Publié par Jean-Patrick Grumberg le 21 janvier 2012
L’info est passée inaperçue et non, il ne s’agit pas d’un canular (source en bas de page).
 
« L’Allemagne a supporté le fardeau d’autres pays européens à travers son exposition au fonds de stabilité (FESF), et indirectement via la lourde exposition de la BCE aux banques et aux dettes souveraines les plus faibles », explique l’agence de notation Egan-Jones.
 
Dans une interview au magazine Forbes, Sean Egan, co-fondateur de l’agence, justifie le AA- infligé à l’Allemagne, par ce double obstacle : la baisse de la qualité du crédit, et l’augmentation du ratio dette/PIB. « Le taux d’endettement par rapport au PIB de 83% en 2010, avec près de 86% attendu pour 2011, et le déficit à 4,6% du PIB », explique t-il.
 
Egan-Jones, qui ne fait pas partie du club des leaders Standard & Poor’s, Moody’s, et Fitch, considère néanmoins la croissance allemande, de 4% au dernier trimestre, comme « éclatante comparé à l’Europe moribonde », et elle estime que « les rendements pour les titres de dette allemands vont probablement rester bas, vu que l’Allemagne est parmi les pays les plus solides de l’UE et en raison des efforts de liquidité de la BCE ».
 
Ce qui rend l'abaissement de la note intéressant bien que la petite agence soit assez peu connue dans le grand public, c’est qu’en décembre, elle fût la première à réduire la note de la France.
 
A son tour, Moody’s a mis en garde, jeudi, que les notes de nombreuses banques européennes et de banques d’investissement vont être réduites, en raison de la « détérioration de la santé financière des gouvernements, particulièrement en Europe, qui accroît les risques d’incertitude économique, et la faiblesse des marchés de capitaux où les banques doivent se refinancer pour rembourser des niveaux de dette très importants. »
 
« La baisse de notation des banques reflète l’accélération des pressions que subit le secteur bancaire depuis le second semestre 2011, indique Greg Bauer, directeur du management de Moody’s. 
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous : 
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info
 
http://fr.myeurop.info/
http://www.reuters.com

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz