FLASH
[17/10/2017] Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  |  Rare: Israël a procédé à des frappes aériennes en Syrie près de Damas – la Russie était prevenue  |  Catalogne : le président indépendantiste recule et propose de discuter avec Madrid dans 2 mois  |  Gaza : en réponse aux tirs de roquette, Israël a bombardé des positions terroristes du Hamas pendant la nuit  |  Somalie : l’attentat de la religion de la paix et de la tolérance a fait 231 morts et 275 blessés  |  Pendant la nuit, l’armée israélienne a arrêté 12 colons arabes en Judée, recherchés pour terrorisme  |  [15/10/2017] Prédateur sexuel Harvey Weinstein : la gauche contre-attaque et « ressort » une affaire contre Trump  |  Double attentat islamiste à Mogadishu : 230 morts  |  Israël attentat islamiste : 2 tirs de roquette du Hamas confirmés – pas de blessés  |  Israël attentat islamiste : 3 tirs de roquette du Hamas sur des civils  |  Israël attentat islamiste : tir de roquette et explosion à Sufa, un village proche de la frontière de Gaza – pas de blessés  |  Israël : alerte tir de roquette au sud suivie de rapport d’explosion à Sufa, un village proche de la frontière de Gaza  |  Sebastian Kurz prochain chancelier d’Autriche, selon les sondages de sortie d’urnes d’OE24  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Misha Uzan le 11 avril 2012
 
 
A deux jours de la fin du délai de mise en œuvre du plan Annan, Assad pose de nouvelles conditions.
 
Assad a bien retenu la leçon de son professeur, l’Iran, un professeur aux 33 ans d'expérience. Bachar-el-Assad, qui paraît en difficulté face aux sanctions internationales, applique la même méthode que l'Iran, lui-même soumis aux sanctions internationales. Il s'agit de gagner du temps, toujours, et de jouer avec les institutions internationales.
 
Assad accepte le plan puis met de nouvelles conditions
 
Deux jours avant la mise en œuvre du plan de Kofi Annan sur un retrait des troupes syriennes, le plan parait menacé par de nouvelles exigences du régime de Bachar al-Assad et le refus du chef des rebelles de s'y soumettre. Damas a en effet annoncé dimanche qu'il ne retirerait pas ses troupes des villes à moins de "garanties écrites" de l'opposition.  Les violences continuent donc avec au moins 51 morts dimanche, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), après au moins 128 tués samedi.
 
Assad contre les rebelles
 
Le chef des rebelles de l'Armée syrienne libre, Riad Al-Assaad, qui se trouve à Beyrouth et non pas en Syrie, et qui dirige à présent des rebelles bien organisés, a confirmé son accord pour le plan Annan, mais a ajouté qu'il n'avait pas à donner de garanties au régime mais à la communauté internationale. Et de son côté, le régime d'Assad affirme dans un communiqué que "M. Annan n'a pas non plus présenté d'engagements écrits des gouvernements du Qatar, de l'Arabie saoudite et de la Turquie sur l'arrêt de leur financement des groupes terroristes". 
 
L'ONU passe une fois de plus pour une girouette, sans aucune efficacité, et sans apporter la garantie que la cessation des massacres d'Assad n'entraîneront pas d'autres massacres, contre les chrétiens, les Alaouites, les chiites. La Syrie n'est pas le pays des merveilles et Assad le sait bien, pas l'ONU.
 
Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous : 
© Misha Uzan pour www.Dreuz.info et http://citizenkane.fr
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz