Publié par Jean-Patrick Grumberg le 19 avril 2012

L'Inde a testé avec succès son premier missile nucléaire ayant une portée pouvant atteindre le centre de la Chine et certains pays d'Europe, a déclaré jeudi l'agence indienne chargée du développement des technologies militaires (DRDO).
 
« J'annonce le lancement réussi d'Agni V […], un événement historique qui honore notre pays dans le domaine de la technologie des missiles. Nous sommes aujourd'hui une puissance dotée de missiles sans égal dans la plupart des pays du monde », a déclaré le chef de la DRDO, V.K. Saraswat, sur la chaîne de télévision NDTV.
 
Ce missile de 50 tonnes et de 17 mètres de haut pourrait atteindre une cible située à plus de 5000 km de portée. La DRDO souhaitait le lancer mercredi soir, mais l'opération avait été reportée pour des raisons météorologiques.
 
Seuls les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Organisation des Nations unies (Chine, France, Russie, Grande-Bretagne et États-Unis) disposeraient de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) d'une portée de plus de 5500 km.
 
Selon un membre du Centre indien d'études sur la puissance aérienne, Kapil Kak, « l'Inde a démontré sa capacité à fabriquer un ICBM ».
 
La réussite de l'exercice devrait donc être une avancée majeure pour la troisième puissance économique d'Asie, qui cherche des moyens d'accroître sa défense, notamment face à la Chine. Selon le porte-parole indien du département de la Défense, Ravi Gupta, cette arme représente d'ailleurs un bond important dans la capacité stratégique du pays.
 
Ce test de missile n'a pas suscité de critiques de l'Occident dans l'immédiat, contrairement au lancement réalisé la semaine dernière par la Corée du Nord. L'opération était présentée par Pyongyang comme un lancement de « satellite pacifique », mais dénoncée par les Occidentaux comme un essai de missile balistique.
 
Concernant l'Inde, l'OTAN avait déclaré la veille du lancement que le pays n'était pas considéré comme une menace. « C'est une manière de montrer pour l'Inde qu'elle arrive sur la scène mondiale, et qu'elle mérite d'être invitée aux grandes tables », a expliqué à l'AFP un spécialiste des questions de défense au King's College de Londres, Harsh Pant.
 
La Chine a pour sa part dénoncé l'exercice. « L'Occident préfère ne pas prêter attention au mépris de l'Inde pour les traités concernant le nucléaire et les missiles », selon un éditorial publié avant le lancement dans le China Global Times, cité par Reuters.
 
En ce qui me concerne, je constate que ce lancement démontre s’il était besoin que tous les pays ne sont pas égaux, contrairement à ce que souhaite croire les bisounours altermondialistes pacifistes attardés. Il existe des Etats voyous et des Etats civilisés, et il est inutile d’aller plonger dans l’histoire belliqueuse des uns pour autoriser le présent criminel des autres. L’arme atomique ne représente un danger qu’en raison de l’idéologie de mort adoptée par les pays criminels, Iran en tête, qui peuvent appuyer sur le bouton.
 
Les capacités nucléaires de l’Inde ne représentent pas seulement un rappel à l’ordre pour la Chine. 5000 km de rayon d’action, c’est plus qu’il n’en faut pour sonner la fin de la récré à l’Iran, au Pakistan, à l’Afghanistan, et au sud de la Russie.
 
Reproduction autorisée et vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info et source citée.
 
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2012/04/19/001-inde-test-missile-longue-portee-nucleaire.shtml

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz