Publié par Michel Garroté le 13 janvier 2012

Michel Garroté – L'ascension de l'aile militaire du chavisme au Venezuela scelle le sort de la révolution bolivarienne avec des militaires impliqués dans des activités de corruption et de trafic de stupéfiants, ce qui assombrit les perspectives d'une sortie démocratique du régime de Hugo Chávez. La nomination de l’ex-militaire et actuel député Diosdado Cabello comme président de l'Assemblée Nationale, et du général Henry Rangel Silva comme ministre de la défense, sont des signes qui confirment que le chavisme ne quittera pas le pouvoir.

Diosdado Cabello a été mentionné dans les câbles du Département d'État divulgués par WikiLeaks comme l'un des principaux pôles de la corruption au Venezuela. De son côté, Rangel Silva a été accusé par les États-Unis de participer au trafic de drogue et d’avoir des liens avec les Farc colombiennes et leur trafic de stupéfiants. Diosdado Cabello – un lieutenant à la retraite qui avait participé à la tentative putschiste de Chávez en 1992 – exerce une forte influence sur un nombre important d'officiers de l’armée du Venezuela.

   

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz