FLASH
[22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  |  Joie chez les antisémites: Des centaines de terroristes musulmans se livrent ce soir à des émeutes à plusieurs endroits le long de la clôture de sécurité avec Gaza et tentent de la saboter pour s’infiltrer en Israël et assassiner des Juifs  |  3 feux de forêt dans le Negev israélien provoqués par des ballons incendiaires palestiniens – et toujours aucune condamnation des écologistes  |  2 Marocains se faisant passer pour réfugiés mineurs d’origine libyenne et arrêtés à Rotterdam planifiaient des attentats à Paris (source NLTimes.nl)  |  L’armée israélienne va démolir le bâtiment où le terroriste qui a assassiné le soldat Ronen Lubarsky a vécu. Le ministre de la Défense a déclaré : « Pas de compromis avec la terreur »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 6 avril 2012

 

   

   

Michel Garroté – Un peu de verticalité en période électorale horizontale ne peut pas faire de mal. Ce soir sur ARTE, dès 20:40, une biographie de Jean-Paul II, intitulée « Karol, un homme devenu pape ». Et demain à 20:45, la suite intitulée « Karol, le combat d'un pape ». De sa jeunesse dans la Pologne occupée par les nazis à ses dernières heures au Vatican, le destin exceptionnel du pape Jean-Paul II, figure charismatique d'un XXe siècle bouleversé par les totalitarismes. Tout cela dans une série en quatre épisodes, sur ARTE, ce soir et demain soir. Tournée entre la Pologne et l’Italie il y a sept ans, cette série parcourt les étapes principales de la vie de Karol Wojtyla, de sa jeunesse sous les atrocités du régime nazi aux années de son pontificat, en passant par les temps difficiles du communisme. Karol Wojtyla a 18 ans en septembre 1939 lorsque les nazis envahissent la Pologne. Il est alors étudiant et se passionne pour le théâtre.

Mais l'exode, les bombardements, les horreurs de la guerre, le ghetto de Cracovie, les déportations de ses amis juifs, la mort de son père et le combat mené sans relâche par son ami prêtre Tomasz Zaleski poussent peu à peu Karol vers sa vocation. Il travaille durement dans une carrière de pierres, puis étudie clandestinement au séminaire. À la mort de Tomasz, assassiné par les nazis, Karol décide de renoncer à l'amour de son amie Hania et d'endosser l'habit de prêtre. Après la guerre, la Pologne passe sous influence soviétique. Hania et son mari Pavel, pourchassés par les communistes, s'exilent aux États-Unis. De son côté, Karol, devenu professeur de théologie morale à l'université de Lublin, devient la cible d'un communiste polonais fanatique, Julian Kordek. Celui-ci place une taupe parmi les étudiants : Adam Zielinski séduit une jeune étudiante, Maria, dans le but d'intégrer le cercle d'étudiants de Karol. Les temps sont difficiles en Pologne : des manifestations d'ouvriers éclatent et sont très fortement réprimées. Karol est ordonné évêque.

Hania met son deuxième enfant au monde, mais Pavel apprend qu'elle est atteinte d'une tumeur aux poumons. Il écrit à Karol et décide de ne rien dire à Hania pour ne pas l'affaiblir davantage. Karol continue d'enseigner l'amour de la liberté, la vérité et le respect de la dignité humaine. Nommé archevêque de Cracovie, il attire l'attention par sa force, son énergie hors du commun, son ouverture au dialogue et au pardon. En 1978, Jean-Paul Ier meurt après trente-trois jours de pontificat. Karol se rend à Rome pour le conclave. Où il est élu. Premier pape venu d'un pays situé au-delà du rideau de fer, Karol Wojtyla prend le nom de Jean-Paul II, en souvenir de Jean XXIII et Paul VI.

Dès les premières semaines de son pontificat, à Rome comme lors de ses nombreux voyages, le pape touche profondément son public par sa proximité, son engagement, son charisme. Mais ses initiatives dérangent à l'Est. En mai 1981, il est victime d'un attentat. Dès 1989, il fait partie des tombeurs (avec Ronald Reagan et Helmut Kohl) du mur de Berlin et de l'Union soviétique. Plus tard, Jean-Paul II fait un triomphe lors de son voyage en Israël. En 2000, il rassemble 2,4 millions de personnes lors de la Journée Mondiale de la Jeunesse à Rome.

Copyright Michel Garroté 2012 & Sources citées

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

   

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz