Quantcast
FLASH
[18/09/2019] Une terroriste arabe palestinienne a été tuée alors qu’elle tentait d’attaquer des soldats israéliens avec un couteau  |  [17/09/2019] Election Israël: Echantillon Rotter: Likoud; 37, Gantz: 34, Liste jointe (arabe) 11, Shas 8, Iahadut hathora 8, Yamina (Shaked Bennet) 7, Liberman : 7, Camp démocrate 4, Havoda/Gesher 4  |  Election Israël: à l’échelon national, le taux de participation est en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Premier sondage coalition « naturelle » : Likoud 57 sièges, Gantz 55 – c’est le seul sondage qui compte  |  Election Israël: Netanyahou = 33 sièges, Gantz = 34 sièges – ce qui ne dit rien puisque l’élection est une affaire de coalitions  |  Election Israël: des hackers localisés en Indonésie ont tenté de pirater les ordinateurs du parti de Liberman  |  Election Israël: Netanyahou: « nous pouvons encore gagner »  |  Ayelet Shaked: « c’est la dernière heure pour bloquer un gouvernement de gauche »  |  Election Israël: taux de participation à 20h = 63,7%, en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Taux de participation des Arabes à 20h: 63,8%  |  Election Israël: Yaïr Lapid s’adresse à des téléphones éteints pour stimuler les derniers votants  |  Election Israël: Netanyahou : « si nous perdons, il y aura distribution de bonbons à Téhéran et à Gaza »  |  Election Israël: durant un podcast, un journaliste révèle par inadvertance que les chiffres de Bleu et Blanc sont plus faibles dans les villes autour de Tel Aviv qu’au centre  |  Election Israël: A Hadera, des activistes d’Israel Beitenou (Liberman) attrapés en vidéo offrant 500 shekels pour un vote  |  Election Israël: si le taux de participation arabe est élevé, et le taux de participation en Judée Samarie est faible, on est parti pour des mauvaises surprises  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 10 novembre 2011
Un nouveau rapport carbone (1) remis au Ministre de l'environnement la semaine dernière, souligne les conséquences positives sur l’emploi de la réduction des émissions de CO2.
 
Il faut le lire (2) sans quoi vous allez penser que je vous mène en bateau.
 
« L’éminent » Christian de Perthuis, un économiste de la classe de ceux qui ont mis l’Europe à genoux, et qui continuent, avec leurs théories de malheur, à appauvrir la population française, est le rédacteur de ce rapport, intitulé Trajectoires 2020-2050. 
 
Il explique que l’objectif de réduction des émissions de carbone doit être porté à -30% au lieu des 20% retenus.
 
Le MEDEF, timidement, a eu l’audace de dénoncer l’objectif comme techniquement impossible. Remarque stupide, car tout le monde sait bien, en France, que les professionnels de l’Industrie et du Commerce ne connaissent rien à l’industrie et au commerce, alors que les spécialistes et experts des Ministères les maîtrisent parfaitement.
 
J’en arrive à la création d’emploi.
 
Selon le flamboyant « spécialiste », la réduction carbone développerait (il emploie prudemment le conditionnel, des fois qu’on lui demande des comptes) la croissance et l’emploi. Comment ? Mais c’est très simple mon cher Watson : il suffit de vendre les quotas de carbone 40 euros la tonne, afin de procurer au gouvernement des revenus supplémentaires.
 
Aujourd’hui, le carbone est « donné » aux entreprises. Manque à gagner pour l’état, s’écrie le lumineux « expert » ! Vendons-le, au lieu de le donner ! Ainsi « l’état recouvrira des sommes plus importantes qui pourront servir à alléger les charges sociales des entreprises et au soutien de l’innovation, et donc créer des emplois par voie de ricochet ».
 
Résultat dit l’auteur : +125.000 emplois d’ici 2020.
 
Décodage. 
 
De la main droite, on pompe de l’argent aux entreprises au travers d’une nouvelle taxe carbone (40 euros la tonne). Donc les entreprises s’appauvrissent du montant de cette nouvelle taxe. Donc les entreprises françaises seront un peu moins compétitives. Elles dégageront moins de profits. Elles auront tendance à embaucher moins, et/ou à affecter moins d’argent à la R&D. Elles dégraderont leur compétitivité par rapport aux concurrents étrangers, plus innovants. L’expert n’a pas vu ça. Normal, c’est un expert.
 
Puis de la main gauche, on REDONNE des aides financières aux entreprises, sous la forme d’allègements de charges et de soutiens, et donc, nous explique l’expert, les entreprises vont pouvoir embaucher ! 
 
L’Etat prend de la main droite, se sert au passage parce qu’il faut bien vivre, donne de la main gauche, et appelle ça des aides à la croissance et à l’emploi.
 
Peut-être que ces aides permettront d’embaucher des salariés – si les entreprises en ont besoin. Mais elles auraient embauché de toutes façons, si l’Etat ne les avaient pas plombé de cette nouvelle taxe. Résultat : zéro embauche. 
 
Et si, au lieu d’embaucher, l’entreprise décide, prudente, et pour sauvegarder ses emplois existants, de conserver en réserve ces allègements, et faire face à des périodes de vaches maigres ? Zéro embauche.
 
C’est ainsi, de taxes en impôts, de charges en prélèvements, que l’Etat tue la richesse, tue l’emploie, tue la créativité, tue la croissance, et accuse la finance internationale, le mondialisme, et le capitalisme sauvage. C’est ainsi que des concurrents moins dogmatiques nous volent des marchés sous le nez.
 
C’est ainsi que la France a été ruinée chers lecteurs.
 
Et je dois, hélas, faire une critique aux citoyens français : leur niveau de compréhension et de curiosité pour l’économie est proche de zéro, au point qu’ils sont, parmi les pays occidentaux, les plus hostiles à la notion de capitalisme et de marché libre, et qu’ils ne comprennent vraiment pas la mondialisation, et le parti qu’un pays innovant peut en tirer. Ils ne voient pas, par exemple, qu’un petit voisin comme la Suisse profite de la mondialisation quand la France – du moins le croient ils, en souffre. Les économistes français sont de ce même niveau. 
 
Avec des « experts » qui s’imaginent qu’en prenant la richesse d’un coté, et en la distribuant de l’autre, on crée de la richesse, et qu’on aide la croissance et l’emploi, il n’est pas possible d’aller ailleurs que dans le mur. On peut juste choisir le mur. Et le même raisonnement tordu est appliqué aux impôts sur le revenu. 
 
Le fait que la gauche soit encore plus enfermée dans ce concept économique mortel qui n’a JAMAIS fonctionné nulle part, ne doit pas faire croire que l’UMP, ou le FN ont la solution.
 
Aucun parti politique majeur n’a, en France, adopté le programme simple qui permettra à la France de retrouver croissance, richesse, bien vivre, pouvoir d’achat, et plein emploi. Il eut suffit de consulter les Suisses, ces riches et efficaces voisins, de prendre des leçons avec humilité, et d’appliquer, avec quelques adaptations, leurs recettes.
 
Au lieu de cela, un idiot signataire du rapport, un médiocre économiste : la politique économique de la France résumée. 
 
Un dernier mot sur ses chiffres. 
 
En décembre 2010, personne n’aurait pu prévoir le « printemps arabe » qui allait bouleverser les équilibres géopolitiques du Moyen-Orient six mois plus tard.
 
En novembre 2011, personne ne peut prévoir les réactions des Etats Unis et d’Israël vis à vis du nucléaire iranien, et leurs conséquences sur le prix du pétrole, donc sur l’économie mondiale.
 
En novembre 2011, ni Sarkozy, ni Merkel, ni Obama, ne savent comment sauver l’euro.
 
Et l’expert de mes deux, grassement payé avec de l’argent emprunté qu’on ne sait pas comment rembourser, promet l’embauche de 125.000 emplois dans neuf ans.
 
Quelle tristesse. 
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous : 
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
 
(1) http://www.latribune.fr/actualites/economie/
(2) http://www.latribune.fr/static/pdf/eco_co2_2020-2050.pdf
Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz