Publié par Michel Garroté le 16 décembre 2011

 

 

Michel Garroté – Les 5’000 Canadiens résidant en Syrie doivent dès que possible quitter le pays en proie aux troubles, tant que des vols commerciaux réguliers existent encore, a déclaré le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird. Il a également affirmé que le Canada n'envisageait aucune intervention militaire « pour l'instant ». De son côté, la Russie a dévoilé un projet de résolution, au Conseil de sécurité de l'ONU, contre la Syrie. La Russie, qui était opposée jusqu'à maintenant à toute résolution condamnant la répression des opposants au régime syrien, a présenté un texte condamnant la violence perpétrée par toutes les parties, y compris « l'usage disproportionné de la force par les autorités syriennes ».

La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a indiqué que les USA sont prêts à travailler avec la Russie sur son projet. Visiblement, en changeant de stratégie envers la Syrie, la Russie tente de préserver ses intérêts dans l’ensemble des pays de la région ; et de ne pas rester hors jeu si la Turquie décidait d’intervenir militairement contre le régime syrien. En Israël, selon un récent sondage, plus de 80% de la population souhaite que l’Etat hébreu évite toute implication dans le conflit syrien, notamment du fait qu’une partie des opposants syriens sont des musulmans intégristes représentant un danger létal pour Israël ; et pour les chrétiens syriens et libanais, ce dont l’ONU d’ailleurs ne semble pas tenir compte.

Le régime syrien à déployé des chars à la frontière jordanienne. De ce fait, une partie des troupes américaines retirées d’Irak ont été discrètement redéployées en Jordanie. Le Conseil National Syrien, qui regroupe la majorité des courants de l'opposition syrienne, a appelé l’ONU à protéger la population civile « par tous les moyens ». Le premier congrès du Conseil National Syrien se tient actuellement en Tunisie. Un groupe d'opposants syriens a annoncé, en Turquie, la création d'une alliance nationale des forces révolutionnaires pour renverser le régime, précisant que cela avait été accepté au sein du Conseil National Syrien. On le voit, en l’espace de vingt-quatre heures, les évènements se sont précipités en ce qui concerne la Syrie.

© Michel Garroté Rédacteur en chef de www.dreuz.info

   

   

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz