Publié par Michel Garroté le 9 décembre 2011

 

 

Michel Garroté – Chut. Ne le dites à personne. La revue de presse LSB, signale, aujourd’hui, vendredi, que, je cite, « Nicolas Sarkozy était hier en visite à Marseille où, selon plusieurs dépêches, il s’est rendu au chevet du policier gravement blessé. Au terme de sa visite, le policier Éric Lales est mort : « Au terme de sa visite à l’Hôtel de police de Marseille, le président de la République a annoncé ce matin, à l’issue de sa rencontre avec les forces de l’ordre, le décès du policier Éric Lales, 37 ans, du commissariat d’Aix, qui a été victime d’une rafale de kalachnikov après une course-poursuite, à hauteur de Vitrolles sur l’A7 dans la nuit de dimanche à lundi 28 novembre. Le président de la République s’était rendu au chevet du sous-brigadier quelques heures auparavant ».

Mais la revue de presse LSB révèle : « Sauf que, un témoignage vient remettre en cause cette version. L'ancien policier Marc Louboutin raconte : « Tu veux savoir si, pour des raisons de communication politique, Sarkozy a décidé de l’heure de la mort d’un homme ? Eric Lalès était dans un état désespéré depuis hier après-midi. Après une discussion avec les médecins, sa femme a demandé à ce qu’on le débranche. Il était en état de mort clinique, de mort cérébrale. L’annonce de sa mort est tombée en même temps que celle de la visite de Sarkozy : tu imagines que ça tombait mal. Les réseaux sociaux de policiers ont pleuré sa mort hier soir à partir de 23h. Comment se fait-il que le président de la République puisse « partager les derniers instants » de ce policier 20 heures plus tard ? Les politiques ont demandé à ce que la nouvelle ne soit pas annoncée. Sarkozy n’a pas vu Eric Lalès vivant ». A l’hôpital, un membre du personnel confirme anonymement », conclut la revue de presse LSB.

Michel Garroté Rédacteur en chef de www.dreuz.info

   

   

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz