FLASH
[21/08/2018] Chômage, déficit, pouvoir d’achat : l’effet Macron ne marche pas, l’effet Trump fonctionne à fond, donc les médias crachent sur Trump  |  Une statue de la Vierge à l’Enfant décapitée dans l’Île de Noirmoutier  |  Européennes 2019 : contesté voire détesté, Emmanuel Macron en mauvaise posture  |  Orly : un « jeune » à scooter meurt en fuyant un contrôle de police, l’IGPN saisie  |  [20/08/2018] Tsahal à arrêté 11 islamistes palestiniens à Hebron et à Jérusalem lors de raids pour rechercher des terroristes  |  Le prix de la vie selon la justice française : Le migrant illégal de 19 ans qui a poignardé 4 personnes à Périgueux lundi 13 août n’a été condamné qu’à 3 ans de prison ferme  |  Paris : Une policière porte secours à des passagers après un accident mortel qu’ils ont provoqué, dans le 19e, et se fait violemment frapper par le passager rescapé!  |  Le chef de la police municipale de Villevaudé, en Seine-et-Marne, a été violemment agressé dimanche à son domicile par « plusieurs personnes » qui l’ont roué de coup  |  Barcelone attentat islamique : Un homme armé d’un couteau a tenté d’attaquer des policiers en hurlant Allahou Akbar (Allah est le plus grand)  |  Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) : un homme de 45 ans tué de 9 coups de couteau, un autre homme blessé, suspect appréhendé, motif inconnu  |  Marseille : encore un adolescent de 16 ans poignardé pour un mauvais regard  |  Tsahal a ouvert le feu sur un terroriste musulman qui a tiré dans leur direction dans le nord de Gaza. Aucun blessé parmi les troupes israéliennes n’a été signalé  |  Un terroriste musulman a tiré des coups de feu sur l’ambassade des États-Unis à Ankara. La police a déclenché une chasse à l’homme et recherche un véhicule blanc suspect  |  [17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 17 janvier 2012
Les vendredi 13, dit-on, sont des jours fatidiques. Certains disent aussi que ce sont des jours de chance. Je ne suis l’adepte d’aucune superstition, donc je ne me prononce pas sur la question. Vendredi 13 janvier, cela dit, a ressemblé pour l’Europe davantage à un jour fatidique qu’à un jour de chance. C’est ce jour là que Standard and Poors a annoncé ses notations pour l’ensemble des pays de la zone euro, et ses notations, très prévisibles, ont ressemblé à une douche glacée. 
 
Comme prévu, la France a perdu son triple A, ce qui signifie (inutile de procéder à des circonlocutions) qu’elle aura davantage de difficultés pour emprunter, que le coût de ses emprunts va s’accroître considérablement, que les taux d’intérêts pratiqués dans les crédits à la consommation vont monter, et que la spirale descendante enclenchée va se poursuivre. Cela signifie aussi que les chances de réélection de Nicolas Sarkozy déjà très faibles s’approchent du niveau zéro, ce qui offre toutes ses chances à François Hollande, grâce à qui, sans doute, s’il est élu, la note de la France sera encore abaissée : pour peu qu’on regarde le programme socialiste, on voit, de fait, que celui-ci ressemble à un livre de recettes pour préparer un dépôt de bilan.
 
Comme prévu aussi, les autres notes ont été à l’avenant : l’Autriche passe de AAA à AA+ comme la France, l’Espagne de AA- à A, Malte de A à A-, l’Italie de A à BBB+, le Portugal de BB- à BB, Chypre de BBB à BB+, la Slovénie de AA- à AA+, la Slovaquie de A+ à A. 
 
En langage simple, il s’est agi là d’une baisse de deux crans pour Chypre, le Portugal et l’Espagne, et d’une baisse d’un cran pour l’Autriche, Malte, la Slovaquie et la Slovénie et pour la France. 
 
La France ne sera donc pas seule à avoir des difficultés et à se trouver confrontée à des surcoûts. Mais cela n’a rien de réconfortant. 
 
La note du Portugal et de Chypre fait que les emprunts de ces pays sont désormais considérés sur les places financières comme des obligations pourries (junk bonds), l’Espagne et l’Italie ne sont plus très loin de ce peu enviable statut et en seront dotées dans quelques mois. Je n’ai pas cité la Grèce, car elle est, depuis des mois, dans les C, ce qui signifie que ses emprunts sont pires que des obligations pourries. 
 
Le fonds de stabilité européen se trouve ainsi, comme prévu là encore, fortement menacé. Sa note vient elle-même d’être dégradée, ce lundi.
 
Des obligations du Portugal, de l’Italie, de la Grèce, de l’Irlande et de l’Espagne arrivent à maturité lors du premier trimestre 2012, et ce qui va se passer sera intéressant à regarder. 
 
Quatorze pays de la zone euro sont placés sous « observation négative » par Standard and Poors, qui semble aussi penser que ce qui va se passer sera intéressant à regarder. 
 
Seuls l’Allemagne, le Luxembourg, la Finlande et les Pays Bas conservent leur triple A pour le moment, je dis bien : pour le moment. 
 
La Grèce devrait, dans un proche avenir, être le premier pays du monde développé à faire faillite depuis soixante ans. D’autres suivront sans doute : le Portugal, l’Italie, l’Espagne ? Après ?
 
Comme l’a dit François Fillon, la situation ne doit pas être dramatisée. Non, bien sûr : la situation se dramatise très bien toute seule. 
 
Comme l’a ajouté Nicolas Sarkozy aujourd’hui, « cela ne change rien ». C’est évident, non ? 
 
Quelques gauchistes ont organisé ici ou là des manifestations contre les agences de notation et la dictature des marchés financiers. Ils ont la réponse : vous avez la fièvre ? Cassez le thermomètre, et vous irez mieux. Génial, non ? Vous êtes endettés ? Ne remboursez rien ! Qui vous prêtera ensuite ? Pourquoi vous en préoccuper ? Dans une société communiste, on peut vivre de rien. Demandez à la Corée du Nord. Jean-Luc Mélenchon, en France, avec ce genre d’idées attire environ 8 pour cent des intentions de vote. Un candidat libéral aujourd’hui atteindrait péniblement un pour cent, mais tout va bien. 
 
L’Union Européenne lance des appels insistants au FMI pour éviter un cataclysme européen qui entraînerait le monde entier vers le pire, mais tout va bien. 
 
Les dirigeants européens persistent à tenter de réparer un système monétaire européen qui n’est pas réparable et, par dogmatisme, le conduisent plus sûrement encore vers l’explosion, mais tout va bien. 
 
En Grèce, des parents abandonnent leurs enfants dans la rue faute d’argent pour les nourrir. En parallèle, le gouvernement grec vient de placer sur la liste des gens victimes de handicaps et pouvant recevoir des allocations sociales les pédophiles, les pyromanes et les kleptomanes. Tout va bien en Europe, indéniablement. 
 
D’ailleurs, cela n’empêche pas l’Europe de faire la leçon à Israël sur un ton arrogant, et de financer massivement l’Autorité Palestinienne. Il est vrai que les finances d’Israël sont saines, ce qui n’est pas très européen, alors que celles de l’Autorité Palestinienne… 
 
Et puis Israël est une démocratie, alors que l’Autorité Palestinienne… 
 
Quand le naufrage économique s’accouple à la dépravation morale et à l’imbécillité crasse, on peut en déduire que la fin est proche.
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous : 
© Guy Millière pour www.Dreuz.info
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz