Publié par Michel Garroté le 29 novembre 2011

 

 

Michel Garroté – L’Iran menace de s’en prendre aux systèmes radars de l’Otan déployés en Turquie. La Turquie a accepté que soit installé sur son sol un radar d’alerte et de détection avancé, dans le cadre de la défense antimissile de l’Otan.

« Si nous sommes menacés, nous comptons d’abord prendre pour cible le bouclier de défense antimissile de l’Otan en Turquie. Et ensuite nous nous en prendrons à d’autres cibles », affirme le général iranien Amir Ali Hajizadeh, Commandant des Forces Aériennes des Gardiens de la Révolution (les Pasdarans) qui supervisent les missiles balistiques iraniens.

Depuis le « printemps arabe » et son hiver islamique, la Turquie et l’Iran, anciens alliés, sont désormais rivaux en matière d’influence au Proche et au Moyen Orient. La Syrie est un élément clé de la dégradation de leurs relations. La Turquie affiche son opposition au régime du dictateur syrien Bachar el-Assad que l’Iran soutient.

La Charte de l’Otan, dont la Turquie est membre, prévoit que les Etats membres de l’Otan conviennent qu’une attaque armée contre l’un ou plusieurs d’entre eux est considérée comme une attaque dirigée contre tous et ils conviennent que, si une telle attaque se produit, chacun d’eux assistera l’Etat membre ou les les Etats membres attaqués y compris par l’emploi de la force armée, pour rétablir et assurer la sécurité.

© Michel Garroté Rédacteur en chef de www.dreuz.info

   

   

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz