FLASH
[17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  |  Laurent Ruquier défend son ami Gilbert Rozon, accusé d’agressions sexuelles: « Il n’a tué personne » (non, il a juste violé plusieurs femmes)  |  Suisse : à Genève 5 jeunes femmes sauvagement tabassées, 2 blessées graves, par « des Maghrébins de cités venus de France »  |  Automobiliste tué par balle à Paris: le policier mis en examen et interdit d’exercer  |  Une ex-esclave sexuelle yézidi aurait fui l’Allemagne après y avoir revu son bourreau, infiltré parmi les réfugiés  |  Grenoble : 2 migrants Albanais tirent des coups de feu sur un groupe de personnes et sont interpellés après une course-poursuite  |  Primes en liquide : Claude Guéant condamné en appel à la prison ferme  |  Effet Trump : l’emploi des jeunes est au plus bas depuis 50 ans – quel horrible président ce Trump  |  « Nous ne voulons pas de migrants africains, ils ne viennent pas pour travailler pour les aides sociales » Andrej Babiš, premier ministre tchèque  |  Un engin explosif a détoné en Italie, près d’un siège du parti La Ligue  |  Israël : durant la nuit, l’armée a arrêté en Judée Samarie un terroriste musulman palestinien recherché  |  [16/08/2018] La ‘Reine du soul’ Aretha Franklin est décédée d’un cancer du pancréas à l’âge de 76 ans  |  1 terroriste du FPLP d’un camp de réfugiés palestiniens du sud Liban a été arrêté alors qu’il entrait en Israël avec un passeport belge  |  Tsahal a arrêté 8 terroristes musulmans pendant la nuit en Judée et en Samarie, dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 16 janvier 2012

 

 

Michel Garroté – Les experts de l’Institut polonais Sehn ont étudié les copies des enregistrements des boîtes noires du Tupolev présidentiel en provenance de Pologne qui s’était crashé en Russie en avril 2010. Ces experts sont persuadés que la voix attribuée au général Blasik, patron de l’armée de l’air polonaise mort dans le crash, était la voix du copilote, et non pas celle du général. Cette « voix » avait fait dire aux Russes que les pilotes polonais du Tupolev avaient atterri sous la pression du général Blasik et même du président Lech Kaczyński. Selon l’Institut Sehn, la voix du général Blasik n’a pas été enregistrée dans la cabine de pilotage. Il n’est même pas certain qu’il s’y trouvait au moment du crash. La « preuve » de la présence du général Blasik dans le cockpit, était son corps retrouvé près de celui du pilote Artur Zietek.

Le corps du général Blasik n’était pas attaché à son siège et il peut avoir été éjecté depuis un autre emplacement du Tupolev. La thèse russe d’un atterrissage sous la pression du président Lech Kaczynski avait été avancée très (trop ?) rapidement et néanmoins reprise aussitôt telle quelle par nos vénérables médias européens. Autre élément surprenant : les Russes ont très rapidement découpé l’épave de l’avion et fait raser les arbres endommagés par le crash du Tupolev. Les Polonais n’ont toujours pas récupéré les débris du Tupolev et les boîtes noires. Les Polonais n’ont reçu de la part de Russes que de copies des enregistrements de ces boîtes noires qui, selon des experts, ont mystérieusement cessé d’enregistrer à vingt mètres du sol.

Dans un article intitulé « Smolensk – Le crash de l'avion présidentiel polonais décrypté », Thierry Vigoureux, le 12 avril 2010, sur Le Point.fr, analysait les faits : « Les pilotes ont-ils été victimes d'un mauvais calage de l'altimètre ? A ce stade, ce ne peut être exclu. Ont-ils bénéficié d'une procédure GCA (ground-controlled approach) qui permet, depuis le sol et à l'aide de deux radars, de suivre l'azimut et la pente de descente afin de mieux guider l'avion par radio, ou ont-il procédé à une approche autonome réalisée uniquement à l'aide des instruments de bord ? Il faut savoir qu'au sol, l'aéroport de Smolensk ne dispose pas de radiobalises ‘ILS’ qui auraient assuré la précision du plan de descente, mais seulement de deux balises ‘NDB’, un système qui remonte aux débuts du vol aux instruments, dans les années 1930. Dans ces conditions, pour atterrir en sécurité, il faut alors réunir près de 1.000 mètres de visibilité horizontale, ce qui n'était pas le cas pour l'avion présidentiel polonais », précisait Thierry Vigoureux sur Le Point.fr.

En 2010, Poutine s’est-il débarrassé du président polonais Lech Kaczyński ?

   

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz