FLASH
[23/10/2017] Sinaï : L’Etat islamique a capturé 3 membres du Hamas qui creusaient un tunnel terroriste  |  La télévision locale catalane TV3 refuse la mise sous tutelle de Madrid  |  [22/10/2017] Trump aux Européens : « ne nous soutenez pas contre l’Iran, continuez à faire des affaires avec eux, vous avez besoin de cet argent »  |  46% des Américains pensent que les médias fabriquent entièrement des histoires au sujet de Donald Trump. Combien en France le savent?  |  Interrogée au point de passage que la gauche veut supprimer, 1 arabe palestinienne a avoué vouloir commettre un attentat en Israël  |  [21/10/2017] Tchéquie : Libéraux populistes (Babis) 30,7%, Extrême droite SPD 11%, Conservateurs ODS 10,6%  |  Élections tchèques : le milliardaire populiste anti-migrants Babis largement devant  |  Trump va rendre publiques les archives sur la mort de Kennedy – la CIA veut les garder secrètes 20 ans de plus  |  Espagne : le gouvernement prévoit la destitution du président catalan Puigdemont dans les 6 mois  |  Espagne : Le gouvernement suspend l’autonomie de la Catalogne (application article 155)  |  L’Assemblée a voté la suppression de la taxe d’habitation pour 80% des ménages d’ici 2020 : ça va coûter très cher aux Français  |  Israël a tiré sur les positions de l’artillerie syrienne après 5 roquettes tirées sur le Golan  |  Elus du personnel : leur nombre devrait baisser nettement dans les grandes entreprises (enfin)  |  Egypte : 58 policiers tués lors d’un attentat de l’organisation Hasm à Giza au sud du Caire  |  #Allemagne : plusieurs personnes ont été blessées dans une attaque de couteau à Munich  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michel Garroté le 19 avril 2012

 

   

  

Présidentielles 2012 – Une France qui doute et qui hésite.

   

  

Michel Garroté – J’ouvre le débat sur dreuz.info. Faut-il voter selon ses convictions (au moins au premier tour) ? Faut-il voter utile, et, même, voter utile dès le premier tour, soit, me dit-on, voter Sarkozy ou Hollande ? Faut-il choisir l’abstention ? Ou faut-il voter blanc ? Ci-dessous, deux points de vues : le point de vue du philosophe Alasdair MacIntyre favorable à l’abstention ; et le point de vue du politologue Michel Fauquier favorable au vote blanc.

   

Des jeunes avec ou sans avenir ?

   

  

Le philosophe Alasdair MacIntyre favorable à l’abstention (extraits adaptés ; lien vers la source en bas de page) : « Lorsqu'on vous met en face de deux alternatives politiquement intolérables, il est important de ne choisir aucune d'entre elles. Et quand ce choix est présenté avec des arguments rivaux et des débats qui excluent de la discussion publique tout autre ensemble de possibilités, il devient un devoir de se retirer de ces arguments et de ces débats, afin de résister à l'imposition de ce faux choix par ceux qui ont arrogé eux-mêmes le pouvoir de définir ces alternatives. Cette position peut dans l'abstrait remporter aisément l'adhésion. Mais, quand elle s'applique à l’élection présidentielle, elle risque d'être rejetée d'emblée. Car c'est une idée reçue que voter est la marque d'un bon citoyen, et ne pas voter (l’abstention) un signe d'irresponsabilité. Voter n'est pas seulement voter pour un candidat en particulier, c'est également voter pour un système qui nous présente que des alternatives inacceptables. La façon de voter contre le système est de ne pas voter », conclut Alasdair MacIntyre (fin des extraits adaptés ; voir le lien vers la source en bas de page).

   

Entre les uns (unes) et les autres son coeur balance-t-il ?

   

   

Le politologue Michel Fauquier favorable au vote blanc (extraits adaptés ; lien vers la source en bas de page) : « le vote blanc se justifie moralement lorsque les citoyens, comme c’est le cas actuellement en France, sont dépossédés par les politiques de la possibilité d’exprimer leurs suffrages pour un candidat auquel ces politiques refusent l’accès au suffrage populaire (cas pratique des cinq cents parrainages d’élus pour se présenter aux élections présidentielles), n’en tiennent pas compte (problème de la proportionnelle et de l’impossibilité pratique de se faire représenter dans les assemblées) et, pire que cela, donnent eux-mêmes le spectacle affligeant de l’abstention(et non du vote blanc) en refusant de parrainer aucun candidat à la présidentielle (cas de l’écrasante majorité des élus) ».

Michel Fauquier ajoute : « Au bout du compte, voter blanc, est parfois le seul moyen de dire aux politiques que nous jugeons qu’aucun de ceux qui sont présentés à nos suffrages (et non pas aucun politique, ce qui est plus qu’une nuance) ne nous convient, et ceci pour des raisons graves : soit que tout ou partie du programme de ces candidats imposés nous paraisse s’opposer au bien commun, soit que la façon dont ces candidats imposés ont exercé le pouvoir jusqu’à ce jour nous convainque que leur programme n’est destiné qu’à obtenir nos suffrages et non pas à exprimer des convictions même superficielles. En d’autres termes, comme le canon était jadis l’ultima ratio regis, le vote blanc pourrait bien être l’ultima ratio civium pour faire comprendre aux politiques et aux partis qui les encadrent qu’ils n’ont aucun droit de déterminer à notre place qui serait digne de nos suffrages », conclut Michel Fauquier (fin des extraits adaptés ; voir le lien vers la source en bas de page).

Le débat est ouvert…

http://www.chretiensdanslacite.com/article-voter-ou-ne-pas-voter-l-analyse-d-alasdair-mac-intyre-103278825.html

http://www.libertepolitique.com/L-information/Decryptage/Le-vote-blanc-ultima-ratio-civium-a-propos-de-Les-chretiens-au-risque-de-l-abstention

Copyright Michel Garroté 2012 & Sources citées

Reproduction autorisée avec mention www.dreuz.info

   

   

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz