FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 14 mai 2012
« Je travaille contre un repas »

Selon une note publiée par Blomberg ce matin, La France risque de perdre plus de 15.000 emplois dans les mois qui viennent, à cause de l’élection de François Hollande.

Selon le média économique, Carrefour SA, Peugeot SA, Air France-KLM et Vivendi SA sont contraints de réorganiser leurs opérations pour faire face à une baisse de la croissance de l’économie attendue en France – et en Europe.

La période électorale étant le pire moment pour licencier, car les entreprises craignent, à juste titre, de devenir un enjeu de la campagne présidentielle, les trains de licenciements vont maintenant commencer, selon les craintes de plusieurs syndicats.

Georges Plassat, le Président du groupe Carrefour, a ainsi entamé la semaine dernière des discussions avec les syndicats, car il a subi cinq baisses de ses profits au cours des six derniers exercices, alors qu’il n’a pas remplacé les 3000 personnes qui quittent la société chaque année.

« Leurs craintes sont que les pertes seront plus importantes et plus brutales », déclarait Bruno Moutry, un représentant de la CFDT lors d’une interview. « nous voulons arrêter cette hémorragie »

Peugeot, de son coté, affirme que des pertes d’emplois sont à prévoir dans les mois à venir, et donne en exemple son usine d’Aulnay-sous-Bois, qui fabrique la Citroën C3, emploie 3300 personnes, et a « un problème de compétitivité » qui remet en question le futur de l’usine passé 2014.

Dans le secteur du téléphone, Arcep annonçait en mars dernier que le secteur pourrait perdre jusqu’à 10.000 emplois pour s’adapter à la concurrence de Free téléphone mobile (il est intéressant de constater d’ailleurs avec le phénomène Free que les mêmes Français qui dénoncent le libéralisme sont les premiers à vouloir profiter de ses bienfaits). Vivendi a gelé toutes les embauches chez SFR, et pourrait procéder à des licenciements d’ici juin.

La France est, de tous les Etats Européens, celui qui a perdu le plus d’emplois industriels depuis 10 ans. Son taux de chômage est plus important que l’Allemagne, l’Autriche, la Hollande et le Portugal, selon le think-tank Coe-Rexecode.

« La France a de gros problèmes structuraux, notamment un très grand nombre de jeunes sans aucune qualification qui cherchent un premier emploi », explique Bruno Cautres, analyste politique à Cevipof, un centre de recherche politique parisien. « François Hollande ne pourra pas faire disparaître ces problèmes avec sa maquette magique ».

François Hollande a des dossiers chauds qui l’attendent :

– La raffinerie de Petroplus Holdings AG, en Normandie, arrêtée depuis janvier, et qui attend un repreneur.

– La grève d’Electricité de France SA sur un site nucléaire.

– La grève et le conflit social de Corsica Ferry de la SNCM, détenue à 66% par Véolia.

– Le conflit d’ArcelorMittal, dont la disparition du site dans le nord-est de la France est au cœur des craintes des syndicats. L’Etat paye le salaire des 600 ouvriers sans travail, depuis qu’ArcelorMittal a fermé ses hauts fourneaux il y a un an, selon Jean-Marc Vecrin, un représentant de la CFDT.

– Alcatel-Lucent est à mi-chemin dans ses négociations avec les syndicats pour licencier 5% des 9000 emplois basés en France.

– Vivendi doit réduire la voilure de SFR d’au moins 450 millions d’euros cette année, par le moyen de licenciements et réductions de coûts.

– ST-Ericsson, le fabricant de composants électroniques associé à STMicroelectronics, a prévu d’éliminer 1700 emplois sur son site de Grenoble. La joint ventrue emploie 6700 personnes au total.

– Le plan de restructuration d’Air France-KLM a soigneusement évité de prononcer le mot licenciement, mais les syndicats affirment qu’ils seront inévitables.

Et pour terminer, les fabricants d’énergie solaire espèrent que François Hollande les sauvera de la faillite, eux qui ont éliminé plus de 10.000 emplois depuis décembre 2010, et dont les coûts de fabrication plombent la compétitivité, et ne rendent le secteur viable qu’avec d’énormes perfusions de l’Etat qui n’en a plus les moyens.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et impérativement le lien html ci dessous :
© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://www.bloomberg.com/news/2012-05-13/hollande-jobs-pledge-faces-test-as-corporate-france-readies-cuts.html

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz