Publié par Dreuz Info le 27 octobre 2011

 

Depuis hier, notre Alassane Ouattara voyageur a rejoint son colombier parisien pour prendre part au Forum des Dirigeants, dans le cadre de la 36ème session de la Conférence Générale de l’UNESCO, les 26 et 27 octobre 2011. 
 
Notre colombe prononcera un discours inoubliable sur la paix, la vraie, telle qu’elle se vit journellement en Côte d’Ivoire, le pays de l’éléphant terrassé.
 
Ouattara a pu partir tranquille, son discours préparé, rédigé par un « nègre en écriture » français. Tous les conseillers français dépêchés par l’ami Sarkozy sont sur place, et grâce à leur vigilance –que le Gouverneur soit présent ou absent en République démocratique de Côte d’Ivoire- les sbires de l’oncle Sam-Co, pardon Sarko, veillent, surveillent, et télécommandent les chefs de cabinet de la préfecture. L’ambassadeur Simon aussi est là, et consacre toutes ses forces pour épauler le nouveau dirigeant.
 
Notre roitelet peut même trouver du temps pour voir ses médecins français et faire le plein de médicaments, car ceux-ci font cruellement défaut, dans les pharmacies et les hôpitaux ivoiriens. C’est pourquoi chaque jour de nombreux ivoiriens meurent, malgré la  gratuité des soins décrétée par le nouveau régime.
 
L’embargo sur les médicaments, décrété par la France, qui soutenait la rébellion de Ouattara, pour étrangler le régime « dictatorial » du Président Gbagbo a été levé, mais le régime n’a plus d’argent pour la santé de ses sujets, pensez donc, il faut bien qu’il vive, lui, comme il convient à un gouverneur de son rang.
 
Avec tous ses allers retour au Sénégal pour retrouver son lit, les travaux d’Hercule pour construire son palais, et tous les voyages onéreux à l’étranger, il ne reste pas grand-chose pour la santé du petit peuple.
 
A quoi bon un régime de soins gratuits – ou à la portée de toutes les bourses – quand il n’y a plus de soins, plus de médicaments, et seulement des anonymes qui pleurent, gémissent et se lamentent d’avoir perdu parents, enfants et conjoints, dans cette installation, sous les bombes, de la vraie démocratie.
 
Après sept mois, le secteur rural est sinistré, les semailles n’ont pas eu lieu, les habitants des villages ayant été chassés, pourchassés par des étrangers qui ont pris possession de leurs plantations. 
 
Les Ivoiriens continuent de goûter les joies du chômage parce que les firmes étrangères, sinistrées, ont fermé leurs portes. Les petits étals ont été détruits au bulldozer pour présenter une côte d’ivoire « propre ». Les fonctionnaires n’ont plus de lieux de travail, les véhicules, ordinateurs, archives, ayant été « empruntés » par les pillards des nouvelles forces républicaines. Il n’y a plus d’étudiants, de professeurs, de cités universitaires, de bourses d’étude, les universités ayant toutes été dévastées ou détruites.
 
Welcome dans cette nouvelle Côte d’Ivoire expérimentale, havre de paix et de bien vivre !
 
Un Etat en devenir, où les règles sont inversées : le noir devient blanc, le chaos se nomme développement, une arrestation se transforme en geste de réconciliation. Ouattara sera certainement intarissable cet après-midi.
 
Au nom du peuple ivoirien reconnaissant, il n’oubliera pas non plus de présenter ses vœux de bonheur et ceux de la nation reconnaissante à la petite Giulia Sarkozy.
 
© Shlomit Abel pour Dreuz.info

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

8
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz