al-Sham à Sarmada- #Idlib  |  #Tsahal vient de cibler 1 zone derrière l’Université Al Quds au nord de #Gaza avec un missile en réponse à une agression du Hamas  |  #Gaza: 2 Palestiniens modérément blessés par 1 roquette artisanale tirée depuis Gaza et retombée sur Gaza dans le quartier d’Al-Nasser à Rafah. Boom!!!  |  #Bastille night was very quite in #Paris area: 237 jailed, 183 arrests for questioning, 134 vehicles burned. 5 police officers, 4 firemen injured. 1 supermarket looted. Immigration brings a lot of good things  |  La nuit du 13 juillet a été normalement calme en région parisienne: 237 interpellations, 183 GAV, 134 véhicules incendiés. 4 policiers, 4 pompiers et 1 gendarme blessés. 1 Franprix pillé  |  « Après ma nuit blanche à cause des tirs de roquettes des islamistes de Gaza superbement occultés par les médias, l’alerte rouge continue chez moi au sud d’Israël. C’est ça, une religion de paix et d’amour ? »  |  Purge de #Twitter: Les journalistes et gauchistes s’attendaient à ce que Trump perde des millions de followers, il en a perdu 340 000. Obama en a perdu 3 millions, mais là les gauchistes ont regardé ailleurs  |  Pour la 1ère fois depuis 2014, 1 missile antichar guidé a été tiré sur les forces israéliennes à l’est de Khan Younis. Des chars israéliens ont tiré sur 1 maison d’où le missile a été lancé. Plusieurs victimes parmi les terroristes  |  Fin du suspens: Le Sénat confirmera la nomination du juge Kavanaugh à la Cour suprême le 1er octobre – prudemment avant les élections de mi-mandat  |  Les Arabes rapportent que des avions de combat israéliens bombardent des cibles terroristes du Hamas dans le centre de Gaza en réponse aux attaques terroristes d’aujourd’hui le long de la clôture de la frontière de sécurité. Des alertes rouge retentissent dans le sud d’Israël  |  [13/07/2018] De plus en plus à gauche, les Démocrates ont demandé que les fonds du Congrès soient utilisés pour fournir gratuitement des tampons d’hygiène féminine. Ils en ont reçu 500 par la poste !  |  Les médias obsédés par la haine de Trump ne vous ont pas dit que Trump passe en revue les troupes avec la reine Elizabeth II à Windsor, l’une des rares, sinon la seule fois en plus de 70 ans, qu’elle l’a fait avec un chef d’État? Étrange, leur métier n’est pas d’informer?  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Gurfinkiel le 17 septembre 2011
70 % des Palestiniens musulmans de Jérusalem-Est préfèrent Israël à la Palestine.
Pour préserver leur niveau de vie. Et leur liberté.
 
« Supposons que l’Autorité palestinienne demande aux Nations Unies de proclamer un Etat palestinien sans l’accord d’Israël…  Quelles seront les conséquences pratiques d’une telle initiative dans votre vie ? ». C’est la question qu’un institut de sondage palestinien indépendant, le Palestinian Center for Public Opinion (PCPO), a posé aux habitants palestiniens de Jérusalem-Est.
 
Les réponses ?
 
34 % seulement des personnes interrogées ont estimé que qu’une initiative en vue de la reconnaissance d’un Etat palestinien par l’Onu aurait « un effet positif » sur leur existence ; 35 % ont conclu à un « effet négatif » ; 27 % ont déclaré que cela n’aurait « pratiquement aucun effet » ; et 4 % n’avaient pas d’opinion. Au total, 66 % des habitants arabes de Jérusalem-Est – une majorité des deux tiers – ont donc manifesté leurs réserves envers une telle proclamation.
 
Mais une autre question a suscité des réponses encore plus inattendues : « Si une solution politique impliquant la coexistence de deux Etats est mise en place, préferiez-vous devenir un citoyen de la Palestine ou un citoyen d’Israël ? » 35 % des personnes interrogées ont préféré Israël, 30 % la Palestine et 35 % se sont déclarées sans opinion.
 
Au total, 70 % des habitants palestiniens de Jérusalem-Est – plus des deux tiers – ont donc rejeté a priori l’idée d’un rattachement à la Palestine. Il y a lieu de penser, en outre, qu’une grande partie des « sans opinion » sont en réalité favorables à un rattachement à Israël, mais n’osent pas le dire ouvertement, même dans le cadre d’un sondage théoriquement anonyme. Un majorité absolue des habitants arabes de Jérusalem-Est seraient donc plus favorables à Israël qu’à la Palestine.
 
Le PCPO a mené son enquête de terrain fin 2010. Les données (tenant compte de réponses multiples) sont été ensuite traitées sur place par un autre institut, spécialisé dans l’analyse des opinions publiques du Moyen-Orient, Pechter Middle East Polls, et sous l’autorité d’un expert reconnu, David Pollock. Marge d’erreur : plus ou moins 3 %. Le rapport final a été publié en avril 2011, sous l’égide du Council on Foreign Relations (CFR) de New York. On peut difficilement faire mieux en termes de méthodologie et de crédibilité.
 
Le sondage a été actualisé au cours du printemps et de l’été 2011. Le 15 septembre, au cours d’une réunion de presse organisée par l’Institut Jean-Jacques Rousseau (IJJR-JJRI) à Paris, David Pollock était en mesure de révéler que les nouveaux chiffres confirmaient les précédents
 
« Jérusalem-Est » n’existe pas en tant qu’entité administrative. Ce terme regroupe l’ensemble des quartiers et espaces de Jérusalem situés à l’est de la « ligne verte », l’ancienne ligne de cessez-le-feu israélo-jordanienne en vigueur de 1949 à 1967. Rattachés à la Jérusalem israélienne (« Jérusalem-Ouest ») en juin 1967, au lendemain de la guerre des Six Jours, ils se situent en fait au nord, à l’est et au sud de celle-ci. Leur superficie est de 64 kilomètres carrés, sur un total de 125 kilomètres carrés pour l’ensemble de la municipalité « unifiée » de Jérusalem.
 
Ainsi définie, Jérusalem-Est comptait 66 000 habitants en 1967, arabes à 98 %. En 2008, elle comptait 456 000 habitants, soit 60 % de l’ensemble de la population de la Ville sainte. Dont 195 000 Juifs et 260 000 Arabes. Les habitants juifs de Jérusalem-Est se sont installés dans des quartiers dont ils avaient été chassés en 1948, comme la Vieille Ville, ou dans des quartiers nouveaux créés en général dans des no man’s lands d’avant 1967 ou des zones non urbanisées. Les habitants arabes, dont la croissance démographique a été de 300 % sous le régime israélien, habitaient déjà sur place avant 1967 ou ont immigré de Cisjordanie ou de Gaza depuis cette date.
 
Les habitants arabes de Jérusalem-Est peuvent obtenir la nationalité israélienne sur simple demande. Moins de 10 % l’avaient fait en 2008, mais les demandes se sont multipliées depuis cette date. Les autres jouissent d’un statut de résidents permanents privilégiés, qui leur attribue tous les droits civiques et sociaux des Israéliens.
 
Les réponses que les Palestiniens de Jérusalem-Est apportent à d’autres questions permettent de mieux cerner et comprendre leur attitude. Interrogés sur leur identité, ils se définissent à près de 70 % comme « palestiniens », « arabes » ou « jérusalmites ». Chez les musulmans (92 % de la population concernée), l’identité religieuse l’emporte légèrement : ils sont 73 % à se définir d’abord comme musulmans.
 
Sur le régime israélien, ils donnent des réponses contradictoires, et donc marquées au sceau de la sincérité. Ils sont 44 % à se déclarer satisfaits de leur niveau de vie, 26 % à n’être « ni satisfaits, ni insatisfaits », 31 % à être insatisfaits. Soit au total 70 % de « non-insatisfaits ». Font-ils l’objet de discrimination de la part des Israéliens ? 56 % le pensent ; 27 % ne le pensent pas, ou guère ; 17 % ne savent pas. Quels sont les aspects du régime actuel qui les heurtent le plus ? Près de 70 % mentionnent les contrôles de sécurité et la barrière de sécurité. 46 % se plaignent de l’attitude « intimidatrice » des services de sécurité israéliens, mais 28 % disent la même chose des organisations palestiniennes.
 
Pourquoi préfèrent-ils en définitive Israël à la Palestine ? Leurs raisons ne sont pas sans rapport avec les révolutions arabes actuelles : ils sont 86 % à redouter, s’ils sont rattachés à la Palestine, « un niveau plus élevé de corruption » ; et 74 % à craindre « la perte de leur capacité à s’informer et à s’exprimer librement ».
 
© Michel Gurfinkiel, 2011
L’original de l’article peut être consulté sur le blog de Michel Gurfinkiel
 
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz